Scor : les catastrophes naturelles continuent de peser sur les résultats

Scor : les catastrophes naturelles continuent de peser sur les résultats
«Compte tenu de l'environnement de taux d'intérêt extrêmement bas, Scor dégage de solides résultats depuis le début de l'année 2016, à la fois en termes de rentabilité, de solvabilité et de génération de cash-flow», souligne Denis Kessler, PDG de Scor.

Sur les neuf premiers mois de l’année, Scor enregistre un résultat net de 438 M€ en baisse de 11%, pour des primes brutes émises de 10,216 Md€, en hausse de 4,4% à taux de change constants. Le réassureur français reste pénalisé par le coût des catastrophes naturelles. 

Les catastrophes naturelles ont continué d’affecter les bénéfices de Scor au cours du troisième trimestre de l’exercice 2016. Et pour cause : le résultat net recule de 11% à 438 M€ sur les neuf premiers mois de l’année sous l’effet d’une accumulation d’évènements climatiques « de taille moyenne », en particulier sur le deuxième trimestre de l’exercice : les incendies de Fort McMurray (au Canada), les tremblements de terre survenus au Japon (Kumatomo), à Taiwan et en Équateur, les tempêtes de grêle aux Pays-Bas et au Texas ainsi que les inondations en Europe et en Louisiane. Le ratio combiné ressort ainsi à 93% sur la période, en hausse de 2,2 points.

Des résultats «solides» malgré les taux bas

Le repli du bénéfice net est toutefois compensé partiellement par la génération de plus-values pour un montant de 168 M€, provenant principalement des portefeuilles d'actifs immobiliers et obligataires. «Compte tenu de l'environnement de taux d'intérêt extrêmement bas, Scor dégage de solides résultats depuis le début de l'année 2016, à la fois en termes de rentabilité, de solvabilité et de génération de cash-flow», souligne Denis Kessler, PDG de Scor.

Rentabilité et solvabilité robustes

Au plan de la rentabilité, l’un des deux objectifs du nouveau plan stratégique 2016-2019 « Vision in action » dévoilé en septembre dernier, le groupe affiche un rendement annualisé des fonds propres (ROE) de 9,3%, soit 855 points de base au-dessus du taux sans risque, contre un objectif stratégique égal ou supérieur à 800 points de base.

Quant à la solvabilité, l’autre moteur du cinquième réassureur mondial, le taux de couverture de la marge de Solvabilité 2 ressort à 212% sur la période et s'inscrit dans la fourchette optimale de 185 %-220 % définie dans le plan « Vision in Action » tandis que les fonds propres se renforcent à 6,436 Md€ au 30 septembre 2016 après le versement 278 M€ de dividendes pour l'année 2015, soit un actif net comptable par action de 34,65 €.

L'activité soutenue par la vie

En septembre dernier, Denis Kessler confiait à L’Argus de l'assurance que « la croissance [n’était] pas un objectif pour Scor ». Il n’empêche. Les primes brutes émises ressortent à 10,216 Md€, en hausse de 4,4 % à taux de change constants (+2,2 % à taux de change courants), avec une contribution de Scor Global Life à hauteur de 5,982 Md€ (+7,8 % à taux de change constants et +6,1% à taux de change courants) et de Scor Global P&C à 4,234 Md€ (-0,1% à taux de change constants, -2,8% à taux de change courants).

En dommages, le chiffre d'affaires reflète la discipline dans la gestion du portefeuille adoptée par le groupe dans l'attente d'un possible retournement de marché. «Nous sentons que le marché est en train de se stabiliser par rapport aux renouvellements de début d'année mais nous ne voyons pas globalement l'amorce d'un vrai retournement de marché », souligne Victor Peignet, directeur général de Scor Global P&C.

Normalisation de la politique de gestion d'actifs

Confronté au même titre que ses concurrents aux taux bas ­persistants qui menacent le rendement de ses ­placements financiers, le groupe français affiche l'objectif de normaliser la gestion de ses actifs. Cette normalisation, qui se traduira notamment par une réduction du cash et une augmentation de la duration de l’actif, porte déjà ses fruits. La liquidité a été réduite de quatre points entre fin juin et fin septembre 2016, à mi-chemin de l'objectif de 5%.

«Cette liquidité a été réinvestie sur les corporate bonds de haute qualité avec une augmentation de la duration du portefeuille, de 4 à 4,5 ans», explique François de Varenne, directeur général de Scor Global Investments.

Le rendement des actifs ressort, quant à lui, à 2,9% sur la période, en ligne avec les hypothèses formulées dans le plan stratégique. «Nous sommes plus optimistes sur les marchés financiers même si nous ne parlons pas encore d'euphorie», poursuit François de Varenne, s'appuyant notamment sur la perspective d'une augmentation des taux d'intérêt de la Réserve fédérale américaine (Fed) à la fin de l'année.

Les principaux objectifs du plan stratégique 2016-2019

- Rendement annualisé des fonds propres (ROE)
 : égal ou supérieur à 800 points de base au-dessus du taux sans risque à 5 ans au cours du cycle
- Ratio de Solvabilité 2 : 185% à 220% du SCR (capital de solvabilité requis)
- Rendement des actifs compris entre 2,5% et 3,2%
- Croissance annuelle moyenne entre 4% et 7% dont +3% à +8% en dommages et +4,5% et +6% en vie
- Ratio combiné en dommages : entre 95% et 96%
- Marge technique vie entre 6,8 et 7%
- Ratio de coûts : entre 4,9% et 5,1%

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurance Dommages-Ouvrage et tous risques chantier pour l'opération "Réhabilitatio...

Communauté Commune Golfe de St Tropez

17 février

83 - COGOLIN

Marché de services bancaires.

URSSAF Languedoc-Roussilon

17 février

34 - URSSAF DE L'HERAULT

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Scor : les catastrophes naturelles continuent de peser sur les résultats

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié