So'Lyon Mutuelle, une nouvelle vie à la sortie de l'hôpital

So'Lyon Mutuelle, une nouvelle vie à la sortie de l'hôpital

L'ancienne Mutuelle de prévoyance du personnel des Hospices civils de Lyon a été obligée de revoir totalement son positionnement depuis qu'elle n'a plus le monopole d'affiliation des agents du groupe hospitalier. Le détail de sa nouvelle stratégie.

So'Lyon Mutuelle vient de signer son premier contrat collectif obligatoire avec une PME locale de 250 salariés. Un signe encourageant pour le service marketing et commercial, créé ex nihilo, qui a recruté deux salariés pour prospecter les collectivités territoriales, les TPE-PME et les non-salariés de l'aire lyonnaise élargie. Surtout, il s'agit, pour l'ancienne Mutuelle de prévoyance du personnel des Hospices civils de Lyon, du symbole d'un changement de modèle économique et d'un basculement dans une sphère interprofessionnelle beaucoup plus concurrentielle. À l'origine de cette soudaine diversification, on retrouve... l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR). Un hôpital public ne peut pas souscrire un contrat collectif à adhésion obligatoire, a estimé le régulateur. Ce que faisaient pourtant les Hospices civils de Lyon (HCL) depuis... 1932.

La mutuelle a vainement tenté de combattre cette décision (lire encadré), avant de devoir se résoudre à un véritable virage stratégique en janvier 2012. Celle qui était jusqu'alors réservée aux seuls personnels des HCL s'ouvre à tous les publics, actifs, jeunes retraités...

D'autres offres pour conquérir d'autres cibles

La petite structure doit alors quitter le siège des HCL, qui l'hébergeait dans un immeuble coquet du centre de Lyon, pour s'installer dans des locaux neufs à Villeurbanne. Changement de décor, de nom à la rentrée 2013 et d'habitudes. L'organisme se tourne vers le courtier Henner afin de se faire aider sur le plan technique et commercial. La nouvelle offre est prête à l'automne. Au moins dans ses grandes lignes.

So'Lyon a totalement repensé son offre individuelle. Fini le principe de l'offre unique qui prévalait depuis l'origine, la mutuelle propose désormais quatre types de garanties, ainsi qu'une couverture prévoyance et une assurance décès et obsèques. Elle dispose également d'une offre de contrats collectifs à la carte, comprenant cinq niveaux de prestations et deux options (un appui-conseil en prévention et une garantie prévoyance). Elle parie sur sa proximité, géographique ou sectorielle, comme expert dans le monde de la santé pour viser les petits établissements du secteur médico-social et les PME lyonnaises.

So'Lyon s'intéresse également aux travailleurs indépendants, qu'elle souhaite équiper à la fois en complémentaire santé, en prévoyance et en IARD - en rattachant, par exemple, des prestations de responsabilité civile à un contrat de prévoyance. Pour ce faire, la mutuelle est en recherche active de partenariat avec des assureurs spécialisés en IARD.

Ce virage à 180° a nécessité d'investir dans la rénovation du back-office, afin de rendre le système de gestion de l'information plus souple et mieux piloté en interne. La mutuelle va développer de nouveaux services en ligne et faire évoluer son tiers payant dès le premier semestre 2014. « Nous préparons une migration informatique complète, de manière à avoir un tiers payant national », souligne le président du conseil d'administration de So'Lyon, Rachid Ydjedd.

La mutuelle entend aussi séduire les collectivités locales. Pour ces dernières, So'Lyon est sur le point de faire labelliser une complémentaire santé. « Cette labellisation sera décisive », estime Rachid Ydjedd. Car si le législateur n'autorise pas encore les contrats collectifs obligatoires dans la fonction publique hospitalière, il les rend possibles dans la territoriale, qui n'est pas concernée par l'accord national interprofessionnel (Ani) du 11 janvier 2013 et qui est notoirement sous-équipée. « Je suis convaincu, poursuit-il, que le cadre de référence de la labellisation de la fonction publique hospitalière sera très proche de celui des collectivités locales. »

En attendant de réinvestir l'hôpital public

Pas question pour autant d'abandonner le coeur de l'activité. Les administrateurs de So'Lyon, tous issus du sérail syndical et hospitalier, ont mis un point d'honneur à maintenir l'indépendance de leur mutuelle dans l'attente d'un décret d'application encadrant la labellisation des contrats collectifs dans la fonction publique hospitalière... ce qui leur permettra, espèrent-ils, de reprendre position dans l'institution hospitalière. « Nous l'attendons depuis trois ans », explique le président de So'Lyon Mutuelle, avant d'ajouter : « Ce jour-là, nous serons prêts à redevenir l'opérateur de référence. »

Dans tous les cas, il lui faudra se différencier de son grand concurrent, la Mutuelle nationale des hospitaliers (MNH). « Nous le faisons en garantissant une complète transparence tarifaire. Nous ne pratiquerons pas la politique des six mois offerts. Et nous ferons valoir que les contrats seront gérés ici, depuis le siège », répond Rachid Ydjedd. De toute manière, So'Lyon est en quelque sorte condamnée à la réussite.

Même si elle affiche de très bons ratios de solvabilité (lire ci-contre), la fin du contrat collectif obligatoire avec les Hospices civils de Lyon s'est fortement répercutée sur le nombre de ses adhérents. La direction estime cette perte à 4 000 cotisants (sur 14 000 agents en activité et 10 000 retraités). De nombreux salariés auraient notamment fait le choix plus économique d'être couverts par le contrat de leur conjoint. Qui plus est, la mutuelle a encaissé un nouveau coup dur fin 2013, avec la fin de la gestion du régime obligatoire et le transfert des personnels dédiés à ces opérations à la caisse primaire d'assurance maladie de Lyon.

PAS DE COLLECTIF OBLIGATOIRE DANS LA FONCTION PUBLIQUE

  • Septembre 2011 L'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) met en demeure la Mutuelle du personnel des Hospices civils de Lyon d'informer ses 14 000 adhérents du caractère individuel, donc facultatif, de leur adhésion, en vertu de l'article L. 221-2 du code de la mutualité, qui réserve aux salariés de droit privé les opérations collectives obligatoires.
  • Février 2012 Le Conseil d'État refuse de transmettre au Conseil constitutionnel la question prioritaire de constitutionnalité (QPC) déposée par la mutuelle concernant cet article L. 221-2.

UNE MUTATION, Y COMPRIS DANS LE MANAGEMENT

So'Lyon a engagé un nouveau directeur général, en la personne de Christophe Davenne. Le profil de ce quadragénaire a plu au conseil d'administration. Il possède une triple expérience des fonctions de direction commerciale, financière et opérationnelle - chez Mutualia Nord de France. Pour la mutuelle lyonnaise, il s'agit d'une révolution culturelle, car l'usage voulait jusqu'à présent que la direction soit confiée à d'anciens directeurs d'hôpital.

UNE MUTUELLE SOLIDE FINANCIÈREMENT

  • 467% de marge de solvabilité : (Solvabilité 1) ; 332% (Solvabilité 2)
  • 18 M€ de cotisations en 2012
  • 21,8 M€ de placements nets
  • 21 000 cotisants revendiqués

SOURCE : SO'LYON MUTUELLE

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 10 avril 2020

ÉDITION DU 10 avril 2020 Je consulte

Emploi

Futur Associé H/F

Postuler

SOLUSEARCH

Responsable de Développement « Accord de Branches » H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assistance à maîtrise d'ouvrage pour le suivi du service public délégué d'eau potab...

Communauté Commune Golfe de St Tropez

09 avril

83 - CC GOLFE DE ST TROPEZ

Approvisionnement en carburants dans les stations-services au moyen de cartes carbu...

Ville de Maizières lès Metz

09 avril

57 - MAIZIERES LES METZ

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

So'Lyon Mutuelle, une nouvelle vie à la sortie de l'hôpital

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié