Ressources humaines : le risk manager monte en puissance dans l'entreprise

Ressources humaines : le risk manager monte en puissance dans l'entreprise
© Parlement européen

La publication de deux études concomitantes met en évidence la plus grande polyvalence du risk manager et l’accroissement de son influence stratégique sur son lieu de travail.

53%

des risk managers ont 46 ans et plus.

41%

sont des femmes (28% en 2013).

108 000 €

La rémunération brute annuelle moyenne pour les top managers.

84 000 €

Pour les autres catégories.

39%

ont plus de dix ans d’expérience professionnelle en gestion des risques.

63%

travaillent dans des entreprises Grands comptes, 33% dans l’industrie et 19% dans les services.

31%

ont une formation en commerce-gestionéconomie, 24% en droit, et 22% sont ingénieurs ou scientifiques.

60%

ont suivi des formations complémentaires ne concernant pas le risk management.


Source : Amrae

Le métier de risk manager (RM) s’impose de plus en plus comme un rôle-clé au sein de l’entreprise. C’est en effet ce que révèlent deux études publiées fin septembre. D’un côté, l’Amrae, l’association pour le management des risques et des assurances de l’entreprise, a interrogé entre janvier et avril 2015, 188 personnes en France, issues du top management et des équipes spécialisées dans la gestion des risques en partenariat avec le cabinet PwC (1). De l’autre, Ace European Group s’est intéressé à l’évolution du rôle du risk manager en sondant 500 professionnels travaillant dans 27 industries différentes au travers de 25 pays dans le monde. D’une même voix, ces derniers mettent en évidence un accroissement de leur influence au sein de l’entreprise : 53% des risk managers français (étude Amrae) sondés et 71% des RM internationaux (Ace) déclarent ainsi partager ce sentiment d’une meilleure reconnaissance de leur fonction en interne. Symétriquement, l’augmentation de l’influence de ces professionnels au sein de leur entreprise s’accompagne aussi d’une écoute plus attentive de la part des plus hautes sphères de l’entreprise : alors qu’ils n’étaient que 18 % à être rattachés à la direction générale en 2013, 36% des risk managers sont désormais rattachés à cette fonction selon l’Amrae, qui note aussi que 62% ont un accès direct à la direction générale. Le constat est peu ou prou le même chez les professionnels du risque à l’international : 68 % des répondants de l’étude Ace estiment en effet que leur niveau d’influence au sein du conseil d’administration et de la direction générale de l’entreprise a progressé au cours des derniers mois.

Un champ d’intervention qui s’est élargi

Parallèlement à cette meilleure prise en compte, le champ d’intervention du risk manager s’est aussi élargi au fil des années : selon Ace, ce professionnel interviendrait davantage dans des décisions stratégiques au niveau de la direction générale, mais aussi dans des discussions plus sectorielles en matière de technologie numérique, R&D ou encore du choix des fournisseurs. Le risk manager serait aussi beaucoup plus polyvalent : selon l’Amrae, il gérerait désormais l’ensemble des risques de l’entreprise, et non plus simplement les risques assurables. Sans surprise, la collaboration avec les équipes de direction opérationnelles s’est également renforcée, pour plus de la moitié des RM français interrogés. Parallèlement, 79% des sondés de l’étude Ace estiment que le risk manager est vu de plus en plus comme un partenaire travaillant main dans la main avec ses homologues du secteur informatique et des ressources humaines. Les risques opérationnels (80% contre 69% en 2013), les risques de fraude (75% contre 73%) et les risques environnementaux (70% comparés à 73%) occupent cette année le podium des principales catégories de risques gérées par les RM français. Mais à l’avenir, le RM va aussi devoir renforcer ses connaissances dans d’autres domaines, à l’image de la cyber-sécurité ou encore du big data. Conscients de l’importance d’élargir leurs compétences, 22% des sondés d’Ace estiment pourtant ne pas avoir suffisamment d’informations pour bien appréhender ces risques émergents.

Nécessité de formation

De ce point de vue, la nécessité de se former reste une vraie priorité chez les professionnels du risque. Du côté français, les formations complémentaires sont un relais très utilisé : selon l’Amrae, 58% des risk managers français interrogés ont suivi une formation complémentaire. Parmi ces derniers, 50% l’ont suivie pour se perfectionner et 32% dans le cadre d’une prise de poste. En revanche, la situation serait beaucoup plus disparate au niveau international : ainsi, selon 17% des sondés d’Ace European Group, la profession ne disposerait pas encore de standards ou de certifications suffisantes. La Ferma, la Fédération des associations européennes en risk management, a toutefois mis à profit l’organisation de son forum à Venise les 4 et 5 octobre dernier pour lancer une certification, de manière à élever cette discipline au rang de profession. La suffisance des ressources fait aussi débat chez les risk managers. Si une grande majorité des RM français (77%) estiment disposer d’un budget de fonctionnement suffisant, près d’un tiers (29%) des professionnels du risque à l’international s’inquiète en revanche des limitations de leurs ressources.

Stéphanie Salti

(1) Amrae, le Baromètre du RM, 4e édition

Une profession confrontée à de nombreux défis

  • Les contraintes de temps et de ressources (29%).
  • L’obtention d’informations justes (28%).
  • Le manque de connaissance à propos des risques émergents (22%).
  • Des outils et technologies inadaptés (21%).
  • Une collaboration au travers des différents départements de l’entreprise pour la gestion des risques (20%)..

Le Magazine

ÉDITION DU 05 juin 2020

ÉDITION DU 05 juin 2020 Je consulte

Emploi

SOLUSEARCH.

Juriste Réassurance H/F

Postuler

SAS COHEN CORPORATE ASSURANCES

Commerciaux Sédentaires H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Contrôle annuel du compte-rendu financier de la DSP d'exploitation de l'UVEOM

SMITOM Haguenau - Saverne

04 juin

67 - Schweighouse-sur-Moder

Souscription d'un contrat d'assurances pour le compte du S.D.I.S. de Guyane.

SDIS de Guyanne Sce Départ. d'Incendie et de Secours

04 juin

973 - MATOURY

Risques statutaires pour le personnel territorial de la ville du Perreux-sur-Marne ...

Ville du Perreux sur Marne

04 juin

94 - LE PERREUX SUR MARNE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Ressources humaines : le risk manager monte en puissance dans l'entreprise

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié