[DOSSIER] Spécial comptes de l'assurance 2017 4/7

Spécial comptes 2017 - Europe : un classement qui brille à nouveau par sa stabilité

Dans un contexte de très léger recul des primes émises (-1 %) en 2016, le classement des vingt premiers assureurs d’Europe reste stable, celui-ci étant dominé, pour la troisième année d’affilée, par Axa, Allianz et Generali.

Deux événements politiques majeurs ont marqué l’année 2016 : le choix des Britanniques de quitter l’Union européenne, en juin, et l’élection présidentielle aux États-Unis, en novembre. Après le vote en faveur du Brexit, la Banque d’Angleterre a mis en place un assouplissement quantitatif (quantitative easing), à l’instar de la Banque centrale européenne qui, en 2015, avait lancé, dans la zone euro, son programme de rachat d’actifs massif, ce qui impose aux assureurs d’évoluer dans un contexte de taux bas. Parallèlement à un environnement économique international en ralentissement, l’Europe a été touchée par une vague d’événements climatiques et terroristes.

Même si la majorité des domma­ges liés aux catastrophes naturelles a été supportée par les réassureurs, les assureurs du Top 20 ont vu leur résultat touché plus ou moins fortement. On notera, ainsi que dans le classement, la plus importante perte de résultat, princi­palement imputée aux intem­péries du mois de juin aux Pays-Bas, est celle de l’assureur néerlandais Achmea, 13e du classement avec un chiffre d’affaires en baisse de 2 % par rapport à l’année précédente.

Enfin, la révolution numérique, et l’évolution des usages qui en décou­le, encouragent les assureurs à accélérer leur transformation digitale et à réinventer leur métier en accentuant leurs efforts sur la prévention et l’accompagnement de leurs assurés. L’année 2016 a, ainsi, été marquée par le développement des offres collaboratives et de celles reposant sur les objets connectés. Toutefois, les avancées concernant l’innovation doivent tenir compte d’un contexte réglementaire de plus en plus contraignant avec l’entrée en vigueur de Solvabilité 2 et la pub­lication de la directive sur la distribution d’assurances (DDA), attendue pour 2018.

Contraction des primes

Dans ce contexte, le secteur de l’assurance est marqué par une contraction des primes émises (-1 %). Malgré cela, le Top 20 reste stable et enregistre, en moyenne, une légère hausse en matière de résultat. Seule modification au classement : l’entrée, dans le Top 20, d’Ageas, qui enregistre un chiffre d’affaires de plus de 9 Md€ à la fin de l’année 2016. Cette stabi­lité du classement cache néanmoins des situations et des stratégies diverses face aux difficul­tés rencontrées par le secteur. Les chiffres affichés sont, sauf exceptions, proches de ceux de 2015 sur l’ensemble des métri­ques analysés.

Avec un environnement de taux bas et des acteurs fortement engagés sur le marché de l’assurance, les placements financiers des assu­reurs du classement se por­tent relativement bien : ils enregistrent une hausse de plus de 2 % en valeur de marché, déno­tant un certain dynamisme et une réactivité des assureurs. Le rendement moyen, quant à lui, avoisine les 4 %. À ces bonnes performances relatives, il convient de noter, suite à la dépréciation de la livre sterling par rapport à l’euro, principal effet du vote du Brexit, une diminution des résultats des investissements financiers (-14 %) de l’assureur britannique Aviva, alors que le groupe affiche pourtant des résultats solides pour l’année 2016.

Le même trio gagnant depuis trois ans

Pour la troisième année consécutive, Axa domine le marché, suivi par Allianz et Generali qui creusent l’écart avec le reste du classement. À eux trois, ils repré­sentent plus du tiers du marché européen. Axa affiche des résul­tats positifs avec une croissance de ses primes émises supérieures à celle du marché (+4 %), un résultat net positif dépassant les 7 MD€, et un ratio résultat sur fonds propres de 9 %. La meilleure rentabilité du Top 20 est détenue, toutefois, par Allianz avec un résultat net représentant 9 % des primes émises. Enfin, Generali fait face quant à lui à une baisse de ses primes émises (-5 %), expliquée par une restructuration sur la branche vie. Malgré la tentative de rachat, avortée, par la banque italienne Intesa Sanpaolo, en dépit des rumeurs sur l’avenir de Generali France, l’assureur italien affi­che cependant un résultat net et un ratio résultat sur fonds propres (9 %) satisfaisants.

Des acteurs qui maintiennent le cap

L’assureur français Groupama subit une légère baisse de son résul­tat net pour atteindre 279 M€, en raison d’une sinistralité forte sur les sinistres climatiques et graves. Pour les mêmes raisons, Covéa enregistre une dimi­nution de résultat de son activité non-vie. Compte tenu de la forte concurrence entre les acteurs sur le marché, l’Italien UnipolSai connaît quant à lui une baisse de la collecte de primes, tant sur la branche vie que non-vie. Malgré un léger recul de son chiffre d’affaires (-5 %), BNP Paribas Cardif affiche des résultats solides, et se donne l’objectif d’augmenter ses revenus de 400 M€ à horizon 2020 avec son nouveau plan de développement, Cardif Forward. De son côté, le groupe Crédit agricole Assurances conserve la 8e place du classement en affichant des résultats stables par rapport à 2015 et a lui aussi lancé, début 2016, son ­nouveau plan, Ambition Stratégique 2020.

Ageas, nouvel entrant du classement, enregistre un résultat net pour l’année 2016 en baisse par rapport à l’année précédente. Cela s’explique par une succession d’événements internes et externes pesant sur les charges de l’assureur belge. Directement touché par les attentats en Belgique et les intempéries, Ageas fait également face à des difficultés au Royaume-Uni sur sa branche non-vie : révision des réserves pour dommages corpo­rels et performance générale décevante. Enfin, l’événement majeur reste le règlement du litige avec les anciens actionnaires de Fortis, dont Ageas est le successeur légal : l’ancien bancassureur, aujourd’hui démantelé, est accusé d’avoir eu une communication erronée sur le rachat d’ABN Amro, ce qui a accéléré ses difficultés. Cette décision entraîne une provision de 894 M€.

Enfin, Aegon et Mapfre, respectivement à la 10e et 11e place du classement, concluent l’année en hausse par rapport à 2015 et obser­vent tous les deux une augmentation de 2 % de leur chiffre d’affaires.

MÉTHODOLOGIE ET LIMITES

Les données utilisées sont issues des comptes consolidés ou combinés en norme IFRS ou à défaut en normes locales des groupes d’assurance dont le siège est basé en Europe. Les montants sont affichés en €, les taux de change retenus sont présentés dans ce tableau.

Les montants 2015 sont également issus des comptes de 2016, ils sont, dès lors, susceptibles de varier en regard des montants présentés l’an dernier.

L’hétérogénéité dans la présentation des informations financières des groupes d’assurance a nécessité un travail de retraitement pour obtenir des données comparables :

  • Le chiffre d’affaires correspond au total de primes émises brutes (gross written premiums en anglais).
  • Les placements sont exprimés en juste valeur (valeur de marché) et non en valeur comptable. Ils intègrent :
  • placements financiers ;
  • prêts (lorsqu’ils sont assimilables à des immobilisations financières) ;
  • trésorerie (lorsque le montant de cash relatif aux activités d’assurance est disponible) ;
  • placements en unités de compte (UC) ;
  • investissements immobiliers.
  • Provisions techniques : les montants reportés sont nets de réassurance.
  • Autres éléments : résultats, fonds propres, plus-values latentes, dettes subordonnées sont reportés tels qu’inscrits au bilan. L’ensemble des chiffres reportés dans les classements est basé sur les éléments publiés. Les éléments qui n’ont pas pu être obtenus sont repérés par la mention NC.

Remarque : cette année, le Groupe Ageas a intégré le classement aux dépens du Groupe RSA.

D’autres remontent la pente

Autre fait notable du Top 20 Europe : certains acteurs sont parvenus à améliorer leur situation, voire à renforcer leur position sur le marché. Après une année 2015 difficile du fait des taux bas, Ergo, filiale d’assurance de Munich Re, est ainsi entrée dans une phase de restructuration qui semble porter ses fruits. Son déficit s’est en effet résorbé pour atteindre – 40 M€.

De son côté, Société générale Insu­rance consolide sa position sur le marché européen et affiche une croissance de son chiffre d’affai­res (+1 %) supérieure à celle du marché. Le bancassureur voit également son résultat net croître, avec une rentabilité des fonds propres honorable pour la deuxiè­me année consécutive (13 %).

À la recherche de nouveaux relais de croissance

Au regard de la révolution digitale en cours, les assureurs font évoluer leur métier dans l’optique de gagner toujours plus en compétitivité. Ainsi, les trois premiers assureurs européens se sont engagés dans l’innovation en adoptant des approches différentes. Generali a lancé son premier produit d’assurance santé « sur mesure », Vitality, en juillet 2016, développé avec l’assureur sud-africain Discovery. Allianz a décidé d’approfondir sa connaissance client, de moderniser son réseau de distribution, et de proposer son offre Allianz conduite connectée, qui peut être souscrite à 100 % sur smartphone. Et enfin, Axa adopte une stratégie d’innovation ouverte en investissant dans les fintech à travers son fonds d’investissement Axa Strate­gy Venture, ou en encourageant la création de start-up à travers son incubateur Kamet. Plus généralement, les assureurs européens doivent revoir leur métier et renouveler leur offre en prenant en compte les spécificités des segments visés et les nouveaux usages. L’année 2017 présente un environnement tout aussi difficile que 2016. L’Europe est déjà marquée par une succession de catastrophes naturelles (les ouragans dans les Antilles) et humaines (les incendies durant l’été en France, les attentats au Royaume-Uni et en Espagne). L’ensemble des acteurs continuent d’évoluer dans un contexte de taux bas, et l’écono­mie européenne est suspendue aux négociations des termes du Brexit entre le Royaume-Uni et l’Union européenne.

Angèle Labady, Consultante assurance, Elise Liang, Consultante assurance et Camille Rabeau, Actuaire Senior, Sia Partners

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 10 avril 2020

ÉDITION DU 10 avril 2020 Je consulte

Emploi

Futur Associé H/F

Postuler

Assurances Saint Germain

Rédacteur Production Sinistres H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assistance à maîtrise d'ouvrage pour le suivi du service public délégué d'eau potab...

Communauté Commune Golfe de St Tropez

09 avril

83 - CC GOLFE DE ST TROPEZ

Approvisionnement en carburants dans les stations-services au moyen de cartes carbu...

Ville de Maizières lès Metz

09 avril

57 - MAIZIERES LES METZ

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Spécial comptes 2017 - Europe : un classement qui brille à nouveau par sa stabilité

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié