Réseaux de santé : Carte blanche Partenaires devient distributeur de lunettes

Réseaux de santé : Carte blanche Partenaires devient distributeur de lunettes

La plate-forme santé, qui renouvelle son réseau d’opticiens, va faire fabriquer sa propre collection de montures. Objectif : proposer des lunettes de qualité sans reste-à-charge pour les assurés.

«Nous sommes en rupture complète. C’est la première fois, en France, qu’un acteur de l’assurance complémentaire commande et distribue directement un produit de santé », déclare Jean-François Tripodi, directeur général de Carte Blanche Partenaires. La plateforme santé devient en effet distributeur de lunettes à l’occasion de la refonte de son réseau d’optique, dont l’appel à candidature est ouvert du 15 septembre au 15 octobre auprès des opticiens – 25 fournisseurs de verres ayant déjà été référencés - pour une mise en place au 1er janvier 2016.

Carte Blanche Partenaires souhaitait proposer à ses bénéficiaires des équipements de qualité avec un reste à charge nul, un objectif économique qui devient aujourd’hui un standard pour les réseaux. Si la plateforme a pu déterminer des critères objectifs pour les verres, elle a buté sur un écueil pour les montures, qu’elles soient sans marque ou portent la griffe d’un grand couturier. Malgré l’existence de normes, il s’est avéré pratiquement impossible de certifier la qualité d’une branche ou de la visserie. Une lacune qui l’a incité à commander ses propres produits. . « Nous avons élaboré une collection de trente-six montures répondant aux besoins de l’ensemble de la population, dont nous devenons distributeurs », explique Caroline Demoucelle, responsable des études chez Carte Blanche Partenaires.

La démarche, menée en partenariat avec le lunetier Régé, installé dans l’Ain, s’est révélée un peu plus complexe que prévu. Qualité oblige, les lunettes devaient, à l’origine, être exclusivement estampillées « Origine France garantie » (1) ou « Made in France » (2). Mais cet objectif n’a pas pu être tenu pour la première année de lancement, au regard des volumes à fabriquer. En effet, l’une des conditions d’adhésion au réseau est de proposer en magasin la fameuse collection, vendue 1100 € à chaque opticien. A raison de plus de 10000 adhérents, cela représente une commande de plus de 300000 montures que les sous-traitants de la lunetterie n’ont pas pu absorber. La collection 2016 comprendra donc 12 modèles Origine France garantie et 24 estampillés CE (Communauté européenne) qui deviendront du Made in France pour la collection 2017, car d’ici là les artisans de l’Ain se seront organisés, promet M. Tripodi.

La plateforme a créé une centrale d’achat pour diffuser cette offre appelée Carte blanche Prysme. « Nous avons lui avons volontairement donné le statut associatif pour montrer notre volonté de ne pas réaliser de marge sur ce dispositif », indique Mme Demoucelle. Quant aux clients, ils découvriront cette collection sous la marque déposée « 1796 » en référence à l’année du début de la fabrication des lunettes en France.

Lorsqu’un bénéficiaire Carte blanche se présentera dans un magasin partenaire, l’opticien sera chargé de lui présenter notre collection.

Jean-François Tripodi, directeur général de Carte blanche Partenaires

Au chapitre des verres, pour atteindre le reste à charge zéro tout en respectant ses critères de qualité, Carte Blanche partenaires est allée jusqu’à s’interroger sur l’opportunité de les faire fabriquer selon ses spécifications. Une idée réalisable mais abandonnée car acheter des verres à Carte Blanche partenaires n’aurait « peut-être pas été évident pour le client », remarque M. Tripodi.

La plateforme a donc préféré référencer trois fournisseurs, en l’occurrence Essilor, Carl Zeiss Vision et Nikon, avec lesquels elle a négocié des tarifs préférentiels spécifiquement pour cette offre. «Lorsqu’un bénéficiaire Carte Blanche se présentera dans un magasin partenaire, l’opticien sera chargé de lui présenter notre collection. Un portail Internet lui permettra de composer les différentes associations monture et verres correspondant au niveau de garantie de l’assuré. Les équipements unifocaux pourront atteindre 350€ et les progressifs 550 €», explique M. Tripodi.

La seule obligation incombant à l’opticien est bien de proposer cette offre sans reste à charge : quant à l’assuré, il demeure totalement libre de son choix. Le commerçant peut également vendre les montures 1796 à des clients qui ne sont pas bénéficiaires de Carte Blanche Partenaires, qui dans ce cas de figure a toutefois fixé un prix plafond.

Seconde innovation introduite à l’occasion du renouvellement du réseau, un référencement « Carte Blanche – Premium ». Son objectif est de valoriser l’expertise d’opticiens pour des verres progressifs très techniques, individualisés pour tenir compte par exemple des besoins particuliers, liés au comportement des porteurs de lunettes. Ces opticiens « Premium » qui seront choisis en fonction de leurs équipements et de leur formation, bénéficieront d’une valorisation tarifaire sur une gamme de verres de Essilor et Carl Zeiss Vision.

1. Label selon lequel le lieu où le produit prend ses caractéristiques essentielles est en France, où est aussi constitué au moins 50% du prix de revient.
2. La dernière transformation substantielle du produit a eu lieu dans l’Hexagone, ou bien 45% de la valeur ajoutée y a été réalisée.

Près des deux tiers des français sont couverts par un réseau de soins

Le nombre de bénéficiaires potentiels des réseaux coïncide désormais avec celui des porteurs de lunettes. Avec leurs 41,9 millions de bénéficiaires, les six principaux réseaux du marché touchent 64 % des Français, une proportion qui est aussi celle des porteurs de lunettes, selon une enquête sur « Les Français et l’optique » menée en septembre 2012 par Ipsos pour la Mutualité française. Ce recouvrement est purement théorique, mais il est révélateur de l’expansion des réseaux de soins.


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
1. La loi autorise un numerus clausus (réseau dit fermé) pour les seuls réseaux d’optique.
2. Les offres sans reste-à-charge peuvent dépendre des contrats.
Principaux actionnaires et/ou partenaires des réseaux
– Carte blanche Partenaires : Aviva, Generali, Henner, MNH, Pacifica, Sogecap, Swiss Life, Thelem.
– Itelis : Axa et Humanis.
– Kalivia : Harmonie mutuelle et Malakoff-Médéric.
– Optistya : mutuelles du groupe Istya (mutuelles de la fonction publique).
– Santéclair : Allianz, Ipeca Prévoyance, Maaf-MMA, Mutuelle générale de la Police.
– Sévéane : Groupama et Pro BTP.

Le Magazine

ÉDITION DU 29 mai 2020

ÉDITION DU 29 mai 2020 Je consulte

Emploi

SAS COHEN CORPORATE ASSURANCES

Commerciaux Sédentaires H/F

Postuler

SOLUSEARCH.

Juriste Réassurance H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestations de service en assurance.

Ville de Parentis en Born

02 juin

40 - PARENTIS EN BORN

Mission de commissariat aux comptes pour la période 2020-2025.

Agence Nationale de la Recherche ANR

02 juin

75 - AGENCE NATIONALE DE LA RECHERCHE

PRESTATIONS NECESSAIRES A L'ETABLISSEMENT DES ACTES DE TRANSFERT DES BIENS IMMOBILI...

Agende de mutualisation des universités

02 juin

75 - AMUE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Réseaux de santé : Carte blanche Partenaires devient distributeur de lunettes

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié