Assurance auto : la réponse de la FFA à UFC-Que Choisir

Assurance auto : la réponse de la FFA à UFC-Que Choisir
Florence Lustman, la présidente de la Fédération Française de l'Assurance, a rendu publique sa réponse à UFC-Que Choisir. © Irene de Rosen / Hans Lucas

L’association de consommateurs a demandé à ce que les gains réalisés sur la baisse de la sinistralité auto pendant le confinement soient redistribués aux assurés.

 

« Une vision très dangereuse » de l’assurance et « contraire aux intérêts des assurés ». C’est ainsi que la Fédération française de l’assurance (FFA) qualifie la campagne lancée par UFC-Que Choisir la semaine dernière. L’association de consommateurs réclame aux assureurs automobiles de rétrocéder à leurs assurés 2,2 Md€ de cotisations du fait de la baisse de la sinistralité observée pendant le confinement. UFC-Que Choisir incite les consommateurs à en faire la demande à leurs assureurs, via une lettre-type qu’elle met à leur disposition.

Mutualisation des risques

Déjà interrogée à plusieurs reprises sur ce sujet par les parlementaires, à la suite du geste de la Maif, la présidente de la FFA Florence Lustman s’est fendue d’une lettre auprès du président de UFC-Que Choisir afin de rappeler, une fois encore, les fondamentaux de l’assurance. Si elle confirme une baisse d’environ 75 % du nombre d’accidents lors des deux mois de confinement, elle souligne que l’opération de l’association de consommateurs « porte atteinte au principe de la mutualisation des risques ». « Et c’est en cela qu’elle me parait particulièrement dangereuse car la mutualisation signifie que l’on répartit le risque dans l’espace et dans le temps », ajoute-t-elle.

Hausse de la sinistralité post-confinement

Comme l’ont déjà rappelé certains assureurs dans la presse, la sinistralité s’apprécie à l’année, et non sur une période de deux mois. L’incertitude persiste d’ailleurs sur le comportement des automobilistes à l’issue de ce confinement. La présidente de la FFA cite, par exemple, le cas chinois dans lequel  « la fin du confinement a vu une hausse très forte de l’usage des véhicules par les particuliers qui craignaient de prendre les transports en commun ». « Par ailleurs, des exemples de crise passées ont montré que les Français, faute de pouvoir partir à l’étranger, font généralement un usage accru de leurs véhicules durant leurs congés sur le territoire national », ajoute-t-elle. Il serait donc dangereux sur le plan technique de tirer aujourd’hui des conclusions sur la sinistralité automobile. Une mise en garde que partagent les actuaires d’Addactis.

Dans une note interne diffusée au 30 avril, que l’Argus s’est procuré, Axa France note également que « la diminution du nombre de sinistres auto et MRH pendant le confinement est contrebalancée par les surcoûts liés à la crise sanitaire et par l’anticipation d’une hausse de la sinistralité post confinement. » Outre la recrudescence des déplacements en voiture post-confinement et lors des vacances estivales, la compagnie évoque « la découverte de dommages au retour au domicile ou à la réouverture des locaux commerciaux », ainsi que « des sinistres non encore déclarés du fait des difficultés à faire des réparations pendant le confinement ». D’ailleurs, si la fréquence des sinistres s’est réduite pendant ce confinement, leur coût augmente sous l’effet notamment du prix des pièces détachées et de la main d’œuvre pour la réparation, rappelle Axa France.

Chute de la valeur des actifs financiers

De plus, les résultats techniques de la branche automobile « négatifs depuis de nombreuses années » ont été jusqu’ici compensés par des produits financiers « qui risquent de nous faire défaut cette année », rappelle Florence Lustman. Auditionnée la semaine dernière par la commission des Finances du Sénat, elle avait d’ailleurs chiffré la perte enregistrée par les assureurs sur leurs actifs financiers à 250 Md€. La crise financière affecte davantage la « valeur des actifs financiers des assureurs dommages, dont les portefeuilles comportent beaucoup d’actions ». « Les taux bas conjugués à la baisse des marchés actions devraient plus que compenser le gain réalisé sur la sinistralité », a-t-elle expliqué aux sénateurs.

Vers une baisse de la prime en 2021 ?

Si, toutefois, les primes versées par les assurés auto en 2020 dépassent largement le montant des sinistres, les assureurs pourront le répercuter sur leurs tarifs en 2021. La Matmut a déjà annoncé, de son côté, un gel des tarifs de l’assurance auto en 2021. « Comme vous le savez, le marché français de l’assurance est parmi les plus compétitifs d’Europe et dans cette concurrence les assureurs répercutent les bons résultats dans leurs tarifs. C’est ainsi que fonctionne une assurance mutualisée efficace pour tous », souligne la présidente de la FFA. « Il est dangereux de faire croire aux assurés que, parce qu’il fait beau un jour, il faudrait se faire rembourser les primes catastrophes naturelles, ou parce que l’on n’a pas subi de dégât des eaux une année, il faudrait se faire rembourser sa prime d’assurance habitation », ajoute-t-elle.

Sur le plan juridique, la présidente de la FFA rappelle, par ailleurs, que l’article 113-4 du code des assurances invoqué par UFC-Que Choisir  - « l’assuré a droit en cas de diminution du risque en cours de contrat à une diminution du montant de la prime » - s’applique à une diminution du profil de risque de l’assuré, « par exemple lorsqu’un conducteur novice initialement déclaré cesse d’utiliser le véhicule assuré ». « Une assurance est contractuellement souscrite pour une année, moyennant une prime convenue, et le respect du contrat est une obligation pour les deux parties », martèle-t-elle.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 23 octobre 2020

ÉDITION DU 23 octobre 2020 Je consulte

Emploi

BANQUE DE FRANCE

Directeur de mutuelle H/F

Postuler

Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS)

Expert Engins de chantier (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurance statutaire du personnel.

Ville de Gagny

24 octobre

93 - GAGNY

Service d'assurance multirisques du patrimoine mobilier et immobilier de la SEM HAB...

SEM Habitat Pays Châtelleraudais

24 octobre

86 - CHATELLERAULT

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Assurance auto : la réponse de la FFA à UFC-Que Choisir

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié