Réforme de la RC auto : quel sera le coût pour les assureurs ?

Le projet de réforme de la RC prévoit d’instaurer de manière rétroactive le droit à l’indemnisation du conducteur. Selon une étude de CCR Re, le coût supporté par les assureurs automobiles devrait flamber.

 

Partager
Réforme de la RC auto : quel sera le coût pour les assureurs ?

C’est une réforme redoutée par les assureurs automobiles. Le projet de loi de réforme de la responsabilité civile présenté en mars 2017 par l’ex-ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas prévoit d’étendre le droit à l’indemnisation aux conducteurs victimes d’accident de la route impliquant un autre véhicule terrestre à moteur, sauf en cas de « faute inexcusable » ayant causé l’accident.

Un coût en hausse de 48%

Les assureurs automobiles, qui doivent supporter le coût de plus en plus lourd des dommages corporels graves (+ 7% par an), sont vent debout contre ce projet de réforme, que la nouvelle mandature a pour l’heure laissé dans les tiroirs de la place Vendôme. (Lire notre article complet RC auto : la réforme qui fait peur aux assureurs) Et pour cause : le droit à l’indemnisation des conducteurs victimes, s’il est appliqué de manière rétroactive comme le prévoit le texte, devrait renchérir de 48% le coût global historique des dommages corporels, selon une étude menée par CCR Re auprès de 40 cédantes ayant indemnisé 2200 victimes pour des dommages évalués à plus d’1 M€.

Selon cette même étude, l’application de la réforme entraînerait une augmentation de 25% du nombre de victimes indemnisées au titre de la RC auto (aujourd’hui, au nombre de 151 000 chaque année). Le nombre de victimes graves indemnisées augmenterait, lui, de 50%. Pour contrer ce projet du ministère de la Justice, la Fédération française de l’assurance (FFA) a proposé de généraliser les garanties conducteurs individuelles dans les offres d’assurance automobile. Une proposition qui pourrait, selon une source au fait du dossier, avoir un impact de 25% sur la prime automobile. De son côté, CCR Re n’a pas étudié l’impact de cette alternative.

Un encadrement "positif" du droit à l'indemnisation

Outre l’extension du droit à l’indemnisation aux conducteurs, la réforme de la RC comporte quelques mesures « positives », explique Sylvie Chanh, directrice département sinistres et services de CCR Re. Et de citer : « l’officialisation d’un barème médical, d’une nomenclature et d’un barème de capitalisation normatif ». Assureurs, tribunaux et organismes payeurs utilisent depuis 2007 la nomenclature Dintilhac, qui contient 27 postes de préjudices (directs, indirects, patrimoniaux, extra-patrimoniaux), mais celle-ci n’est pas obligatoire. « Aujourd’hui, l’indemnisation des dommages corporels n’est pas suffisamment encadrée, à tel point qu’une victime ne percevra pas la même montant selon les circonstances », regrette Sylvie Chanh, qui estime que davantage de « transparence » est souhaitable.

Selon l’étude de CCR Re, l’indemnisation totale des corporels graves coûte en moyenne 4,6 M€. Trois postes de préjudices représentent les deux tiers de ce coût : l’assistance tierce personne (45%), les pertes de gains professionnels futurs (11%) et les dépenses de santé futures (10%). Les tables ou les barèmes de capitalisation sont donc déterminants dans le calcul du provisionnement. L’assistance tierce personne (2,3M€ en moyenne) explique la dérive du coût des dommages corporels : ce poste de préjudice a augmenté de 12% depuis 2009.

impact de la revalorisation des rentes

CCR Re a, par ailleurs, étudié l’impact de la revalorisation des rentes que les assureurs automobiles prennent en charge depuis le 1er janvier 2013. La loi de finances rectificative de 2012 a, en effet, transféré la charge de cette indexation obligatoire des rentes versées aux victimes du Fonds de garantie des assurances dommages obligatoires (FGAO) vers les assureurs. Si on applique une revalorisation de 2% par an à l’ensemble des rentes de la base de données de CCR Re, cela entraîne une hausse de 25% du coût moyen des sinistres.

SUR LE MÊME SUJET

Base des organismes d'assurance

Abonnés

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d’assurance

Je consulte la base

Sujets associés

NEWSLETTER La matinale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’ARGUS DE L’ASSURANCE

Tous les événements

Les formations L’ARGUS DE L’ASSURANCE

Toutes les formations

LE CARNET DES DECIDEURS

Stéphane Mircich, DG du groupe Colonna 2022

Stéphane Mircich, DG du groupe Colonna 2022

Groupe Colonna

Directeur général

Astrid Cambournac, SPVie 2022

Astrid Cambournac, SPVie 2022

SPVie

Secrétaire générale

Julien Alzouniès, DG Leader Insurance 2022

Julien Alzouniès, DG Leader Insurance 2022

Groupe Leader Insurance

Directeur général opérationnel

Michèle Horner, Beazley France 2022

Michèle Horner, Beazley France 2022

Beazley

Responsable relations courtiers pour la France

LES SERVICES DE L’ARGUS DE L’ASSURANCE

Trouvez les entreprises qui recrutent des talents

La Mutuelle Générale

ANALYSTE CYBERSOC (H/F)

La Mutuelle Générale - 11/01/2023 - CDI - Paris - 13ème arrondissement

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS