Réveil tardif

Réveil tardif
Laetitia Duarte

Il y a quinze jours, je m’interrogeais pour savoir si, après le report de la date d’entrée en vigueur de la directive sur la distribution d’assurances (DDA), ce répit de quelques mois avait été bénéfique, ou non, aux intermédiaires d’assurance, supposés être prêts le jour J ou censés, à tout le moins, avoir pris le taureau par les cornes sur ce sujet. Un début de réponse nous a été donné aux Journées du courtage, organisées à Paris les 19 et 20 septembre derniers par le groupe auquel appartient L’Argus. Force est de constater qu’il y a du retard à l’allumage. Un retard assez préoccupant… Tout au long de ces deux jours, plusieurs assureurs ou observateurs attentifs des réseaux de distribution soupiraient, un brin dépités, face au peu d’empressement observé chez de nombreux courtiers de proximité ou agents généraux à vouloir se mettre en conformité dans les temps. Raisons invoquées le plus souvent ?

Soit les intéressés sem­blent convaincus que les efforts exigés ne leur rapporteront rien ou trop peu, commercialement ; soit ils estiment qu’ils ne disposent pas du temps nécessaire pour venir à bout de tous ces nouveaux process ; soit ils sont persuadés, en toute bonne foi, que leur petite affaire est déjà à peu près en règle. Sauf que, dans les faits, elle ne l’est pas. Une illustration de cette relative impréparation ? La frustration observée chez une partie de l’assistance au cours de la conférence d’ouverture des Journées du courtage. Il est vrai que celle-ci était Intitulée « DDA dans le viseur : êtes-vous prêts ? ». Mea culpa, nous aurions dû en modifier le titre et le programme, car les trois intervenants présents sur scène – Lionel Corre, sous-directeur à la direction générale du Trésor en charge des assurances, Laurent Ouazana et Bertrand de Surmont, respectivement présidents de Planète Courtier et de la CSCA – ont surtout détaillé leur projet de régulation et d’accompagnement de la profession. Une réforme majeure en lien direct, d’ailleurs, avec DDA. C’est pour cette raison qu’il nous semblait incontournable de profiter de la présen­ce de trois de ses principaux artisans pour en expliquer le pourquoi du comment. Mani­festement, de nombreux courtiers de proximité présents dans la salle attendaient avant tout de cette conférence qu’elle réponde, de manière pratico-pratique, à leurs interrogations sur cette directive. Il est toujours regrettable de ne pas répondre aux attentes de son public ou de ses lecteurs. Encore une fois, mea culpa, nous aurions donc dû en tenir en compte.

Cependant, il y a quand même de quoi s’interroger. Car ces attentes, aussi légitimes soient-elles, illustrent ce que je disais plus haut : que d’évidence, certains intermé­diaires ont sous-estimé l’importance du chantier que représentait DDA. Ce n’est pas à quelques jours à peine de l’entrée en vigueur de la directive le 1er octobre, qu’il fallait commencer à s’en soucier… Mais il y a des mois. Le contraste avec les réseaux salariés (voir pages 12 à 14), de ce point de vue, est assez saisissant. ?

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Fourniture, livraison et gestion de titres restaurant pour le Centre de Gestion de ...

Centre Gestion Fonction Publique Territ.des P. Atl. Maison des Communes

18 août

64 - PAU

Services d'assurances pour la commune de Vinon-sur-verdon.

Ville de Vinon sur Verdon

18 août

83 - VINON SUR VERDON

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Réveil tardif

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié