[DOSSIER] Micromarchés 4/6

Success-stories : six niches vues par leur distributeur

Success-stories : six niches vues par leur distributeur

Insolites ou en plein essor, certaines activités ont été pertinemment investies et débusquées par des courtiers et agents à l’affût des trous dans la raquette. Zoom sur six bonnes niches.

Le cheval sous toutes ses facettes

Le monde du cheval nécessite des assurances spécifiques. Ainsi, le cabinet Valantin-Berger (40 personnes ; 3,5 M€ de CA), à Tarare (Rhône), courtier traditionnel de quartier, a investi le créneau dès sa création en 1990. « Je gérais un centre équestre et en découvrant toutes les défaillances assurantielles, j’ai créé Equitanet pour couvrir l’ensemble des besoins », explique le dirigeant, Yves Valantin. Des exemples ? L’assurance du transport de chevaux (transporteurs, loueurs, particuliers) assimilé à un transport de marchandises, et agrémenté par Yves Valantin d’un partenariat avec Equitassistance pour le rapatriement et l’hébergement des chevaux. « Beaucoup de courtiers éludent les spécificités de ce type de transport, par méconnaissance, et vendent des assurances non adaptées », estime le professionnel. Citons également les assurances pour les centres équestres (locaux, véhicules, monitorat, élevage) et les gîtes équestres, la multirisque habitation pour les propriétaires de chevaux qui ont des aménagements spéciaux, les maréchauxferrants (pathologies dorsales), la santé du cheval (frais vétérinaires, physio-massothérapeutes...), la vente des animaux. Yves Valantin, qui estime que seulement un ou deux autres courtiers ont des offres équivalentes en France, fait appel pour tout cela à des dizaines d’assureurs, en France et à l’étranger.

Le vélo électrique : l’assurance change de braquet

Le vélo à assistance électrique (VAE) a passé la barre des 100 000 unités vendues en 2015, soit un marché en croissance de 30 % par an ! Avec un prix moyen de 1 200 €, ces bicyclettes prisées par les citadins sont aussi devenues des proies pour les voleurs. Charles et Guy Dauphin, agents généraux MMA (6 personnes ; 950 000 € de CA) à Paris et Saint-Cloud, se sont d’abord intéressés à l’assurance des vélos de course, le jour où Charles a cassé son cadre en carbone à 3 500 €. « Je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire sur l’assurance casse, puis nous avons naturellement suivi le marché... ». Depuis 2015, avec la bienveillance de leur mandante, les deux frères ont monté un site marchand AssurancesVelo.com, où ils proposent une garantie casse pour les cycles traditionnels avec AIG et un contrat casse+vol pour les VAE avec MMA, dont la prime s’élève à 6 % de la valeur du vélo électrique. Quatre autres courtiers sont présents sur ce marché : FMA Assurances, 2CA , Gritchen et AT M. « Mais ils n’offrent pas tous une garantie en tous lieux, en toutes circonstances, et sans vétusté », précise Guy Dauphin. Avec la récente prime de l’État de 200 € pour l’achat d’un VAE sans batterie au plomb, les assureurs commencent à lorgner sur cette niche en plein boom pour relayer leur gamme deux-roues.

Le tatouage : couvrir une pratique en plein boom

Fort d’une dizaine de nouveaux clients par mois, Jean-Louis Courty, dirigeant du cabinet de courtage 2C Assurances (zéro salarié, 40 000 € de CA) depuis 2012, se félicite d’avoir façonné un package novateur englobant la RC exploitation, la RC Professionnelle (non-obligatoire) et la multirisque pro pour une population jusqu’ici ignorée des assureurs : les tatoueurs. Le tout, pour le prix d’un petit tatouage, à savoir 40 €/ mois. Il couvre, moyennant 2 € de plus, le matériel mobile transporté sur les shows dédiés au dizième art. Beazley et Generali portent les risques et avec 120 clients en portefeuille pour... 2 sinistres depuis 4 ans, le ratio S/P (Sinistres / Primes) du courtier fait rêver ! L’usage généralisé des nouvelles encres iTC limite les problèmes allergiques et l’engouement pour le taouage est croissant. Plus de 4 500 professionnels ont déjà convaincu 14 % de Français (contre 10 %, en 2010, selon Ifop). Un créneau pour cet ex-formateur, ayant notamment travaillé chez Axa, qui rayonne depuis Saint-Léonard-de-Noblat (Haute-Vienne) grâce à son site Internet et le bouche-à-oreille. Aujourd’hui, Jean-Louis Courty décline son offre dans le milieu du piercing et des médecines douces.

Châteaux et demeures historiques : un créneau de luxe

De nombreux propriétaires de manoirs, châteaux, et autres demeures anciennes ouvrent, depuis quelques années, les portes de leurs propriétés. Partenaire du réseau Relais & C hâteaux et de la Demeure historique, le cabinet GEA Assurances (14 personnes ; 3,5 M€ de CA) exploite cette niche depuis 2001. Avec plusieurs assureurs, le courtier a mis au point une offre sur mesure prenant en compte les risques spécifiques de ces bâtiments, leur ancienneté et leurs usages hors-normes. « Il n’est pas possible d’assurer un château ou une demeure historique comme n’importe quel bien immobilier classique, compte tenu de la nature du mobilier et des objets précieux qu’il renferme. De même, lorsqu’il y a une activité commerciale de réception ou de location, une garantie multirisque professionnelle standard n’est pas adaptée », détaille Pierre Charlet, président de GEA Assurances, qui précise : « Plutôt que des plafonds de garanties, nous offrons aux propriétaires la tranquillité de garanties en montant réel et en valeur à neuf, couvrant les événements sur la propriété et son activité : incendie, explosion, dégât des eaux, tempête, grêle, vol, autres dommages, perte d’exploitation, responsabilité civile... » Bingo ! Avec seulement 2 concurrents spécialisés, le courtier assure déjà plus de 500 demeures d’exception et leurs propriétaires.

Les résidents britanniques une clientèle à part Of course !

« On a une niche clients, pas une niche produits », explique Sylvie Scol, responsable de Riviera Insurance Brokers à Valbonne (Alpes-Maritimes). Fondé en 1991 par Éric Blair, consul honoraire de Grande-Bretagne à Monaco, ce cabinet de courtage (3 salariés ; 300 000 € de CA) couvre l’habitation, l’auto, la santé ou la prévoyance de la communauté britannnique aisée (résidents secondaires, retraités et actifs installés). « Ils n’ont pas la même façon de consommer et veulent qu’on leur parle anglais », précise Sylvie Scol, habituée à étendre la MRH de demeures souvent louées, à obtenir des clauses sur mesure en auto ou à pratiquer le paiement à distance. Le cabinet qui gère tous les sinistres travaille avec des assureurs qui ont une documentation bilingue : le Lloyd’s, Axa Art (habitation), Aréas (voitures haut de gamme), Bupa, Exclusive Healthcare Insurance et Expacare (assurance santé mixant complémentaire et couverture sociale) ou encore Juridica (PJ + extension de location saisonnière avec plateau de juristes anglais). Avec des primes plus importantes que la moyenne et peu de sinistres (Sylvie inventorie les risques pour souscrire au juste prix), le S/P est vertueux. Bouche-à-oreille et réseau font le reste. Fort de 1 500 clients et en croissance chaque année, seul le Brexit est une ombre pour le cabinet. « Aujourd’hui, nous enregistrons très peu de résiliations », observe-t-elle.

Industrie textile : gare au feu

Solidement implanté dans le Nord de la France à forte culture industrielle, le cabinet Deleplanque (25 personnes ; 2,7 M€ de CA) est reconnu pour son approche maîtrisée et méthodique des risques complexes. Depuis près de 90 ans, il intervient auprès des PME et PMI françaises du textile, reconnues à l’international pour leur savoir-faire. « En l’absence de lourdes et coûteuses installations de protection, peu d’assureurs acceptent de couvrir cette activité, car elle est considérée comme un risque sensible de par la forte inflammabilité des matériaux utilisés : mousse pour les matelas et les oreillers, fourrure synthétique...», explique Delphine Crapet, responsable Industrie Énergie des assurances Deleplanque. C’est donc essentiellement avec les syndicats du Lloyd’s (Mithras, BDB...), dont les exigences sont plus accessibles aux ateliers et usines textiles de la région, que le courtier a mis au point une couverture spécifique, assurant l’incendie et les risques annexes, le vol, le bris de machines, les événements et catastrophes naturelles, les pertes d’exploitation, la RC propriétaire d’immeuble... « Nous réalisons sur site un audit précis des vulnérabilités, et nous couplons généralement nos garanties avec une offre de service ingénierie protection / prévention », détaille-t-elle. Une double expertise technique et assurantielle qui lui permet de se développer sur ce segment porteur.

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 28 janvier 2022

ÉDITION DU 28 janvier 2022 Je consulte

Emploi

LA CENTRALE DE FINANCEMENT

RESPONSABLE ADJOINT MARCHE ASSURANCES H/F

Postuler

La Mutuelle Générale

MANAGER COMMERCIAL IDF -(H/F)- CDI

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurances

Fourmies Habitat

28 janvier

59 - FOURMIES HABITAT

Mission d'assistance, de services et conseils en assurances

Fourmies Habitat

28 janvier

59 - FOURMIES HABITAT

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Success-stories : six niches vues par leur distributeur

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié