Santé collective : l’approche offensive de Gan porte ses fruits

Santé collective : l’approche offensive de Gan porte ses fruits

Huit mois après avoir lancé son offre «ANI compatible», Groupama et ses filiales Gan Assurances et Groupama Gan Vie dressent un premier bilan encourageant de la stratégie commerciale adoptée en assurance santé collective, un marché qui reste encore mouvant du fait de la refonte en cours des contrats responsables.

Sur le marché des petites entreprises auxquelles s’adresse l’offre commercialisée, depuis cet été, par les agents généraux de Gan Assurances, les courtiers partenaires de Gan Eurocourtage, et, depuis plus récemment, les conseillers de Gan Prévoyance, le groupe recense 15 000 projets d’équipement concernant au total 45 000 salariés. La nouvelle offre représente aujourd’hui un tiers de la production santé destinée aux TPE-PME.

Des contrats souvent étoffés sur le marché des TPE

Alors que le contexte économique laissait craindre une orientation vers des niveaux de garantie peu élevés, Groupama observe que les entreprises choisissent souvent une couverture supérieure au socle minimum prévu par l’accord national interprofessionnel (ANI) du 13 janvier 2013 : 83% des contrats concernent ainsi des formules moyenne ou haut de gamme (formules 3 à 5 de la solution lancée cet été). «Plus l’entreprise est petite, plus les personnes couvertes sont proches des décideurs et plus la formule choisie est élevée», mentionne Sylvain Merlus, directeur collectives de Groupama Gan Vie et directeur de Gan Eurocourtage.

Par ailleurs, un salarié sur trois souscrit une option individuelle (un taux qui passe à 85% dans le cas où son contrat de base se limite au panier de soins minimum). Parmi les souscriptions d’options, 60% concernent la couverture d’un membre de la famille, 4%, un renfort des garanties dont bénéficient le salarié lui-même et 36%, un mixe des deux.

Tendance favorable aussi du côté des PME et grandes entreprises

Sur le périmètre des PME et grandes entreprises pour lesquelles Groupama propose des solutions sur mesure, le bilan des renouvellements des contrats non équilibrés montre que les entreprises ne sont pas forcément dans une logique de révision des garanties à la baisse.

La moitié des entreprises préfèrent majorer les cotisations et bénéficier du même niveau de prestations. Elles sont 20% à opter pour une baisse des garanties et un meilleur encadrement de celles-ci, et 20% à combiner majorations tarifaires et baisse de garanties. Dans 10% des cas, la refonte du contrat aboutit à la mise en place d’un socle obligatoire réduit avec options facultatives à la charge des salariés, c’est-à-dire à un transfert de charges vers ce dernier.

Des places à prendre en prévoyance

A l’avenir, Groupama entend profiter des opportunités qui vont apparaître – notamment en prévoyance – suite à la disparition des clauses de désignation. «Nous avons renforcé notre dispositif de veille des conventions collectives afin d’être en mesure de proposer rapidement des offres adaptées aux accords qui seront signés», indique Sylvain Merlus, selon qui cette capacité à réagir vite et à élaborer des solutions répondant mieux aux besoins que celles des organismes recommandés fera la différence.

Groupama entend ainsi apporter des solutions aux entreprises des secteurs de l’automobile et de la coiffure avec de nouvelles offres et revenir sur des branches comme l’immobilier ou encore les fleuristes, etc. En parallèle, le groupe continue à accompagner ses réseaux ainsi que les partenaires des petites entreprises que sont les experts comptables.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Santé collective : l’approche offensive de Gan porte ses fruits

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié