Sécurité routière : les 10 propositions du syndicat des équipements de la route pour 2017

Sécurité routière : les 10 propositions du syndicat des équipements de la route pour 2017
Le SER édite un livre blanc regorgeant de 10 propositions "politiques" pour lutter contre l'insécurité routière

En marge de la Journée Nationale de la Sécurité Routière qui aura lieu le 13 octobre 2016 et dans la perspective de l'élection présidentielle de 2017, les équipementiers de la route publient un livre blanc. Ce recueil concentre 10 mesures qui ne sont pas axées sur la répression.

 

Faire mouche avec 10 propositions : tel est l’enjeu du livre blanc sur la sécurité routière que publie le Syndicat des équipements de la route (SER) le 12 octobre 2016. L’organisme qui regroupe les principales entreprises des équipements de la route (3M, distriroute, Ouest Signalisation, IsoSign, Thales...) espère ainsi interpeller les candidats à la présidentielle sur la nécessité, entre autres, de veiller à l’entretien et la signalétique du patrimoine routier national et à préparer l’avènement des infrastructures routières dite « intelligentes ».

Un autre regard sur l'insécurité routière

Le SER entend souffler à l’oreille des politiques de nouvelles mesures, pour 2017, qui sortent du cadre purement répressif et défendre, bien évidemment, son propre intérêt. Le syndicat s’appuie sur le fait que 78% des maires* demandent à ce que l'état des routes soit de nouveau pris en compte dans les rapports d'accidentalité, d'où ils avaient disparu pour renforcer son plaidoyer. Lors d'un accident, la responsabilité de l'élu peut, en effet, être engagée au titre d'un défaut d'entretien normal de la voirie, notamment en cas de défaillance de signalisation d'un danger (CE du 27.3.99, n° 179808). En 2016, les chiffres de la mortalité routière sont, en tout cas, toujours mauvais.

Les 10 commandements du SER sont les suivants :

  1. Intégrer des critères liés à l'état de la route et de ses équipements dans les statistiques d'accidentalité.
  2. Généraliser les enquêtes techniques indépendantes à l'ensemble des accidents de la route.
  3. Etablir une cartographie annuelle de l'état des routes et de ses équipements.
  4. Utiliser les crédits formation pour renforcer les compétences techniques des gestionnaires de voirie en matière d'équipements de la route.
  5. Organiser une opération nationale de remplacement de la signalisation routière installée sur le territoire français depuis plus de 20 ans.
  6. Créer une commission « séniors et sécurité routière » pluridisciplinaire au sein du Conseil National de la Sécurité Routière (CNSR).
  7. Nommer un délégué interministériel pour favoriser la synergie entre tous les acteurs impliqués dans la route de 5ème génération dite « intelligente ».
  8. Déployer la route de 5ème Génération en donnant la préférence à l'exploitation intelligente des infrastructures existantes.
  9. Nommer un membre du Syndicat des Equipements de la Route pour siéger au Conseil National de la Sécurité Routière (CNSR).
  10. Rapprocher la Délégation à la Sécurité et à la Circulation Routières (DSCR), et la Direction Générale des Infrastructures, des Transports et de la Mer (DGITM).

*Etude PollingVox pour le SER réalisée auprès de 251 maires à l'occasion du Congrès des Maires - Juin 2016.

Emploi

Assistra

Chef de Parc Automobile H/F

Postuler

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Sécurité routière : les 10 propositions du syndicat des équipements de la route pour 2017

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié