100% Santé : la Mutualité Française réagit aux mises en garde de l’exécutif

100% Santé : la Mutualité Française réagit aux mises en garde de l’exécutif
Passe d'armes - et d'argumentaires - entre Thierry Beaudet et Agnès Buzyn autour du 100% Santé, ici réunis au récent 42e Congrès de la Mutualité.

La Fédération nationale de la Mutualité Française (FNMF) réagit à la demande (répétée) de la ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn pour ne pas augmenter les cotisations des complémentaires santé suite à la réforme du reste à charge zéro (100% Santé).

« Ce qui coûte cher aujourd’hui, c’est l’absence de réforme du reste à charge zéro ». La Mutualité française introduit ainsi sa « mise au point » suite aux nombreuses déclarations survenues ce mardi 23 octobre autour de la réforme du 100% Santé (ex-reste à charge zéro).

Si le principe même de la réforme – l’amélioration de l’accès aux soins pour les populations les plus modestes – fait l’objet d’un large consensus, il n’en est pas de même pour son impact financier, notamment vis-à-vis des assurances complémentaires santé. L’exécutif, par la voix de la ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn et du rapporteur LREM du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2019 Olivier Véran, appelle les assureurs à ne pas augmenter leurs cotisations suite à la mise en œuvre (sur trois ans) de cette réforme du 100% Santé.

4 à 5% de hausse estimée sur 3 ans pour les contrats de base

En pratique, toutefois, plusieurs études et analyses, ainsi que les fédérations du secteur, soulignent les risques de hausses de cotisations (Carte Blanche Partenaires, Mercer, Santiane…). La Fédération nationale de la Mutualité française (FNMF) les avait également déjà soulignés de son côté, ce qu’a rappelé Thierry Beaudet ces dernières heures sur les antennes de plusieurs médias.

La FNMF, dans cette « mise au point », souligne ainsi qu’ « il est encore trop tôt pour mesurer précisément le coût de cette réforme pour les complémentaires santé, car il dépendra du taux de recours aux paniers RAC 0 » – le réseau de soins Carte Blanche Partenaires l’avait notamment intégré dans ses estimations.

La fédération va dans le même sens en rappelant que l’impact tarifaire « pourrait » être plus fort pour les seniors, « dont les besoins sont plus importants » (Santiane.fr focalisait son analyse sur ce point), ainsi que pour les adhérents couverts par des contrats d’entrée de gamme (Mercer avait insisté sur ce point pour les contrats collectifs). Et la FNMF d’estimer de nouveau que « la mise à niveau de ces contrats de base pourrait ainsi impliquer une hausse des remboursements, et donc des cotisations, de 4 à 5 %, étalée sur 3 années ».

Emploi

InterEurope AG European Law Service

Gestionnaire Sinistre H/F

Postuler

AON

Directeur de Clientèle Affinitaire (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Cyber Risks.

EDF SA chez EDF Assurances

17 janvier

92 - EDF SA

Recouvrement à l'amiable et judiciaire des dettes des locataires partis

Kremlin-Bicêtre Habitat

17 janvier

94 - KREMLIN BICETRE HABITAT

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

100% Santé : la Mutualité Française réagit aux mises en garde de l’exécutif

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié