PLFSS 2019 : la piqûre de rappel d'Agnès Buzyn aux complémentaires santé

PLFSS 2019 : la piqûre de rappel d'Agnès Buzyn aux complémentaires santé
© Amélie Tsaag Valren / Wikimedia Commons

La ministre des Solidarités et de la Santé a un message pour les assureurs complémentaires santé, suite à la réforme du 100% Santé (ex-reste à charge zéro) : pas de hausse des cotisations. Une stabilité qui, en pratique, semble difficile à concrétiser.

« Nous avons été extrêmement vigilants dans les négociations à veiller à ne pas avoir d’augmentations de tarifs des complémentaires. » La ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn est formelle : elle considère qu’il n’y aura pas de hausse des cotisations des complémentaires santé suite à la mise en place (progressive) de la réforme du reste à charge zéro en optique, dentaire et audioprothèse (désormais renommée 100% Santé).

Telle a en effet été sa réponse à une question du député LR de Seine-Saint-Denis (93) Alain Ramadier au sein de la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale (vidéo, à partir d'1h57), étudiant actuellement le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2019. Une requête qui n’est pas une première, puisque la ministre disait la même chose début 2018 lors du lancement officiel de la concertation sur cette réforme. Déjà, à l’époque, le marché était pour le moins circonspect sur cette volonté de l’exécutif… Agnès Buzyn a par ailleurs ajouté que cette réforme du 100% Santé s’accompagnera d’un comité de suivi qui se tiendra tous les six mois et qui, dans sa feuille de route, devra « veiller à ce que les complémentaires intègrent le RAC 0 dans leur budget habituel ».

Une promesse intenable ?

Dans les faits, différents chiffrages et scenarii ont été envisagés par les acteurs du marché pour mettre en place cette réforme qui, dans son calendrier, entraînera des évolutions de prises en charge jusqu’à 2023 (plusieurs modifications progressives en dentaire). Et aucun ne va dans le sens d’une neutralité tarifaire : la plateforme de services santé Carte Blanche Partenaires a ainsi détaillé l’impact prévisionnel sur les trois postes concernés par la réforme, avec un surcoût global sur les cotisations dépassant le milliard d’euros (plus de 600 millions sur l’audiologie, entre 500 et 600 sur le dentaire, 70 sur l’optique).

Sur le dentaire, le directeur général de la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam) Nicolas Revel estimait de même l’effort financier des complémentaires santé autour de 500 millions d’euros sur la période 2017-2023. Sur l’audiologie, la hausse attendue du taux d’équipement pourrait entraîner un impact sur les cotisations entre 200 et 250 millions d’euros selon les sources, Carte Blanche Partenaires poussant ce montant jusqu’à 647 millions d’euros.

La ministre des Solidarités et de la Santé a par ailleurs répondu à une autre interrogation du député Alain Ramadier sur la filiale optique française, point également soulevé par Carte Blanche Partenaires, considérant que la réforme du 100% Santé pourrait avoir un impact négatif sur l’emploi. Des craintes que ne partage visiblement pas l’exécutif : Agnès Buzyn souligne ainsi que « la grande majorité de la production de cette filiale est destinée à l’exportation », ajoutant par ailleurs que cette production opère surtout dans le haut-de-gamme, bref, qu’elle n’entre pas réellement dans le cadre de la réforme du 100% Santé…

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 03 avril 2020

ÉDITION DU 03 avril 2020 Je consulte

Emploi

Assurances Saint Germain

Rédacteur Production Sinistres H/F

Postuler

GROUPAMA OCEAN INDIEN

Responsable du pôle courtage professionnel entreprises et collectivités H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

PLFSS 2019 : la piqûre de rappel d'Agnès Buzyn aux complémentaires santé

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié