West side stories

West side stories

La région Bretagne compte 3,3% de l'effectif de l'assurance, pour 5% de la population française. Courtiers et agents généraux sont également sous-représentés. Pourtant, l'Ouest, particulièrement le « Far West », a su attirer des entreprises, dont l'histoire en fait des success stories.

Si Brest et Quimper semblent très loin à tous ceux dont le centre de gravité reste résolument parisien, ces deux villes offrent néanmoins un véritable potentiel de carrière dans l'assurance. Certes, elles ne parviennent pas à construire ensemble un grand pôle français pouvant rivaliser, dans ce secteur, avec Lyon, Marseille, Lille ou encore Niort, mais le dynamisme y est de mise. Une énergie « iodée » démontrée au niveau local, mais également national, par des acteurs aussi variés que AcommeAssure, Novelia, Suravenir, Verlingue, ou encore Le Finistère Assurance et le Cimut, une union technique mutualiste.

Pas de régionalisme dans les affaires

LA BRETAGNE DE L'ASSURANCE

  • 4 749 Les salariés de l'assurance (3,3% de l'effectif national) (Source : Roma 2013)
  • 493 Le nombre d'agents généraux (4% du total France) (Source : Agéa)
  • 820 Le nombre de courtiers (3,8% de la profession) (Source : Orias)
Chez Suravenir, ce mois de février 2014 est placé sous le signe de la fête en hommage au trentième anniversaire de cette filiale de Crédit mutuel Arkéa (lire encadré). Mais si barnum et lumières sont bel et bien installés à Brest, le régionalisme est loin d'être une fin en soi. « Avec nos réseaux bancaires, nos partenaires Internet ou nos conseillers en gestion de patrimoine indépendants, notre activité bénéficie d'une couverture nationale », souligne Stéphane Briand, directeur commercial de Suravenir, qui a réalisé un chiffre d'affaires de 3 Md€ en 2013, en hausse de 36% par rapport à 2012.

3 259 659

Le nombre d'habitants en Bretagne (soit 4,98 % de la population française). (Source : Insee) 141 300 Brestois 64 900 Quimperois

National également, le réseau de 3 500 courtiers codés - dont 2 000 actifs - chez Novelia (huitième courtier grossiste avec un chiffre d'affaires de 18,9 M€ en 2012), la filiale de courtage de Crédit mutuel Arkéa créée il y a vingt et un ans. « Depuis 2013, Novelia a abandonné l'activité de courtage en direct en risques d'entreprise pour se recentrer sur son activité de courtier grossiste et affinitaire, qui réalise 86% de son business avec des produits pour les particuliers », rappelle Lionel Bouquet, directeur général. Si Novelia est installé à Rennes, l'appartenance au Crédit mutuel Arkéa provoque de nombreux déplacements vers Brest, siège national du banquier.

141 300

Brestois

64 900

Quimperois
Le phénomène d'attraction est le même pour le management de Suravenir Assurances, elle aussi filiale de Crédit mutuel Arkéa, mais pour les assurances dommages et la santé. « Notre activité est basée à Nantes, mais une partie de l'indemnisation est installée à Brest, soit 35 personnes, sur un effectif total de 215 », souligne Bernard Snoeck, directeur général de Suravenir Assurances (quinzième au classement des assureurs auto de L'Argus de l'assurance avec un chiffre d'affaires de 130,4 M€ en 2012, et dix-septième en MRH avec 65,5 M€). Là encore, l'engagement régionaliste disparaît au profit d'une stratégie établie « dans un esprit d'ouverture vers des partenaires Internet et une activité de gestion pour compte de tiers ».

Précurseur en proposant depuis septembre 2013 la gestion de sinistres 100% en ligne, Bernard Snoeck met également en avant les partenariats sur le Web, tel celui développé avec AcommeAssure, un comparateur courtier en ligne brestois, filiale du groupe de médias Spir Communication. L'implantation de cette activité à Brest n'a étonné personne, dès lors qu'Arnaud Giraudon était à la barre. Après plusieurs années à la tête de Suravenir, ce Breton connaît le taux d'humidité ambiant et sait qu'il n'est en rien un obstacle à la créativité et au développement d'une activité qu'il entend élargir cette année. « Si AcommeAssure a été créé avec l'assurance emprunteur, nous avons depuis abandonné cette activité pour ne pas gaspiller des ressources que nous orientons vers la santé et l'auto-MRH, souligne Arnaud Giraudon. En 2014, nous allons élargir l'offre santé, mener une réflexion sur l'auto et travailler à la fidélisation, qui s'avère désormais essentielle avec la loi "Hamon". »

Certes, la Bretagne n'est pas une grande terre de courtage, le nombre de courtiers ayant même encore reculé de 1 % en 2012. Cependant, c'est à Quimper que se niche le neuvième acteur français du secteur, Verlingue (910 M€ en 2013 avec De Clarens). « Une implantation liée à notre histoire, tient à préciser Jacques Verlingue, son président. Mon grand-père, faïencier à Boulogne-sur-Mer, est venu joindre son talent à ses confrères quimpérois après l'incendie de son entreprise. » La suite de l'aventure se joue dans l'assurance à partir de 1933 et n'a, depuis, jamais cessé de croître et d'embellir, portée par un credo : « La distance ne se mesure pas en kilomètres, mais en disponibilité et en efficacité. » Un postulat qu'aurait pu énoncer le Cimut, une union technique mutualiste créée en 1974 à Quimper. La palme de cet ancrage « au bout de la terre » revient bien évidemment à la société d'assurances mutuelles Le Finistère Assurance (39,4 M€ de chiffre d'affaires en 2012, dont 76% en MRH) qui fêtera son cent quarantième anniversaire en 2015 !

Ainsi, aucun nuage ne semble assombrir le ciel assurantiel breton... Jusqu'à ce que soient prononcés les mots qui fâchent : recrutement des talents. « Depuis mon arrivée à la direction générale du Cimut, j'ai recruté 70 ingénieurs, en majorité sortis de grandes écoles, et je compte une quinzaine de départs en six ans », rapporte Gille Marty, comme s'il s'agissait d'un exploit. Car, pour ce Basque, « Breton en phase d'intégration », faire venir des talents à Quimper semble relever de la prouesse. « La qualité de notre environnement technologique, les conditions de travail et, très souvent, l'attachement des candidats à la Bretagne représentent un argument majeur dans nos recrutements. Pourtant, tous n'aboutissent pas, face à l'incertitude de l'emploi pour leur conjoint. » Résultat, mis à part lui, 100% de l'effectif est breton.

La distance ne se mesure pas en kilomètres, mais en disponibilité et en efficacité.

Jacques Verlingue, président de Verlingue

Plus qu'un emploi, un projet de vie

Le discours est moins radical chez Verlingue ou Suravenir, même si, à demi-mot, on comprend très vite que l'un des arguments mis en avant au moment du recrutement n'est autre que...la mobilité ! « Nous n'avons pas de problème de recrutement, affirme Stéphane Briand. La notoriété, le dynamisme et l'agilité de Suravenir facilitent au contraire l'arrivée de nouveaux talents. En outre, comme le groupe compte 9 000 personnes, chacun sait qu'il pourra bouger dans l'entreprise et construire une carrière s'il le souhaite. » Bouger : tel est le maître mot. Et si Jacques Verlingue précise que son entreprise propose « plus qu'un emploi, un projet de vie », celui-ci semble en partie s'articuler autour de la mobilité offerte aux 700 collaborateurs, lesquels peuvent éventuellement aller s'épanouir également sous le soleil britannique (trois sites), mais aussi sous celui de Dijon, Lille, Strasbourg, ou encore Paris... mais plus sûrement à Aix-en-Provence ou à Toulouse !

Néanmoins, le mot de la fin revient à une personnalité qui tient à rester anonyme : « La qualité de service obtenue ici n'est pas une légende. Jamais je n'ai rencontré ce niveau ailleurs. Les Bretons travaillent bien, sont très rarement malades, ne se plaignent pas. Bref, avec eux, on peut vraiment bosser ! »

ANNIVERSAIRE

LA TRENTAINE CONQUÉRANTE DE SURAVENIR

En février 2014, Suravenir a fêté son trentième anniversaire avec la satisfaction de la tâche accomplie. Il faut dire qu'après deux exercices stables à 2,3 Md€ de chiffre d'affaires, la filiale assurances de personnes du Crédit mutuel Arkéa sabre le champagne avec une progression de 36% en 2013,qui lui permet d'atteindre 3 Md€. Dans l'immédiat, Suravenir vise pour 2014 le même niveau de collecte qu'en 2013 et entend renforcer ses deux axes stratégiques : la diversification des partenariats et la prévoyance. Sur ce dernier point, Suravenir a signé 100 000 contrats en 2013 dans ses trois réseaux, dont le principal est le réseau bancaire, auxquels il convient d'ajouter les 50 000 commercialisés par Suravenir Assurances.

Plates-formes téléphoniques - Turnover

Une stabilité propice à la personnalisation

Dans les grandes villes, le recrutement et le turnover des équipes dans les centres d'appels sont des casse-tête majeurs pour les dirigeants. Un problème qui tend parfois à mettre à mal les stratégies de personnalisation, pourtant jugées nécessaires avec le développement d'Internet, grand promoteur des appels téléphoniques. Chez Suravenir, le classement des back-offices L'Argus de l'assurance-Périclès Consulting (n° 7329 du 27 septembre 2013) a en partie esquissé l'objectif 2014. « Nous étions seconds en 2013. Nous visons donc tout naturellement la première place cette année », lance Sandrine Doyeux, responsable du département vie. Pour remporter la médaille d'or, elle entend non seulement satisfaire à plein les engagements déjà fixés (traitement des arbitrages le jour même et les autres dossiers complets en deux jours), mais en ajouter un nouveau à atteindre dès juin : « Nous organisons une personnalisation de la relation avec les intermédiaires pour une meilleure satisfaction et une plus grande proximité.

En évitant l'anonymat, nous apporterons la "réassurance" que les CGPI attendent dans la gestion de leur demande. » Selon elle, le gage du succès réside dans l'incroyable stabilité des équipes, une caractéristique brestoise, alors qu'en région parisienne, là où Suravenir disposait autrefois d'une plate-forme, le turnover frôlait 30%. Chez AcommeAssure, comparateur mais également courtier, la personnalisation est déjà une réalité. Lorsqu'un client effectue une demande en ligne, un conseiller lui est automatiquement attribué. « C'est un atout majeur, qui crée une proximité immédiate avec le client », affirme Isabelle Oudt, directrice marketing et commerciale d'AcommeAssure. Certes, mais le management de l'équipe n'est-il pas plus complexe ? « En cas d'absence du conseiller, l'appel est immédiatement pris en charge par un autre qui, même s'il conclut une vente, réaffectera gains et contact au conseiller initial. » À l'heure des comptes, cette solidarité ne semble pas poser de problème : « Avec le temps, l'organisation montre les bienfaits de cette solidarité, et l'absence de turnover renforce cet état d'esprit. » Car, là aussi, l'atout « de la province et de Brest en particulier » réside dans un recrutement facilité par un BTS assurance tout proche et une grande fidélité des équipes. A. L.

Emploi

AFI ESCA

Commercial grands comptes H/F

Postuler

Collecteam

Responsable Technique Contrats Santé et Prévoyance H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

FRAIS DE SANTE PERSONNEL DE MONTPELLIER BUSINESS SCHOOL.

Betem Languedoc Roussillon

23 janvier

34 - MONTPELLIER

Marché d'assurances.

Atlantique Habitations

23 janvier

44 - ATLANTIQUE HABITATIONS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

West side stories

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié