Risques d'entreprises : Generali affirme ses nouvelles ambitions

Risques d'entreprises : Generali affirme ses nouvelles ambitions

Pour renforcer ses positions en risques d'entreprise, Generali France s'est doté d'une nouvelle direction et a adopté un positionnement différent de celui de la concurrence. Cette stratégie s'inscrit dans le plan de transformation de sa maison mère.

Generali France n'avait pas abandonné les risques d'entreprise, mais force est de constater qu'il n'était pas des plus actifs sur ce marché. La donne devrait changer à l'avenir. C'est du moins le signal envoyé par le groupe italien avec la création, en avril 2013, de la direction Global Corporate et Commercial (GCC), placée sous la responsabilité de Paolo Ribotta. En France, c'est Odile Lasternas-Brécy qui pilote cette entité, avec pour mission de donner un nouvel élan à l'assureur sur le marché des entreprises de taille intermédiaire (ETI) réalisant un chiffre d'affaires de plus de 150M€. « Nous ne sommes pas de nouveaux entrants au niveau des risques d'entreprise, mais nous réaffirmons notre ambition de peser sur ce segment en France et plus globalement en Europe », confirme Paolo Ribotta.

Une équipe orientée sur le service

Alors que les ténors des grands risques comme Allianz Global Corporate et Specialty, Axa Corporate et Solutions ou Zurich France descendent sur le segment des ETI, GCC se focalise, dans un premier temps, sur la frange basse du marché, mais ne cache pas ses velléités de croissance sur le segment des grands comptes. En termes d'offres, la direction GCC couvre les entreprises en assurances dommages et responsabilité civile, ainsi qu'en besoins plus spécifiques : maritime, par exemple, ou lignes financières, une branche que le groupe vient d'ouvrir. De plus, pour apporter des solutions plus complètes, les entités locales de GCC travaillent en lien avec d'autres structures internationales du groupe : Generali Employee Benefits pour la protection sociale, et Europ Assistance.

En France, Global Corporate et Commercial s'est structuré autour d'une équipe de 80 personnes intégrant des gestionnaires de sinistres (soit 15% de l'effectif). « Dans une stratégie orientée vers les services, on ne peut pas imaginer que l'indemnisation, qui est le coeur de la prestation de l'assureur, ne fasse pas partie intégrante de l'organisation », souligne Odile Lasternas-Brécy. Le reste de l'équipe est composé de préventeurs (15% de l'effectif), de souscripteurs (33%) intervenant sur l'ensemble des branches de l'assurance dommages, et de personnes en charge du pilotage et de la coordination, avec l'appui, si besoin, des équipes internationales en risques d'entreprise, assurance collective ou assistance. »

S'adapter à chaque entreprise cliente

Face à des entreprises ne disposant pas de direction assurances ou gestion des risques, Generali GCC adopte une démarche orientée service et une logique de sur mesure. « Dans notre approche, tout commence par la gestion des risques et la prévention. L'assurance est le dernier sujet que nous abordons avec les dirigeants, développe Odile Lasternas-Brécy. Pour nos équipes et celles de nos intermédiaires - soit 150 courtiers actifs et une cinquantaine d'agents -, cela implique de ne pas imposer une façon de faire, mais de s'adapter constamment aux enjeux auxquels fait face chaque entreprise. »

Un marché qui pèsera davantage dans l'activité du groupe

 

La création de GCC donne corps à l'un des nombreux volets du plan de redressement lancé par Mario Greco, peu après son arrivée à la tête de Generali. Le groupe, qui veut améliorer sa rentabilité, entend être moins dépendant de la fluctuation des marchés financiers et accroître la part de l'assurance dommages dans ses revenus (à peine 33% en 2012). Les risques d'entreprise (1,7 Md€) ne représentent qu'une faible portion de ce pan d'activité devenu stratégique. Mais « GCC sera un acteur important du rééquilibrage du groupe vers l'assurance dommages, avec les marchés des particuliers et des petites entreprises dans les zones où Generali se développe, comme l'Europe centrale et orientale ou l'Asie », précise Paolo Ribotta.

Signe de la place de la nouvelle entité, elle fait l'objet d'investissements alors que le groupe est engagé dans un plan de réduction des coûts revu à la hausse pour atteindre 1 Md€ à l'horizon 2016. Ce focus sur GCC se traduira par des changements sur les marchés matures, car le positionnement de l'assureur était différent d'un pays à l'autre. « En Italie, nous sommes présents sur tous les segments. En France, l'activité est plus orientée sur les particuliers et les professionnels. L'Allemagne, elle, avait quitté les risques d'entreprise il y a deux ans », rappelle Paolo Ribotta. D'autres horizons devraient s'ouvrir à l'avenir : « Avoir pour mission de développer une nouvelle entité dans un groupe en pleine transformation est un atout dans le sens où nous pourrons nous appuyer sur les investissements qui seront réalisés dans des zones comme l'Asie ou l'Amérique latine. » T. B. ET E . D.

PAOLO RIBOTTA, DIRECTEUR GÉNÉRAL DE GENERALI GLOBAL CORPORATE et COMMERCIAL « Une logique locale au service d'un accompagnement à l'international »

Quels efforts devez-vous fournir pour séduire la cible des entreprises de taille intermédiaire ?

Avec cette cible, nous nous devons d'être efficaces et réactifs, et d'offrir à nos clients une gestion fluide et des délais d'indemnisation compétitifs. C'est pour cette raison que nous avons entamé un mouvement de fond au niveau de nos organisations. Nous avons décidé d'intégrer nos unités de gestion de sinistres dans GCC. Cette organisation va nous permettre à terme de nous confronter à la cible des grands groupes et, ainsi, de venir sur le terrain de certains assureurs.

Avez-vous investi pour justement améliorer votre qualité de services ?

Pour avoir des services efficaces à proposer, nous nous devions tout d'abord de renforcer nos équipes au niveau local. En parallèle, nous avons également dégagé une enveloppe de 10 M€ pour investir dans trois de nos plates-formes - CRM, gestion internationale et coordination de prévention des risques. Nous avons une logique locale que nous mettons au service d'un accompagnement à l'international. Pour ce faire, nous continuons d'investir à l'étranger, que ce soit en Europe de l'Est ou en Asie. Aujourd'hui, nous servons nos clients dans plus de 90 pays.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Services d'assurance

Fondation de Selves

20 août

24 - Sarlat-la-Canéda

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Risques d'entreprises : Generali affirme ses nouvelles ambitions

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié