[DOSSIER] Les femmes dans l'assurance : numéro spécial 4/10

Secteur de l'assurance : la parité, c'est pas pour demain !

Alors que leur poids ne cesse de croître dans les effectifs et les recrutements du secteur de l’assurance, les femmes représentent moins d’un tiers des postes de direction.

Les chiffres sont parfois trompeurs. Le 13 décembre prochain, l’Observatoire de l’évolution des métiers de l’assurance (Oema) présentera les données socia­les du secteur. L’Argus de l’assurance s’est procuré en exclusivité les résultats consacrés à l’égalité profession­nelle hommes/femmes.

Selon ce rapport, à première vue, tous les voyants sont au vert. La part des femmes dans l’effectif total de l’assurance progresse (60,1 %, +0,1 point par rapport à l’exercice précédent). Tout comme leur présen­ce dans l’encadrement (48,8 %, +0,5 pt) ou parmi les cadres de direction (29 %, +1,4 pt). « Sauf qu’à ce rythme-là, il va falloir un siècle et demi avant que la parité soit atteinte dans tous les niveaux hiérarchi­ques de l’entreprise », ironise Norbert Girard, secrétaire général de l’Oéma, précisant que le chapitre sur la mixité s’intitule cette année : « La féminisation au ralenti. »

Les femmes moins présentes au sein des instances dirigeantes

Pour lui, le problème se situerait notamment du côté de la promotion interne. Car comment expliquer que bien qu’elles représentent désormais quasiment trois recrutements sur cinq dans le secteur (58,9 %), les femmes soient moins visibles au fur et à mesure que les responsabilités augmentent ? « Dans les classes 5 ou 6 – correspondant aux premiers niveaux d’encadrement et aux fonctions intermédiaires – le nombre de femmes promues n’est certainement pas suffisant. C’est justement là qu’il faut mettre l’accent », estime Norbert Girard. Si cette tendance perdure, le risque pourrait être d’avoir moins de candidatures féminines que masculines proposées lors des attributions de postes au sein des instances dirigean­tes.

Pour que l’égalité professionnelle s’améliore, le secrétaire général de l’Oéma préconise aussi de s’attaquer à un autre sujet. « On parle souvent de la notion de plafond de verre, moins du concept des parois de verre. Or, les femmes sont souvent cloisonnées dans des fonctions supports, telles les ressources humaines ou la communication. Des postes moins stratégiques que les DAF (NDLR : directeur administratif et financier) ou même les directions des systèmes d’informations, trustés majoritairement par des hommes », conclut-il.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 20 septembre 2019

ÉDITION DU 20 septembre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Relance assistance à maîtrise d'ouvrage et étude stratégique multisectorielle relat...

Territoire de la Côte Ouest Communauté d'Agglomération

22 septembre

974 - TERRITOIRE DE LA COTE OUEST

Marché de recouvrement de créances des anciens locataires de l'OPH d'Aubervilliers.

Office Public de l'Habitat d'Aubervilliers

22 septembre

93 - AUBERVILLIERS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Secteur de l'assurance : la parité, c'est pas pour demain !

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié