Prévoyance : gare aux dérives commerciales !

Les conditions de commercialisation des petites garanties de prévoyance ne sont pas toujours exemplaires : elles peuvent illustrer ce que la vente directe a de pire, avec le risque de nuire aussi bien à l'image qu'aux résultats des porteurs de risques.

Partager
Prévoyance : gare aux dérives commerciales !

« Vous protégez mieux votre voiture que vos enfants ! » Voilà le genre d'arguments que certains n'hésitent pas à utiliser dans la vente directe des petites garanties de prévoyance. « Les scripts de commercialisation peuvent jouer sur la peur et la culpabilité », observe Frédéric Gipeaux, responsable grands comptes et développement de Cegema. Quant aux actions commerciales, elles sont souvent orientées vers les ménages modestes - les primes sont basses - et surtout les seniors : « Pas besoin de fichiers clients ultra-sophistiqués, indique un professionnel en souriant. Il suffit d'ouvrir un annuaire et de cibler les prénoms vieillots. » Au risque d'abuser de leur crédulité ? Le législateur a mis en place un filet de sécurité : un délai de rétractation de quatorze jours pour toutes les ventes à distance (par téléphone ou par Internet). Mais la procédure de rétractation - par lettre recommandée avec accusé de réception - est particulièrement contraignante et pas forcément connue des consommateurs.

Les risques de la vente à distance

À la différence de l'assurance affinitaire, la « petite prévoyance » n'a jamais réellement fait l'objet de mise en cause de la part des associations de consommateurs. mais sans évoquer précisément ce segment, l'autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) se montre très soucieuse des bonnes pratiques commerciales en matière de vente à distance. Elle rappelait ainsi récemment dans nos colonnes sa capacité à sanctionner des professionnels « pour des manquements à leurs obligations d'information et leur devoir de conseil », sachant qu'elle « alerte régulièrement sur les risques inhérents à ce mode de commercialisation, par exemple celui de vente à des personnes vulnérables ». À ce sujet, le pôle commun ACPR / AMF a lancé une consultation publique « sur la commercialisation de produits financiers aux populations âgées vulnérables », qui devait prendre fin le 12 février.

 

Éviter de signer sans comprendre…

Par ailleurs, ces derniers n'ont pas toujours conscience d'avoir souscrit un contrat à distance. « La signature électronique n’est pas encore bien comprise, admet Renaud Adde, directeur général adjoint de SPVIE Assurances. Pour nous assurer que le client a compris qu’il a signé un contrat, nous lui envoyons un SMS très explicite. De plus, nous avons un droit de regard sur les scripts de commercialisation utilisés par les call centers. Enfin, nous exigeons que toutes les conversations soient enregistrées : en cas de réclamation, nous pouvons les réécouter. », poursuit Renaud Adde quelques heures avant de rendre visite à cinq plateaux téléphoniques de cinq courtiers partenaires pour une mission d’audit.

Question de réputation

Le modèle économique de ce segment, marqué notamment par d'importants taux de commissionnement, peut conduire à des dérives. L'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) s'intéresse de très près aux conditions de la vente à distance. « Les quinze premiers acteurs du marché de la petite prévoyance ont tous eu, à un moment ou un autre, un problème de réputation », note un très bon connaisseur du marché. Ce qui tendrait à expliquer pourquoi les grands noms de l'assurance évitent de s'exposer sur ce marché, préférant intervenir soit en marque blanche, soit par l'intermédiaire de leurs filiales.

Base des organismes d'assurance

Abonnés

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d’assurance

Je consulte la base

Sujets associés

NEWSLETTER La matinale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Les formations L’ARGUS DE L’ASSURANCE

Toutes les formations

LE CARNET DES DECIDEURS

Julien Alzouniès, DG Leader Insurance 2022

Julien Alzouniès, DG Leader Insurance 2022

Groupe Leader Insurance

Directeur général opérationnel

Michèle Horner, Beazley France 2022

Michèle Horner, Beazley France 2022

Beazley

Responsable relations courtiers pour la France

Bertrand de Surmont président Planete CSCA avril 2022

Bertrand de Surmont président Planete CSCA avril 2022

Planète CSCA

Président

Yves Pellicier, Maif 2022

Yves Pellicier, Maif 2022

Maif

Président

LES SERVICES DE L’ARGUS DE L’ASSURANCE

Trouvez les entreprises qui recrutent des talents

La Mutuelle Générale

GESTIONNAIRE SANTE VIE DU CONTRAT -(H/F)- CDD

La Mutuelle Générale - 02/12/2022 - CDD - Saint-Priest

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

93 - Rosny-sous-Bois

Mission d'expertise comptable et mission du contrôle de gestion, validation des états de rééditions de comptes dans les opérations subventionnées

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS