Un marché de niche à apprivoiser

Un marché de niche à apprivoiser
fotolia
À la différence d'autres pays européens, en France, moins de 5 % des animaux de compagnie seraient assurés en santé.

Difficile à croire que le marché de l'assurance pour animaux est aux abois. Les Français sont pourtant les Européens qui aiment le plus les animaux de compagnie : un foyer sur deux en moyenne en possède au moins un. On en compterait environ 60 millions, soit l'équivalent de la population française. Il est vrai que rien n'oblige les propriétaires à assurer leurs animaux, hormis en responsabilité civile pour les détenteurs de chiens considérés comme dangereux de catégories 1 et 2 (loi n° 99-5 du 09.1.1999 et la loi n° 200-582 du 20.6.2008). Pour les autres, la responsabilité civile du propriétaire couvre les dommages causés aux tiers par les animaux de compagnie que l'on possède ou dont on a la garde (article 1385 du code civil). La responsabilité civile habitation, par exemple, prend en général en charge la RC des animaux considérés comme non dangereux.

Le Net tente de pallier l'absence des généralistes

Si les propriétaires sont couverts, les animaux, eux, ne le sont pas. Ainsi, moins de 5 % des animaux de compagnie seraient assurés en France. Un chiffre qui contraste fortement avec les taux de l'Angleterre ou de la Suède, respectivement de 40% et 80%. Le potentiel semble donc énorme... Alors pourquoi une telle différence ?

Premier élément de réponse, les assureurs généralistes ont déserté le marché, jugé non rentable en raison d'une trop forte sinistralité, laissant la place à des spécialistes sur Internet. Des comparateurs d'assurances d'animaux (assurance-animaux.fr, chien-chat.com) sont apparus. Deux freins toutefois : tout le monde n'a pas accès à la Toile et le manque de confiance dans des marques moins connues peut provoquer des réticences.

Des propriétaires peu mobilisés

Le deuxième est l'absence de sensibilisation des propriétaires à l'assurance. Déontologiquement, les vétérinaires n'ont pas le droit d'en faire la promotion. Enfin, le prix de l'assurance santé est encore jugé trop élevé, puisqu'il faut débourser entre 10 et 25 € par mois. Des écarts de tarifs qui s'expliquent principalement en fonction de deux facteurs : le type d'assurance et l'âge de l'animal. À noter que, contrairement aux assurances de personnes, celles pour animaux de compagnie pratiquent une sélection médicale draconienne et refusent, par exemple, de prendre en charge les pathologies existantes.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 06 décembre 2019

ÉDITION DU 06 décembre 2019 Je consulte

Emploi

Mission Handicap Assurance

Mission Handicap Assurance

Postuler

Natixis Assurances

Cadre technique Indemnisation Auto H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Un marché de niche à apprivoiser

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié