Santander se veut distributeur plutôt qu'assureur

Santander se veut distributeur plutôt qu'assureur
Alfredo Sáenz, son DG, poursuit le désengagement de Santander de la production d'assurances, en cédant cette activité sur son marché domestique. © DR

Compte tenu des exigences réglementaires de Bâle 3, le directeur général de Santander, Alfredo Sáenz, l'annonçait dès l'été dernier : « Il nous faut réaliser des alliances, ne plus fabriquer des produits d'assurance, mais nous limiter à les distribuer. » Une première étape dans ce sens a été franchie, en février, avec la cession, pour 1,3 M€, de 51% des activités d'assurance du groupe en Amérique latine à Zurich Financial Services. Désormais, c'est en Espagne que Santander voudrait rééditer le même type d'opération.

Une fin annoncée depuis trois ans :

Selon le quotidien Expansiòn, qui n'a pas été démenti, Axa, Generali et Groupama figurent parmi les partenaires potentiels pour accéder aux 4 800 agences bancaires formant outre-Pyrénées le réseau de Santander et de sa filiale Banesto. Tout comme en Amérique latine, l'opération serait accompagnée d'un vaste accord de distribution, bien qu'il soit pour le moment impossible de savoir s'il y aura un ou plusieurs repreneurs.
La trajectoire dans l'assurance du groupe présidé par Emilio Botin n'a jamais été d'une lecture facile. En 2007, une équipe avait été constituée pour développer l'assurance auto, avant qu'une cession du pôle assurance ne soit envisagée en 2008, puis ajournée en raison des mauvaises conditions du marché.

Révolution au royaume de la bancassurance :

Les résultats 2010 de l'activité non-vie n'ont pas été bons, avec une baisse du volume de primes de 38,10%, selon l'institut d'études espagnol ICEA. Obtenir du cash - l'activité espagnole d'assurances est estimée à 3 M€ - en se recentrant sur son coeur de métier paraît donc le nouveau mot d'ordre.
S'il se concrétise, « cela pourrait donner des idées à d'autres et entraîner un désengagement des banques de l'assurance qui bouleverserait le secteur », analyse Bernard Retali, directeur de la société de conseil Inov Finance, à Barcelone. En effet, avec plus de 75% des affaires nouvelles en assurance non-vie réalisées par des banques, l'Espagne est, jusqu'à présent, le second pays d'Europe, après le Portugal, où le poids de la banque dans l'assurance est le plus fort. Une page que Santander semble vouloir tourner.

Les chiffres 2010 :

  • 2,1M€ de primes vie, représentant 3,76% du marché.
  • Provisions non-vie : 13,2 € (9,13% du marché).
  • Fonds de pension : 8,9 M€.

Sources : ICEA, Expansión

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 05 mars 2021

ÉDITION DU 05 mars 2021 Je consulte

Emploi

Assurances Saint Germain

Rédacteur Production Sinistres H/F

Postuler

Assurances et Réassurance Techniques

Gestionnaire sinistre et production H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Souscription des contrats d'assurance

Ville de Cogolin

03 mars

83 - COGOLIN

Assurance - complémentaire Santé et Prévoyance.

SMEA du Caux Central

03 mars

76 - SMEA DU CAUX CENTRAL

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Santander se veut distributeur plutôt qu'assureur

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié