Une escroquerie aux véhicules d'occasion qui inquiète et mobilise la profession des experts en automobile

Une escroquerie aux véhicules d'occasion qui inquiète et mobilise la profession des experts en automobile
Trois experts en automobile sont impliqués dans un trafic de véhicules d'occasion.

L’affaire du trafic de véhicules accidentés révélée par le quotidien Le Parisien risque de mettre à mal l’image de la profession des experts en automobile. Leur fédération, l’Anéa, va travailler aux côtés des pouvoirs publics pour identifier les véhicules concernés et évaluer leur état.

Plus de 5000 véhicules accidentés ont été remis en circulation illégalement et pourraient donc présenter des problèmes de sécurité. C’est l’effarant constat qui ressort d’une enquête menée par la gendarmerie sur un trafic de voitures d’occasion.

L’affaire révélée par le quotidien Le Parisien dans son édition du 8 juillet 2015, implique trois experts en automobile ainsi que des professionnels de la réparation. Ces trois experts basés en Ile-de-France auraient, pendant plusieurs années, émis pour des véhicules accidentés, des certificats de remise en circulation de complaisance, ce qui signifie que les réparations effectuées pourraient s’avérer non conformes à la législation en matière de sécurité.

Des experts " en marge de la profession "

« Cette affaire est dramatique pour la profession en terme d’image », déplore Sylvain Girault, vice-président de l’Alliance nationale des experts en automobile (Anéa). Ce que la fédération redoute c’est que les pratiques frauduleuses de quelques personnes viennent entacher la réputation des 3500 experts qui exercent leur métier dans les règles.

Les experts incriminés exerçaient selon, Sylvain Girault, « en marge de la profession ». « Ils font partie de cette infime proportion d’experts qui interviennent exclusivement sur des véhicules économiquement irréparables ou gravement endommagés », c’est-à-dire sur des véhicules rachetés par les assureurs à leur propriétaire et revendus à des épavistes pour être recyclés parce que le coût des réparations s’avère supérieur à leur valeur, ou sur des véhicules ayant subis des dégâts ou déformations importantes compromettant leur sécurité, situation qui conduit à leur mise hors-circulation.

L'Anéa va se porter partie civile

Les experts incriminés auraient délivrés des documents de complaisance permettant la remise en circulation de plus de 5000 véhicules pour lesquels les réparations n’ont peut-être pas été effectuées selon les règles. Ces véhicules potentiellement dangereux vont devoir être identifiés et leur état vérifié.

L’Anéa qui va se constituer partie civile, est en contact avec le ministère de l’Intérieur et celui des Transports. « Nous allons participer à l’identification des véhicules, analyser les rapports d’expertise initiaux ayant conduit à leur retrait de la circulation, afin d’évaluer dans quel état ils étaient avant les réparations, et vérifier s’ils ont été réparés ou non selon les règles de l’art », explique Sylvain Girault.

Avec les autres personnes incriminées (onze au total), les trois experts comparaitront devant le tribunal correctionnel d’Evry début août. Sylvain Girault souhaite qu’ils soient lourdement sanctionnés et très vite écartés de la profession.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Missions d'assistance juridique.

Ville de Cluses

15 juin

74 - CLUSES

Prestations de services d'assurance.

Ville d'Evian les Bains

15 juin

74 - EVIAN LES BAINS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Une escroquerie aux véhicules d'occasion qui inquiète et mobilise la profession des experts en automobile

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié