Un investisseur institutionnel sur deux ignore encore le risque climatique

Un investisseur institutionnel sur deux ignore encore le risque climatique
Quatre compagnies signent leur entrée dans le top 500 : le groupe Maif (classé 71e et noté CC), Crédit Agricole assurances (80e place, noté CC), CNP Assurances (86e rang, noté C) et le réassureur Scor (classé 112e, noté D).

Près de la moitié des 500 plus gros investisseurs institutionnels mondiaux n’ont pas entrepris d’actions pour tenir compte, selon le rapport publié par l’ONG Asset owners disclosure project (AODP), du risque climatique dans leur gestion d’actifs. Côté (ré)assureurs, la Maif, Crédit Agricole assurances, CNP Assurances et Scor font leur entrée dans le classement.

A peine deux semaines après la signature de l’Accord sur le climat, issu de la COP21, en voici un autre qui jette un pavé dans la mare. Dans son édition 2016 du classement mondial des 500 plus gros investisseurs institutionnels (fonds de pension, assureurs, fonds souverains, fondations et fonds de dotation) représentant 38 000 Md$ d’actifs, l’ONG Asset owners disclosure project (AODP) révèle que 49% d’entre eux ne prennent toujours pas en compte le risque climatique.

Un risque pour les épargnants

Autre enseignement : 10% des investisseurs dévoilent des émissions de gaz à effet de serre (GES), financés par leur portefeuille contre 7% en 2015, mais seulement 2% se fixent un objectif de réduction à l’instar, notamment, de la Caisse des dépôts et de CNP Assurances. « Le fait que près de la moitié des plus gros investisseurs mondiaux ne fait rien pour compenser ces risques est choquant », souligne Julian Poulter, directeur général de l'AODP, estimant que ces derniers « jouent avec l'épargne et la sécurité financière de centaines de millions de personnes ».

D'autant qu'à peine 5% des investisseurs ont mis en place des moyens pour mesurer l'impact de "stress tests" climatiques sur leur portefeuille, et ce, malgré les avertissements répétés des régulateurs dont le Conseil de stabilité financière (FSB).

Quelques leaders et beaucoup de retardataires

Dans sa méthodologie, AODP a établi une notation graduée (voir ci-dessous) permettant d’identifier cinq catégories d’investisseurs en fonction de leur prise en compte du risque climatique dans leur portefeuille (management du risque, engagement, investissement bas carbone) : les « leaders » (notés de A à AAA), les « challengers » (notés de B à BBB), les « apprenants » (notés C à CCC), les « spectateurs » (notés D) et, en queue de peloton, les « retardataires » (notés X).

A noter que la France se classe au quatrième rang derrière la Suède, la Norvège et l’Australie. Trois de ses fonds (l’Etablissement de retraite additionnelle de la fonction publique (ERAFP), la CDC et le Fonds de réserve pour les retraites) figurent dans  le groupe des « leaders ».

Quatre (ré)assureurs français font leur entrée

Outre la 13e place occupée par la CDC (rating AA), il faut descendre à la 40e place pour rencontrer le premier assureur français, en l’occurrence Axa Group, dont la note a été valorisée d’un cran de BB à BBB.

Quatre compagnies signent aussi leur entrée dans le top 500 : le groupe Maif (classé 71e et noté CC), Crédit Agricole assurances (80e place, noté CC), CNP Assurances (86e rang, noté C) et le réassureur Scor (classé 112e, noté D).

Parmi les moins bons élèves, l’ONG indique que quatre des quatorze investisseurs institutionnels français référencés dans le classement n’ont, pour l’heure, pas engagé d’actions structurantes en matière de prise en compte du risque climatique. Il s’agit de Groupama SA, Humanis, Air France-KLM et Alcatel-Lucent, tous classés « retardataires » (notés X).

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assistance juridique.

SEM SIPEnR

26 juin

75 - SEM SIPENR

Prestation de services d'assurances.

CHI Emile Durkheim

26 juin

88 - EPINAL

Souscription de différents contrats d'assurance.

La Roche sur Yon Agglomération

26 juin

85 - LA ROCHE SUR YON AGGLOMERATION

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Un investisseur institutionnel sur deux ignore encore le risque climatique

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié