[DOSSIER] #Spécial digital 10/16

#Spécial digital : L'Association française de l'assurance se met à l'heure numérique

#Spécial digital : L'Association française de l'assurance se met à l'heure numérique

Installée depuis novembre 2014, la commission numérique de l’Association française de l’assurance (AFA) intervient dans une logique transversale sur l’ensemble de la chaîne de valeur de l’assurance pour optimiser le parcours client de l’assuré.

C’est en quelque sorte le « digital lab » de la profession. Opérationnelle depuis sept mois, la commission numérique de l’Association française de l’assurance (Afa), l’une des premières concrétisations du rapprochement entre la FFSA et le Gema, n’a pas perdu son temps. Elle a déjà tracé sa feuille de route (lire interview page de droite). Confiée à Virginie Fauvel, membre du comité exécutif d’Allianz France, la commission, forte d’une trentaine de participants, va identifier les innovations et sujets de place liés au numérique susceptibles de profiter à l’ensemble du secteur. Ces travaux sont d’autant plus stratégiques pour la profession qu’ils interviennent dans un contexte où les réflexes de consommation des assurés se numérisent. « Les nouveaux standards de consommation et d’accessibilité des offres nécessitent un alignement de la profession sur les meilleurs intervenants », rappelle Antoine Ermeneux, vice-président de la commission numérique et directeur marketing et transformations stratégiques de Covéa. Avant de poursuivre, un brin alarmiste : « Sans quoi le risque d’exclusion et de désinter­mé­diation de l’assurance par des compétiteurs exogènes de type Gafa (Google, Amazon, Facebook, Apple) est réel. »

L’e-constat auto en exemple

Pour y parvenir, les cinq groupes de travail constitués pourront notamment capitaliser sur l’exemple du e-constat auto, première grande réalisation, lancée en décembre dernier, et dont le démarrage se révèle plutôt encourageant. Fin mars, l’AFA recensait déjà près de 170 000 télé­chargements pour 3 700 e-constats remplis (5 millions de déclarations papier remplies en 2013).

Un décollage réussi qui devrait en appeler d’autres dans les prochains mois. C’est ce que rappelait Bernard Spitz, président de l’AFA et de la FFSA, en décembre : « L’AFA avait à cœur d’accompagner la montée en puissance du numérique. L’e-constat n’est qu’un élément d’une démarche plus globale. »

Numériser permet de réduire la fraude

Parmi les pistes à l’étude, figure la numérisation du certificat d’assurance, le « papillon vert » qui orne les 38 millions de pare-brise de nos véhicules. Il faut dire que la France fait partie des rares pays en Europe dans lesquels la vérification de l’assurance d’un véhicule ne repose que sur un papier, à la différence de l’Allemagne (lire encadré en page de gauche) ou du Royaume-Uni. Au-delà du retard tricolore à combler, la dématé­rialisation du certificat d’assurance présenterait un double intérêt pour le secteur : réduire les coûts de gestion liés à l’impression d’un document sécurisé à valeur de preuve et lutter contre la fraude à l’assurance. « Plus vous produisez de vignettes vertes, plus vous augmentez le risque de fausses cartes en circulation », nous a confié un connaisseur du marché.

Une tendance qui pourrait s’accélérer sous l’effet de la loi « Hamon », l’intensification des résiliations entraînant davantage de vignettes en cir­culation. Le phénomène est loin d’être marginal. Dans son rapport d’activité 2013, le Fonds de garantie des assurances obligatoires de dommages (FGAO) estimait qu’entre 370 000 et 740 000 véhicules cir­culaient sans assurance, soit entre 1 et 2% des conducteurs, dont 59 % ont moins de 35 ans.

Toujours en assurance auto, la commission numérique de l’Afa réfléchit à la possibilité de dématérialiser le relevé d’informations du conducteur.

En habitation, l’idée d’un « e-constat MRH » fait son chemin, même si un tel document n’a pas la même valeur juridique et décla­rative qu’en auto. D’autant que, selon nos informations, la profession préférerait d’abord évaluer l’apport de simplification du e-contat auto pour l’assuré avant de trancher sur son équivalent en habitation. « Si l’on parvient à raccour­cir les délais, supprimer le papier, réduire le time to market, c’est une bonne chose, mais ce ne sont que des conséquences de notre volonté de simplifier l’expérience client, du préshopping à la gestion de sinistre », rappelle Antoine Ermeneux. Temps du numérique ou temps du politique, tout n’est qu’une question de diapason.

En Allemagne, zéro papier depuis 2008

Le système de confirmation électronique d’assurance (Elektronische Versicherungsbestätigung) a permis de simplifier considérablement le système de l’assurance auto en Allemagne. Il a remplacé toutes les cartes papier en 2008 (système très coûteux de deux cartes pour l’assuré et l’assureur). Sans ce numéro électronique de sept lettres ou chiffres, l’immatriculation d’un véhicule n’est pas possible. C’est la Fédération allemande des sociétés d’assurances (GDV) qui a mis en place ce système avec une banque de données qui répertorie tous les numéros électroniques d’assurance. Ces derniers sont consultables par toutes les administrations chargées des immatriculations dans l’ensemble du territoire. Pour des raisons de protection des données, les employés de l’Administration doivent néanmoins obtenir du propriétaire du véhicule un code d’accès. La saisie manuelle des données n’est donc plus nécessaire. Lors des contrôles, la police peut obtenir les informations relatives au propriétaire du véhicule (dont son adresse) et vérifier que l’assurance est à jour en introduisant dans leur système le numéro d’immatriculation. Lorsque le propriétaire d’un véhicule change d’assureur ou lorsqu’il résilie son contrat, l’Administration est informée automatiquement. Cette banque de données est contrôlée par la société de services de la GDV (GDV DL).

Christophe Bourdoiseau

Les nouveaux standards de consommation et d’accessibilité des offres nécessitent un alignement de la profession sur les meilleurs intervenants.

Antoine Ermeneux, vice-président de la commission numérique de l’Afa

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 11 juin 2021

ÉDITION DU 11 juin 2021 Je consulte

Emploi

Cabinet DAUBRIAC ET LETRON

Gestionnaire Sinistres H/F

Postuler

Institution de Prévoyance Caisse de Retraite supplémentaire

RESPONSABLE FONCTION CLE AUDIT INTERNE H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Conseil et assistance en gestion financière.

ACOSS - Agence Centrale des Organismes de Sécurité Sociale

13 juin

93 - MONTREUIL

ACQUISITION DE TITRES RESTAURANT.

CA Grand Paris Sud Seine Essonne Sénart

13 juin

91 - CA GRAND PARIS SUD

Groupement de commande : Frais de santé et Prévoyance.

EPIC Meribel Tourisme

13 juin

73 - EPIC MERIBEL TOURISME

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

#Spécial digital : L'Association française de l'assurance se met à l'heure numérique

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié