Rosny-sous-Bois : l’appartement du rez-de-chaussée serait à l’origine de l’effondrement

Rosny-sous-Bois : l’appartement du rez-de-chaussée serait à l’origine de l’effondrement
Plus du tiers de l'immeuble s'est effondré sous l'effet d'une explosion de gaz survenue accidentellement au rez-de-chaussée.

Quarante-huit heures après l’effondrement d’un immeuble à Rosny-sous-Bois, qui a provoqué la mort de huit personnes, les enquêteurs de la Police judiciaire privilégient la piste d’une explosion due à une chaudière à gaz dans un des appartements situé au rez-de-chaussée. Axa, la compagnie, qui assurait l’immeuble, a dépêché un expert et un inspecteur sur place.

Le bilan définitif de l’immeuble soufflé dimanche matin à Rosny-sous-Bois fait état de huit morts et onze blessés graves. Alors que les sauveteurs continuent de progresser dans les décombres, les enquêteurs de la Police judiciaire planchent sur les circonstances de l’accident. Selon nos dernières informations, l’hypothèse d’une chaudière défaillante dans un appartement situé au rez-de-chaussée de l’immeuble serait désormais privilégiée, écartant de facto celle de travaux entrepris à proximité de l’immeuble.

Joint par l’Argus de l’assurance, Robin François, gérant d’Agreg Syndic, le syndic de copropriété de l’immeuble soufflé, considère que «la fuite de gaz ne peut provenir des travaux, car l’explosion aurait entièrement détruit l’immeuble, ce qui n’est pas le cas. On voit très bien qu’un peu plus du tiers de l’immeuble s’est effondré à l’endroit précis où se trouve l’appartement concerné». Une piste, qui, si elle s’avérait exacte, mettrait définitivement hors de cause GDF Suez.

Axa et Allianz n'ont pas eu accès au site

Dans les heures qui ont suivi le drame, Axa, la compagnie de l’immeuble par l’intermédiaire du courtier AssurCopro, a mandaté sur place un expert, Philippe Stofft ainsi que Christian Bergère, inspecteur sinistre dommage entreprise, compte tenu de l’importance du sinistre. Allianz, la compagnie du propriétaire non occupant de l’appartement incriminé, était également représentée, de même qu’un expert d’assuré du cabinet Apex. Tous n’ont toutefois pas pu accéder au site en raison de la poursuite des opérations de sauvetage. Les autorisations d’accès devraient être délivrées dans la journée de mardi ou mercredi par la Police judiciaire.

Un immeuble « en parfait état »

Alors que l’état de vétusté de l’immeuble de 15 lots construit dans les années 20 a été pointé du doigt par les médias, le syndic de copropriété tient à rappeler que l’immeuble se trouvait «en parfait état», évoquant les travaux de ravalement engagés en 2009 et, plus récemment, la réfection de la cage d’escalier. «Cinquante pour cents des appartements ont été refaits à neuf et ne présentaient donc pas de danger particulier. Exception faite de cet appartement, dont je ne sais pas s’il avait bénéficié de ces mêmes rénovations», poursuit Robin François.

Sept ans de procédure ?

Cet accident, l’un des plus meurtriers, rappelle l’explosion d’un café-restaurant soufflé à Bondy en Seine-Saint-Denis en octobre 2007, provoquant la mort d’une personne et 47 blessés. La déflagration était «la conséquence d'une canalisation de gaz naturel endommagée lors de travaux», expliquait à l’époque Gaz de France. Les occupants n’ont pu regagner leur immeuble qu’en 2014, soit sept ans après l’événement. Un délai que pourrait bien connaître ceux de l’immeuble de Rosny-sous-Bois, dont la «destruction totale devrait être ordonnée», estime Robin François.

Quant aux cinq immeubles adjacents déclarés en état de péril provisoire, leur devenir est suspendu aux décisions du préfet et de l’architecte de l’Etat. Celles-ci devraient intervenir dans la semaine, selon nos informations.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Marché d'assistance à maîtrise d'ouvrage pour l'aide à la décision dans la stratégi...

Ville de Paris / Secrétariat général Délégation générale à la modernisation

20 juillet

75 - VILLE DE PARIS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Rosny-sous-Bois : l’appartement du rez-de-chaussée serait à l’origine de l’effondrement

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié