Résultats 2016 : Malakoff Médéric stable malgré les turbulences

Résultats 2016 : Malakoff Médéric stable malgré les turbulences
THOMAS SAUNIER ,
Directeur général de Malakoff Médéric

Au sortir d’une année de stabilité malgré de nombreuses turbulences et chocs réglementaires, le groupe de protection sociale mise sur un retour à la croissance pour l’exercice en cours et envisage la création d’une Sgam pour 2018. Explications de Thomas Saunier, son directeur général.

Chahuté par l’échec de son projet de rapprochement avec La Mutuelle générale (LMG) et le débarquement de son délégué général, Guillaume Sarkozy, dont l’action et la vision du secteur ont bousculé le tempo du monde paritaire, Malakoff Médéric boucle finalement l’exercice 2016 sans encombre. Pour Thomas Saunier, à la direction générale du groupe de protection sociale depuis le 1er juin 2016, la stabilité du chiffre d’affaires constitue même « plutôt une bonne performance car le marché est de plus en plus concurrentiel ».

La santé en recul

L’assurance santé, aujourd’hui plus de la moitié du chiffre d’affaires du groupe paritaire, s’en ressent, puisque le taux de résiliations a progressé de 3,3 à 5,3 %. Mais elle affiche tout de même une hausse légèrement supérieure à celle du marché (+1,3 % selon les données du Fonds CMU-C). La fin des clauses de désignation, les « effets pervers » de l’ANI que sont les clauses d’exemption, ainsi que la réforme des contrats responsables ont percuté les spécialistes de la ­collective. Thomas Saunier chiffre le coût des nouveaux contrats responsables à quelque 40 M€. « Nous avons dû réduire des garanties d’offres qui dépassaient les nouveaux plafonds de remboursement, et donc ajusté nos tarifs à la baisse », explique-t-il. Et les surcomplémentaires, prétendues relais de croissance, ne compensent pas. « Le système est très compliqué et les salariés ont du mal à s’y retrouver », dit Thomas Saunier.

Du coup, même si le groupe s’est positionné sur ce type d’offre, leur dévelop­pement prendra « plus de temps que prévu ».

En prévoyance, ­Malakoff Médéric a, comme ses homologues paritaires, traversé une zone de turbulences, même s’il était moins tributaire que d’autres des clauses de désignation. La commu­nication du groupe, qui présente ses résultats en chiffre d’affaires récurrent – une notion qui prend notamment en compte des retraitements de réassurance en ­interne –, réduit certes un peu ce recul par rapport à celui ­affiché dans notre classement de la prévoyance (-5,7 %), établi sur la base de données comptables. Thomas Saunier impute éga­lement cette baisse à la fin de la commercialisation d’un important contrat d’assurance emprunteur, ce qui se traduit par une perte de chiffre d’affaires.

Dans ce marché difficile, ­Malakoff Médéric a vu son résultat net s’effondrer. Mais le groupe a, du fait de la structure de ses actifs financiers, bénéficié à fond de l’effet favorable de l’évolution des marchés à fin 2016, et voit ses fonds propres atteindre un niveau qualifié d’« historique ».

Il devrait donner au groupe les moyens de préparer l’avenir dans de bonnes conditions. D’ailleurs, son directeur général table sur un retour à la croissance pour l’exercice en cours, sous l’effet conjugué d’une bonne année commerciale 2016, dont l’impact se fera sentir en 2017, et du projet d’entreprise MM20. La stratégie commerciale déployée dans ce cadre doit tout d’abord dynamiser l’ensemble des canaux de distribution – ceux dédiés aux branches, la vente directe avec le réseau salarié, les plateformes de vente, les boutiques, le courtage sous la bannière Malakoff Médéric ­Courtage qui s’est substituée à Quatrem – et combattre les fameux effets pervers de l’ANI. Si le nombre de nouvelles recommandations de branches est assez ­significatif, l’apport d’affaires est tout de même « moins rapide que prévu », explique Thomas ­Saunier.

Les services en santé et prévoyance, marque de fabrique du groupe depuis huit ans, demeurent un axe stratégique fort.

« Nous souhaitons en faire un argument de fidélisation, plutôt qu’une source de chiffre d’affaires », indique le directeur général, exemple de l’absentéisme à l’appui : « Nous constatons que les entreprises qui ont bénéficié de ce service enregistrent une baisse de leur absentéisme de 12 % tandis que les autres l’ont vu augmenter de 16 %. Cela nous a amenés à pratiquer des baisses de tarifs de 10 % en faveur des entreprises qui s’engagent à utiliser nos services, et ce dès la signature du contrat ».

Investir le numérique et les services

Autre volet important, la transformation digitale. Malakoff ­Médéric n’exclut d’ailleurs pas de lancer, en septembre, un fonds d’investissement dans les start-up. La cible est non seulement les ­insurtech et fintech, mais aussi la santé et d’une manière plus ­générale tout ce qui touche aux ­services BtoB. Une volonté qui s’inscrit dans la continuité du déploiement de services auprès des entreprises clientes. Après l’échec du rapprochement avec La Mutuelle générale en 2016, le groupe entend privilégier les partenariats. « Nous ne cherchons pas à faire de fusion importante, mais à nouer des partenariats en architecture ouverte à différents niveaux de la chaîne de valeur », note Thomas Saunier. Le champ potentiellement concerné semble large, puisque le directeur général évoque aussi bien des accords commerciaux, que des partenariats dans le cadre des réseaux de soins ou de la gestion du tiers payant. Et l’intérêt du groupe pour les mutuelles 45 n’a pas disparu…

Enfin, Malakoff Médéric prévoit, pour se mettre en conformité avec la réglementation Solvabilité 2 sur les groupes prudentiels, la constitution d’une société de groupe d’assurance mutuelle (Sgam) dont la création devrait être votée lors de l’assemblée de juin, pour une mise en place effective au 1er janvier 2018. Une forme juridique que les paritaires semblent préférer à l’imprononçable Sgaps, ou société de groupe assurantiel de protection sociale, pourtant conçue spécialement pour eux.

Emploi

Groupama

CHARGE(E) DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL

Postuler

Groupama

CHARGE(E) DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Résultats 2016 : Malakoff Médéric stable malgré les turbulences

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié