[DOSSIER] Santé et prévoyance collective : les extranets passés [...] 1/3

Santé et prévoyance collective : ce qui fait défaut aux extranets

Santé et prévoyance collective : ce qui fait défaut aux extranets
© Thomas-Soellner PA / Getty Images / iStockphoto

L’Argus et Périclès Consulting ont mené la première étude sur le contenu des extranets mis à la disposition des courtiers de proximité par les assureurs ou les courtiers grossistes, en santé et prévoyance collective. Principal enseignement : les marges d’amélioration sont nombreuses !

La concurrence fait de plus en plus rage sur le marché de la collective : sur la santé, l’ANI a évidemment ravivé de nombreux appétits, tandis que la prévoyance attire notamment des mutuelles jusqu’à présent souvent mono-centrées en santé. Porte d’entrée de plus en plus essentielle sur le petit collectif, les courtiers de proximité sont naturellement courtisés et, pour faciliter leur activité, ils réclament des extranets répondant à leurs attentes. C’est pour qualifier cette convergence entre les desi­derata de ces courtiers de proximité et les extranets des assureurs et courtiers grossistes que le cabinet de conseil Périclès Consulting, en partenariat avec L’Argus de l’assurance, a mené la première étude explicitant les besoins des intermédiaires en contact avec les entreprises. Constat majeur : ces besoins sont loin d’être tous pourvus.

« De manière générale, les extranets correspondent peu ou prou aux besoins des courtiers de proximité quant à la souscription des contrats et à la réglementation. Par contre, dès que l’on s’arrête sur la vie du contrat, des insuffisances surgissent », résume Marion Lopes, consultante sénior chez Périclès Consulting.

La signature électronique, devenue une évidence

Préalablement au contrat, la signature électronique des documents contractuels est devenue, ces dernières années, une évidence : 72 % des courtiers de proximité interrogés l’ont à disposition, faisant de cette fonctionnalité l’une des plus fréquemment proposées parmi celles que l’étude a questionnées. La mise en gestion automatique des affaires nouvelles est un peu moins régulièrement proposée (55 % de réponses positives) mais devient à son tour un incontournable. Autre point commun à une majorité d’extranets : les porteurs de risque ont poussé les feux sur les questions réglementaires – les nombreuses réformes des dernières années (ANI, DDA, RGPD…) n’y étant probablement pas étrangères. Trois-quarts des courtiers interrogés bénéficient ainsi d’un accompagnement juridique.

Nathalie Rackovic (Périclès Consulting)
« Certaines fonctionnalités seraient plébiscitées si elles étaient proposées »

« Plusieurs tendances se dégagent de cette première étude sur les extranets des courtiers grossistes en santé et prévoyance collective. On observe ainsi une rationalisation du nombre d’extranets différents utilisés par les courtiers de proximité : ceux qui en utilisent plus d’une dizaine sont bien moins nombreux qu’il y a certaines années. Surtout, cette étude pointe des manques en termes de fonctionnalités qui, pourtant, vont devenir essentielles à l’avenir : les comparateurs d’offres dynamiques, par exemple, sont d’autant plus pertinents avec la réforme du reste à charge zéro, DDA, la mise en place de l’Ipid… De même pour les outils de suivi des sinistres, par exemple pour la maîtrise du risque arrêt de travail. Autant de fonctionnalités qui, si elles étaient proposées aux courtiers de proximité, seraient plébiscitées. »

 

Une fois ces points d’accord évoqués, cette étude pointe toutefois de nombreux manques : plusieurs fonctionnalités testées auprès des courtiers de proximité suscitent en effet un fort intérêt… alors qu’elles sont peu – voire très peu – proposées par les extranets en santé et prévoyance collective. La mise à disposition d’outils de prospection marketing est ainsi jugée utile par 72 % des courtiers interrogés au sein de notre échantillon… mais moins de 40 % des extranets concernés en proposent. Ce déséquilibre est encore plus prononcé quant aux comparateurs d’offres dynamiques : 79 % des courtiers interrogés y trouvent une utilité… mais seul un extranet sur trois propose un tel outil ! Ceci étant, la mise en place de tels outils n’a pas forcément la même pertinence pour les fournisseurs, comme le souligne la directrice marketing du second courtier grossiste français Ciprés Assurances / Axelliance, Fanny Gilbert.

Parmi les autres points saillants se détachant de l’étude Périclès / L’Argus, bien d’autres étapes de la vie du contrat laissent en pratique à désirer. Seul un courtier interrogé sur quatre peut ainsi suivre les sinistres et l’avancement de leur traitement, alors que 86 % trouveraient une utilité à une telle fonctionnalité. Si, techniquement, de tels outils paraissent complexes à mettre en œuvre, ils devraient pourtant devenir essentiels à terme... Autre fonctionnalité à l’implémentation complexe mais répondant à un besoin évident : la vision du multi-équipement des clients, même de la part d’apporteurs d’affaires différents. « Bien des marges de manœuvre subsistent quant aux possibilités, pour les courtiers de proximité, de multiéquiper leurs clients : ce point est de plus en plus fondamental pour les travailleurs non-salariés (TNS) », souligne Marion Lopes. Le marché ne s’y trompe pas : la cible des TNS fait l’objet d’une intense activité depuis plusieurs années, marché où des marges de manœuvre subsistent en santé et prévoyance et, surtout, faisant office de porte d’entrée vers le petit collectif…

Cette première édition de l’étude Périclès / L’Argus dresse donc un certain nombre de points d’amélioration concrets pour les extranets des porteurs de risque, que ce soit en termes de fonctionnalités, mais aussi d’usages : « Les extranets sont pour l’instant peu mis à disposition des clients finaux (NDLR : moins d’un sur deux), mais ils devraient l’être de plus en plus dans les prochaines années », estime Marion Lopes.

Emploi

CEGEMA

Chargé de relation client Emprunteur H/F.

Postuler

Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS)

Expert Engins de chantier (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

PRESTATION D'ASSURANCE PREVOYANCE.

Grand Port Maritime de la Réunion

22 octobre

974 - LE PORT

Assurance automobile et risques annexes.

Conseil Départemental du Val d'Oise

22 octobre

95 - CONSEIL DEPARTEMENTAL

MARCHE D'ASSURANCES POUR LA COMMUNE DE GOUSSAINVILLE.

Ville de Goussainville

22 octobre

95 - GOUSSAINVILLE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Santé et prévoyance collective : ce qui fait défaut aux extranets

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié