John Hancock, l’assureur américain qui traque la bonne santé de ses assurés

John Hancock, l’assureur américain qui traque la bonne santé de ses assurés
Le programme de prévention Vitality s'appuie sur les objets conectés

La compagnie vie américaine généralise les bonus pour les assurés qui participent au programme Vitality de prévention santé. Ce dispositif, qui s’appuie sur les objets connectés, s’apparente surtout à une opération marketing.

Le slogan donne le ton : « La compagnie qui vous fait vivre mieux et plus longtemps. » L’assureur vie américain John Hancock vient d’annoncer que tous ses contrats d’assurance décès intégreraient désormais le programme Vitality. Créé par la société sud-africaine éponyme, ce dispositif vise à inciter les assurés à adopter de bonnes pratiques pour leur santé. Un système de points et de statuts permet de reconnaître les progrès réalisés via l'utilisation d'objets connectés. John Hancok propose ainsi une Apple Watch au prix record de 25 dollars ou d’autres montres et bracelets connectés.

Réduction de la prime

En fait, les assurés devront choisir entre deux options. La première, gratuite, Vitality GO, récompensera les progrès réalisés par des réductions sur Amazon et des équipements fitness. La seconde, Vitality Plus, dont le prix est inclus dans la prime d’assurance ou accessible pour 2 dollars par mois propose des avantages beaucoup plus importants auprès de chaînes de grands magasins comme Wallmart ou CVS, mais surtout offre des réductions sur le coût même de l’assurance, des économies qui peuvent atteindre jusqu’à 15% de la prime annuelle selon le site de John Hancock.

Baisse attendue de la sinistralité

Le programme sud-africain existe depuis une vingtaine d’années et est largement répandu dans le monde anglo-saxon. « Nous estimons que proposer le programme Vitality pour tous nos contrats décès, sans coût supplémentaire, est la bonne chose à faire pour nos clients, notre activité et notre société », a déclaré Brooks Tingle, président et directeur général de John Hancock assurance, qui se dit persuadé d’une baisse de la sinistralité sur son portefeuille , sachant que « dans le monde entier , les assurés Vitality vivent 13 à 21 ans plus longtemps que le reste de la population assurés ». Données aussi surprenantes que difficiles à vérifier !

Sélection renforcée à la souscription

L’annonce de John Hancock, qui, jusqu'ici, ne proposait Vitality qu’en option, a suscité de nombreux articles Outre-Atlantique et en France. Le sujet est, de fait, sensible dans la mesure où les détracteurs de tels programmes dénoncent  le risque d’utilisation des données personnelles pour renforcer la segmentation et faire payer davantage les mauvais risques. Mais selon l’agence de presse Reuters, l’industrie de l’assurance fait valoir une forte régulation, et la nécessité de justifier en termes actuariels toute augmentation de prime ou évolution de contrat. Qui plus est, un bon connaisseur du marché américain souligne l’importance dans ce pays de la sélection médicale lors de la souscription de l’assurance décès et, a contrario, les résultats très mitigés du programme Vitality dans le monde : « C’est surtout un bon coup marketing de la part de la compagnie. »

Vitality en France


En 2016, Marisol Touraine, alors ministre de la Santé, s’était inquiétée de l’arrivée en France de Vitality. Generali France a, en effet, décidé de proposer le programme sud-africain aux entreprises dans le cadre de leur contrat de complémentaire santé. Mais pas question de réduction de primes, une pratique proscrite par la réglementation des contrats responsables. Les salariés, toujours libres de participer au programme, se voient récompenser de leurs efforts par des bons d’achats dans différentes enseignes. Et l’objectif de la compagnie est d’abord de fidéliser les entreprises et de se différencier sur un marché de plus en plus normalisé.

En revanche, Afi Esca s'est lancée récemment dans l'assurance comportementale concernant les garanties emprunteur. En effet, l'assureur de personnes propose désormais aux utilisateurs assidus de l’application de promotion de l'activité « Wellness 625 », développée par la start-up Assurancycling, une diminution tarifaire et une couverture étendue de son activité sportive.

Emploi

KAPIA RGI

ANALYSTES FONCTIONNELS en Assurance Vie et /ou IARD

Postuler

KAPIA RGI

CHEFS DE PROJETS Vie et/ou IARD H/F

Postuler

KAPIA RGI

DÉVELOPPEURS ANGULARJS H/F

Postuler
Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

John Hancock, l’assureur américain qui traque la bonne santé de ses assurés

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié