[DOSSIER] Auto et MRH : 2009, début d'un nouveau cycle 2/3

Vers une segmentation des tarifs ?

Comme l'auto, l'habitation a été marquée en 2009 par une dégradation de la sinistralité. Et cela pour la cinquième année consécutive. La charge des sinistres est ainsi en augmentation de 25,7 % (en montant) à cause des événements climatiques, mais également d'une recrudescence du vol.

Sinistralité en constante augmentation depuis cinq ans et récurrence du risque climatique : les tarifs en multirisque habitation risquent d'augmenter en 2011 pour compenser cette forte dérive. Mais pas seulement : la question nouvelle qui se pose également, c'est l'évolution de la segmentation des tarifs. En effet, la tarification en MRH n'est pas établie en fonction des risques, mais, traditionnellement, selon deux critères : le nombre de pièces, et la qualité de l'occupant (locataire, propriétaire).

Or, les risques climatiques de plus en plus récurrents commencent à peser fortement sur cette garantie. « Il est vrai que les événements climatiques sont un réel sujet de préoccupation », confirme Laurence Lemerle, responsable technique habitation et immeuble chez Axa, avant de préciser : « En cinquante ans, la fréquence a été multipliée par cinq et le coût pour la société par dix. L'impact financier pour les assureurs est vingt fois plus élevé. Avant, les majorations de tarifs étaient plutôt légères. Aujourd'hui, concernant les propriétaires de maison, les besoins de ressources tarifaires vont être plus grands. Nous ne pouvons pas pénaliser les bons risques, le besoin de segmentation sera plus important dans les années à venir. »

L'assurance va peser plus lourd dans les budgets

À ce sujet, la Fédération française des sociétés d'assurances (FFSA), qui s'est livrée à une projection des risques pour les vingt prochaines années, indique dans son rapport annuel 2009 : « La tendance des populations à s'installer de plus en plus dans des zones vulnérables (Ouest et Sud-Ouest), ajoutée à l'aggravation des risques naturels liés au changement climatique, pourrait générer un doublement de l'indemnisation annuelle des dommages matériels liés aux événements naturels, pour un coût de 60 Md € à l'horizon 2030. » La part de l'assurance contre les aléas naturels dans le budget des ménages et des entreprises passerait ainsi à 25% contre 16% aujourd'hui. Faut-il alors segmenter davantage comme en auto ? Est-ce possible et, surtout, comment ?

De la solidarité à la responsabilité

Chez Axa, il existe entre huit et dix variables tarifaires en MRH : type d'habitation (maison ou appartement), locataire ou propriétaire, nombre de pièces, dépendances, statut d'occupant ou non, résidence secondaire, âge des bâtiments, capitaux contenus et zonage géographie (risques ruraux). « En auto, il y a un important impact comportemental. En habitation, les critères sont plus objectifs. Si le régime des catastrophes naturelles venait à évoluer, il est probable que la question du zonage serait un enjeu pour beaucoup d'assureurs. La limite de la mutualisation, c'est qu'il n'y a pas de responsabilisation des assurés, même si cette solidarité permet de ne laisser personne démuni », explique Laurence Lemerle.

À la Macif, la nécessité de segmenter davantage ne coule pas de source. « Le marché est moins avancé qu'en auto sur la tarification multicritère, indique Guillaume Rosenwald, le directeur général adjoint de la Macif. Les cotisations MRH sont plus faibles, donc, il n'y a pas nécessairement intérêt à segmenter davantage. De plus, le sociétaire est plus sensible à la qualité du contrat qu'à quelques euros près. Enfin, en auto le risque est plus facile à cerner, le véhicule et les usages sont connus. En habitation, d'une maison à l'autre, il n'y a pas la même qualité de construction, c'est plus complexe. Nous ne nous interdisons pas pour autant d'avoir des différentiels géographiques, en dégâts des eaux par exemple. Cela peut être également pertinent en risque incendie. En revanche, à chaque fois que des concurrents se sont risqués à présenter un zonage tempête, cela ne tenait pas la route. Il est certes possible de démontrer, par exemple, qu'il y a des fréquences plus importantes en Bretagne, mais comme les habitations sont mieux construites, la prime pure ne s'en ressent pas nécessairement. »

Imaginer ainsi de faire cotiser davantage les assurés habitant dans des zones à risques ne remporte pas l'unanimité. Pourtant, les assureurs restent vigilants et tiennent à apprécier les risques pour les nouveaux venus.

Une seule solution, le droit de dire « non »

« Concernant les zones noires de la tempête Xynthia, les mutuelles se sont effectivement posé la question. Nous continuerons à assurer nos sociétaires actuels, mais pas les nouvelles habitations qui seraient construites dans ces zones », indique Jean-Luc de Boissieu, le secrétaire général du Gema. Il en va de même à la Macif, où cette catégorie sera assurée sous conditions : « Le régime des cat' nat' est un système solidaire très bien adapté pour les particuliers dans sa forme actuelle. Il ne faut pas espérer utiliser la tarification pour des objectifs de prévention ou d'urbanisme : ils paient en moyenne entre 20 et 30 € par an de cotisation catastrophes naturelles. Même si vous multipliez cette somme par dix, cela n'empêchera pas le particulier d'acheter sa maison en zone inondable ! Nous sommes dans une logique de mutualisation du risque cat' nat'. Mais nous ne nous interdirons pas de refuser des risques si les prescriptions des plans de prévention des risques ne sont pas suivies. » Voilà qui est dit.

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 28 janvier 2022

ÉDITION DU 28 janvier 2022 Je consulte

Emploi

LA CENTRALE DE FINANCEMENT

RESPONSABLE ADJOINT MARCHE ASSURANCES H/F

Postuler

La Mutuelle Générale

MANAGER COMMERCIAL IDF -(H/F)- CDI

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurances

Fourmies Habitat

28 janvier

59 - FOURMIES HABITAT

Mission d'assistance, de services et conseils en assurances

Fourmies Habitat

28 janvier

59 - FOURMIES HABITAT

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Vers une segmentation des tarifs ?

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié