Résultats 2014 : Smacl Assurances tient ses objectifs et réfléchit à son avenir

Résultats 2014 : Smacl Assurances tient ses objectifs et réfléchit à son avenir
Jean-Luc de Boissieu, président du conseil de surveillance de Smacl Assurances.

Smacl Assurances a annoncé des résultats satisfaisants pour 2014 et se prépare à l’adaptation de sa gouvernance ainsi qu’à de possibles rapprochements.

En franchissant en 2014 la barre des 350 M€ de chiffre d’affaires (+3,4% par rapport à 2013 à 352,4 M€ et un résultat de 5,9 M€), Smacl Assurances a réalisé un exercice qualifié de «satisfaisant» par Christian Ottavioli, président du directoire. La mutuelle d’assurance des collectivités a poursuivi sa diversification, en direction notamment des associations et des entreprises délégataires du service public (+16% à 24,5 M€), ainsi que des particuliers (+13% à 14 M€). Le nouveau contrat «Sécurité Elus» de la mutuelle a notamment été souscrit par plus de 10 000 maires après les élections municipales de 2014.

Des cat' nat' qui pèsent

Quant à la sinistralité 2014, elle a été marquée par la multiplication des évènements climatiques. Même s’ils ont été moins nombreux, leur charge brute a été (à 31 M€) comparable à celle de l’exercice précédent, affectant surtout la garantie catastrophes naturelles. Un contexte qui pousse la mutuelle à réaffirmer son «attachement» au régime cat' nat'.

Des frais sous contrôle

En 2014, Smacl Assurances a aussi maintenu le cap en matière de maîtrise des frais généraux, contenus à 21%. Une maitrise qui permet à la mutuelle, malgré un contexte de taux bas qui pèse sur les produits financiers (11M€ en 2014), de faire «mieux que résister» puisqu’elle consolide ses fonds propres et son ratio de solvabilité.

Encore une marge de progression

Jean-Luc de Boissieu, président du conseil de surveillance, a affirmé que Smacl Assurances est «loin d’avoir épuisé» son marché des collectivités dont elle détient 30%. Si la réforme territoriale laisse peser un certain nombre d’incertitudes à l’horizon 2017-2018, il compte sur le potentiel des organismes qui gravitent autour des collectivités, ainsi que sur le marché des entreprises. Sur ce dernier, Smacl espère marquer des points grâce à son savoir-faire en matière de gestion de flottes automobiles et de patrimoine immobilier.

Des partenariats en vue

Autre axe de développement, le projet de partenariat annoncé en janvier avec la Mutuelle nationale territoriale (MNT), qui assure la protection sociale des agents des collectivités. Si ce projet doit encore murir, Jean-Luc de Boissieu a un souhait : «Doter le marché français d’un équivalent d’Etias en Belgique.»

Sgam ou Gam ?

Smacl Santé, la mutuelle santé créée en 2004 par Smacl Assurances, sera-t-elle partie prenante d’un éventuel rapprochement avec la MNT ? Elle est aujourd’hui une mutuelle autonome. «Il ne reste en commun qu’une marque et un logo», souligne Jean-Luc de Boissieu. Mais les deux structures restent liées par une Sgam. Même si cette dernière ressemble à une coquille vide, la transposition de solvabilité 2 va contraindre les deux mutuelles à des choix. «Soit nous faisons une Sgam «dure», soit nous divorçons», résume Jean-Luc de Boissieu, qui indique avoir proposé la première option à Smacl Santé, dont il attend une réponse.

Il estime que le projet de partenariat avec la MNT n’est pas un obstacle, car il donnerait à Smacl Santé des perspectives de développement qu’elle n’aurait pas sans. Mais la partie n’est pas partie gagnée, car Smacl Santé «a les yeux de Chimène pour AG2R-La Mondiale », rappelle-t-il.

Une nouvelle gouvernance

Solvabilité 2 aura une autre conséquence : pousser la mutuelle à faire évoluer sa gouvernance. Le scénario, dévoilé par l’Argus de l’assurance à fin décembre dernier, sera soumis au vote de la prochaine assemblée générale, le 24 avril prochain, à Bayeux (Calvados). Abandonnant le directoire et le conseil de surveillance, Smacl Assurances adopterait «une gouvernance moniste à conseil d’administration et direction générale». Dans ce schéma, Jean-Luc de Boissieu et Christian Ottavioli deviendraient respectivement président du conseil d’administration et directeur général et, potentiellement, pour chacun d'entre eux, deux des quatre yeux requis par Solva 2.

Le Magazine

ÉDITION DU 29 mai 2020

ÉDITION DU 29 mai 2020 Je consulte

Emploi

Marche de Bretagne

Mandataires Indépendants H/F

Postuler

SOLUSEARCH.

Juriste Réassurance H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Résultats 2014 : Smacl Assurances tient ses objectifs et réfléchit à son avenir

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié