Branches professionnelles : conflit persistant autour des pharmacies d’officine

Branches professionnelles : conflit persistant autour des pharmacies d’officine

Les deux principaux syndicats employeurs de la profession se sont à nouveau frontalement opposés ces derniers jours, suite à la recommandation en santé et prévoyance de l’Apgis en lieu et place de Klésia depuis le début de l’année 2018.

En dehors de quelques exceptions, la fin des clauses de désignation en santé et prévoyance n’a pas causé de dérèglements majeurs au sein des branches professionnelles. Mais ces exceptions sont souvent notables : le Conseil d’État, par exemple, a refusé d’étendre la clause de désignation au sein de la branche de la boulangerie, emblématique du sujet. Et la branche des pharmacies d’officine se distingue également depuis des mois…

Pour rappel, la FSPF (Fédération des syndicats pharmaceutiques de France) a permis la recommandation de l’institution de prévoyance du groupe Covéa Apgis, soutenue par quatre des six organisations syndicales représentatives (CFDT, CFTC, CGC et CGT), à partir du 1er janvier 2018. L’USPO (Union syndicale des pharmacies d’officine) a, de son côté, privilégié une stratégie de labellisation avec Klésia, l’ancien organisme désigné, soutenus par les deux syndicats les plus représentatifs de la branche (FO et UNSA, mais en-dessous des 50% des voix à eux deux).

Un courrier qui passe mal

Depuis ? Des batailles par voie de communiqués, dont le plus récent exemple fait suite à l’envoi d’un courrier de la FSPF daté du 14 septembre. La fédération soulignait aux pharmaciens qu’ils pouvaient encore adhérer à l’Apgis à condition de résilier leur contrat avec Klésia avant le 31 octobre. Une communication au timing logique, les semaines actuelles étant propices aux renouvellements d’assurances… ou aux changements.

« Stop au matraquage commercial ! » : l’USPO n’a guère tardé pour réagir, rappelant un autre grief persistant entre les deux principaux syndicats employeurs de la branche. La question du degré élevé de solidarité ajoute en effet à la tension entre la FSPF et l’USPO, la première considérant que la contribution au fonds de solidarité doit être versée à l’Apgis, la seconde rejetant cet argument en l’absence d’extension de l’accord du 2 octobre 2017 sur le sujet.

« En 2018, 88% des officines ont renouvelé leur confiance à Klésia », note l’USPO, soulignant également que le groupe de protection sociale lancera en octobre trois nouvelles offres complémentaires optionnelles.

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 08 juillet 2022

ÉDITION DU 08 juillet 2022 Je consulte

Emploi

CABINET SCHÜLLER & SCHÜLLER

MANDATAIRES D’INTERMÉDIAIRES EN ASSURANCE H/F

Postuler

CNA HARDY

Souscripteurs et Gestionnaires H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Contrat de location, entretien et de relevé des compteurs d'énergie et des répartit...

Archipel Habitat - OPH de Rennes Métropole

07 mai

35 - ARCHIPEL HABITAT

Etude de faisabilité technique, financière et juridique et d'une mission d'assistan...

Agence Française de Développement (A.F.D./D.P.S.)

07 mai

75 - AGENCE FRANCAISE DE DEVELOPPEMENT

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Branches professionnelles : conflit persistant autour des pharmacies d’officine

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié