Reste à charge zéro : les salariés sans illusion face aux tarifs des complémentaires santé

Reste à charge zéro : les salariés sans illusion face aux tarifs des complémentaires santé
Les salariés ne semblent guère croire à une stabilisation des tarifs des complémentaires santé suite à la réforme du RAC 0. © Toupance Marielle

La réforme du reste à charge zéro en optique, dentaire et audioprothèse aura-t-elle un impact futur sur les cotisations complémentaire santé ? Les salariés, interrogés dans une récente étude, ne croient pas à une stabilisation des tarifs.

Le 23 janvier dernier, la ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn déclarait, suite au lancement du chantier de négociations autour du reste à charge zéro en optique, dentaire et audioprothèse, que « la demande a été faite aux organismes complémentaires de retrouver une marge de manœuvre pour ne pas augmenter leurs tarifs ».

Si l’impact chiffré de cette réforme pour les complémentaires santé n’est pas précisément connu, des estimations de l’ordre de plusieurs centaines de millions d’euros sont souvent évoquées – rendant ardue, à court terme, la tant espérée stabilisation des cotisations.

Le RAC 0, un impact positif pour un salarié sur deux

Les Français, de leur côté, ne semblent guère se faire d’illusions. C’est l’un des principaux enseignements de la 4e édition de l’enquête BVA-Adding sur les attentes des salariés en matière de protection sociale*. Cinq salariés interrogés sur 6 (83%) estiment en effet que cette réforme (sur l’optique et le dentaire, l’audioprothèse n’étant pas incluse) aura nécessairement un impact à la hausse sur les cotisations complémentaire santé. Il en est de même côté assurance maladie (66%), une proportion logique puisque 91% de ce même échantillon considèrent que la Sécurité sociale devrait augmenter ses montants de prise en charge sur ces deux postes de soins.

Le reste à charge zéro sur l’optique et le dentaire ne rencontre, in fine, qu’une approbation assez limitée des salariés interrogés. Seuls 51% considèrent cette réforme comme un plus, là où 31% n’attendent aucun effet particulier au vu des prises en charge actuelles de leur assurance complémentaire santé collective. 18% jugent, au contraire, que cette réforme pourrait pousser les complémentaires santé à fixer leurs remboursements vis-à-vis des limites fixées dans le cadre du reste à charge zéro et, par conséquent, « ne plus laisser un libre choix ».

* Méthodologie : enquête réalisée auprès de 2 002 salariés d’entreprises de 500 salariés et plus entre le 28 février et le 7 mars 2018, échantillon représentatif interrogé en ligne sur système CAWI.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 30 octobre 2020

ÉDITION DU 30 octobre 2020 Je consulte

Emploi

CEGEMA

Chargé de Gestion Emprunteur H/F

Postuler

BANQUE DE FRANCE

Directeur de mutuelle H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Réalisation d'une étude relative à l'enjeu du territoire intelligent et de la donné...

DGE Direction Générale des Entreprises

29 octobre

94 - IVRY SUR SEINE

Marché de prestations de services d'assurances

Ville de Coubron

29 octobre

93 - COUBRON

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Reste à charge zéro : les salariés sans illusion face aux tarifs des complémentaires santé

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié