Une perte de 1,7 Md€ conclut une « annus horribilis »

Une perte de 1,7 Md€ conclut une « annus horribilis »
DR

Le résultat net de Groupama a été très fortement pénalisé par les dépréciations financières liées à la dette grecque et à son exposition en actions. La marge de solvabilité du groupe est néanmoins respectée.

Pour Groupama, l'addition est salée en 2011 : le groupe subit 1,76 Md€ de pertes, contre un bénéfice net de 398 M€ en 2010. « L'exercice a été lourdement frappé par un apurement de moins-values sur nos actifs. Si les comptes sont très pénalisés, en revanche, notre rentabilité opérationnelle connaît un net redressement. Tous nos ratios prudentiels sont respectés, le groupe avait la capacité en fonds propres d'absorber le choc », a commenté Thierry Martel, le directeur général de Groupama.

Un bon moteur commercial et technique

Le résultat net a été affecté par des provisions sur les participations en actions stratégiques de 1,5 Md€ ainsi que par les dépréciations sur les obligations d'État pour 1,55 Md€. Par conséquent, les fonds propres ont directement pâti de ce lourd déficit et passent de 7 Md€ au 31 décembre 2010 à 5,3 Md€ au 31 décembre 2011.

Malgré cela, l'assureur vert affiche une marge de solvabilité de 107%, grâce au rapprochement récent opéré entre sa filiale foncière Silic et celle de la Caisse des dépôts, Icade, ainsi qu'à l'injection toute récente des 300 M€ dans Gan Eurocourtage, dont le processus de vente se poursuit. L'objectif est d'atteindre un ratio de solvabilité de 140% en 2014, via un plan d'actions décidées dans le cadre de la stratégie de performance et des mesures drastiques de réduction des coûts (lire l'interview de Christian Collin sur notre site www.argusdelassurance.com).

Au niveau opérationnel, le résultat connaît une bonne progression, puisqu'il s'établit en 2011 à 309 M€ contre 39 M€ en 2010, soit une multiplication par 8. « Notre moteur commercial et technique a très bien fonctionné, et l'ensemble de nos lignes de business se sont développées », commente Thierry Martel. Le chiffre d'affaires du groupe s'établit à 17,2 M€, en légère baisse (1,3% à périmètre et change constant).

L'épargne a un effet négatif sur le chiffre d'affaires

En France, la baisse est équivalente à celle du groupe, avec un chiffre d'affaires à 12,67 Md€ (- 1,8%) en raison d'une baisse de l'activité épargne (- 7,1%). En assurance vie, la collecte nette reste positive, à 70 M€, mais subit une chute de 85%. Le groupe a réorienté ses flux vers les unités de compte, qui représentent aujourd'hui 12% de la production en épargne retraite individuelle contre 4,7% en 2010.

En revanche, en IARD, le groupe a engendré des affaires nouvelles en auto (110 000, dont 25 000 pour Amaguiz), en habitation (73 000) et en santé (32 000). À noter également que le ratio combiné baisse de 7,5 points dans cette branche, pour s'établir à 97,4% contre 104,9% en 2010, malgré l'addition de la sécheresse (plus de 100 M€).

Le groupe avait les moyens d’encaisser ce résultat fortement déficitaire.

Thierry Martel, directeur général de Groupama

 

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 15 novembre 2019

ÉDITION DU 15 novembre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Développeur Angular JS (F/H)

Postuler

KAPIA RGI

Développeur Oracle PL / SQL (F/H)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestations de service d'assurance en matière de frais de santé pour l'EPA Sénart.

EPA de la Ville Nouvelle de Sénart

14 novembre

77 - EPA DE SENART

Prestations d'assurance - Dommages aux biens et risques annexes.

Ville du Tampon

14 novembre

974 - LE TAMPON

RENOUVELLEMENT DU CONTRAT-GROUPE D'ASSURANCE STATUTAIRE DU CENTRE DE GESTION DE LA ...

Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de Cayenne

14 novembre

973 - CDG 973

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Une perte de 1,7 Md€ conclut une « annus horribilis »

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié