Santé : Klésia et la CSMF veulent tracer une nouvelle voie en prévention

Santé : Klésia et la CSMF veulent tracer une nouvelle voie en prévention
Claudiad_PA / Getty Images / iStockphoto Carcept Prev a mis en place, pour la branche du transport, un programme de prévention global : Transportez-vous bien.

Le premier syndicat de médecins français crée des liens inédits avec le monde paritaire. Première illustration : le partenariat mené avec Klésia sur la prévention des non-cadres de la branche du transport.

« La boîte de Pandore est ouverte. » C’est peu dire que les syndicats de médecins, ici par la voix du président de l’union française pour une médecine libre (UFML) Jérôme Marty, ont froidement accueilli l’annonce, faite début juin, du lancement d’un dispositif de prévention commun entre la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF), premier syndicat de médecins libéraux du pays, et le groupe de protection sociale Klésia.

Une consultation gratuite pour les salariés du transport

  • Ce partenariat concerne les quelque 600 000 salariés non-cadres de la branche du transport (95 % des effectifs de la branche), où Klésia est particulièrement implanté.
  • La branche du transport est particulièrement sensible au risque AT-MP (accidents du travail et maladies professionnelles), qui représenterait 5,5 % de la masse salariale de ces entreprises.
  • Ces salariés pourront bénéficier à partir de l’automne 2018 d’une consultation de prévention, en complément des actions de l’Assurance maladie obligatoire, en trois phases : questionnaire initial, examen clinique complet, remise d’un plan personnalisé de prévention – également remis au médecin traitant de l’assuré.
  • Cette consultation d’environ trois-quarts d’heure est gratuite pour le salarié : son coût, de 120 €, est pris en charge par le fonds de prévention de la branche du transport, géré par Carcept Prev, institution de prévoyance du groupe Klésia.

 

Ce premier accord vise à compléter le dispositif de prévention au sein de la branche du transport, un des principaux secteurs d’activité de Klésia (qui y couvre neuf entreprises sur dix en prévoyance). Le groupe de protection sociale réfléchit depuis plusieurs années à maîtriser ses coûts en santé et prévoyance. « En dix ans, le taux de salariés âgés de plus de 50 ans dans la branche est passé de 20 à 30 % », explique-t-on chez Klésia. Une démographie défavorable qui n’est pas sans conséquences sur les comptes des entreprises adhérentes à son institution de prévoyance dédiée au transport, Carcept Prev, en ce qui concerne le risque AT-MP (accidents du travail et maladies professionnelles).

Accord-cadre avec le CTip

Cette annonce est aussi la première illustration concrète d’un accord-cadre conclu fin mai 2018 avec le Centre technique des insti­tutions de prévoyance (CTip) afin de développer des travaux communs avec le monde paritaire. Un partenariat qui détonne, alors que les relations entre les mondes des médecins et des assu­­reurs sont teintées de méfiance…

« Jusqu’à présent, les médecins n’ont de relations qu’avec l’Assurance maladie obligatoire. Mais l’assurance complémentaire constitue une part non négligeable du financement des soins en France », assume le président de la CSMF Jean-Paul Ortiz. La confé­dération a ainsi pris contact avec les trois familles d’assureurs : les négociations ont donc abouti avec le CTip, mais les discussions se poursuivent avec la FFA et la FNMF. « Nous avons fixé des lignes rouges… plus ou moins acceptées », ajoute Jean-Paul Ortiz.

La première d’entre elles est l’absence de toute notion de réseau, les syndicats de médecins s’y opposant systématiquement. « Le médecin doit participer à cette relation contractuelle uniquement s’il le souhaite, sans sélection de la part de l’assureur complé­mentaire », rappelle Jean-Paul Ortiz. Une volonté confirmée par Klésia. Une assertion qui n’a pas convaincu les autres syndicats : outre l’ouverture de la « boîte de Pandore » dénoncée par l’UFML, MG France considère de son côté qu’avec ce dispositif, la CSMF a décidé de « confier les clés d’un acte de prévention à un acteur privé ». « De la politique politicienne », balaye M. Ortiz.

Parmi les autres points imposés par la CSMF, le partenariat du syndicat avec l’assureur complémentaire doit être mené à l’échelle nationale (tarifs identiques des actes sur l’ensemble du territoire). Les assurés, de leur côté, doivent aussi avoir accès au médecin de leur choix, qu’il s’agisse de leur médecin traitant ou pas. Concernant le dispositif conçu avec Klésia, en amont du lancement de ces consultations, la CSMF s’occupe de la formation – gratuite – des médecins volontaires, via sa propre filiale de formation. L’outil informatique utilisé est également propriété de la CSMF : Klésia n’aura donc accès qu’à un compte-rendu anonymisé annuel. Un outil qui permettra au groupe de protection sociale de compléter à la fois les actions de l’Assurance maladie obligatoire et, surtout, son propre dispositif de prévention.

Un dispositif ciblé transport

Carcept Prev a ainsi mis en place pour la branche du transport un programme de prévention global, intitulé Transportez-vous bien, incluant, outre cette consultation, des formations, du coaching personnalisé… « Sur les trois dernières années, le poids du risque AT-MP sur la masse salariale des entreprises est passé de 5,8 % à 5,5 % », souligne le groupe.

Cette consultation est financée en intégralité par le fonds de solidarité de la branche, ce dernier étant alimenté par une cotisation répartie à parts égales entre l’employeur et le salarié à hauteur de 0,05 % de la rémunération brute. C’est un investissement non négli­geable, que Klésia a toutefois clairement modélisé : « Le fonds peut financer au moins entre 20 et 30 000 consultations », note Klésia. Investir : c’est également le credo de la CSMF sur ce partenariat. Et pour cause : ce type de consultation de prévention n’est à l’heure actuelle pas pris en charge par la puissance publique – même si, à terme, Jean-Paul Ortiz « espère que ce type de consultation soit généralisé dans un proche avenir ».

Si Klésia et la CSMF se sont concentrés en pratique, pour ce premier dispositif commun, sur la seule branche du transport, leur accord ouvre également la voie à des discussions dans d’autres branches. Klésia est ainsi, par exemple, un partenaire historique de la branche des hôtels, cafés et restaurants (HCR), où les problématiques de prévention revêtent un intérêt tout parti­culier.

Une démarche de branche qui, si elle n’augure pas des prochains partenariats de la CSMF avec les autres assureurs complémentaires, séduit son président : « Ce type de démarche est facile à mettre en place et à adapter en fonction des métiers : les préoccupations ne sont pas les mêmes pour un boulanger, un restau­rateur… ». Les résultats de cette expérimentation seront analysés de manière précise dans un temps long… mais les débuts de ce dispositif, eux, seront rapidement scrutés.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Santé : Klésia et la CSMF veulent tracer une nouvelle voie en prévention

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié