Construction : le groupe SFS se disloque

Construction : le groupe SFS se disloque

Alors que l’activité de l’intermédiaire spécialisé en assurance construction est au point mort, plusieurs de ses filiales sont concernées par une procédure collective.

La galaxie SFS n’en finit pas de se fissurer… Dernier événement en date : à l’issue de l’audience du 23 août 2018 au tribunal de commerce de Paris, une procédure de redressement judiciaire a été ouverte à l’encontre de la société Alliage Assuran­ces, anciennement SFS France SAS. Cette annonce intervient un peu moins de deux mois après la liqui­dation volontaire de SFS Europe SA, autre filiale de SFS Holdings SA. L’audience avait été programmée à la suite de sa décla­ration de cessation de paiement le 18 juillet 2018, peu de temps après son changement de nom et son rachat par Bolero Parti­cipations SA, filiale d’Alliage Capital Inc.

Priorité à un repreneur extérieur

Lors de cette audience, en présence du nouveau directeur géné­ral de l’entreprise, Albert Jamo, et des délégués du personnel, les juges ont décidé de privilégier la recherche d’un repreneur potentiel. Une annonce légale a d’ailleurs été publiée en ce sens le 31 août 2018. Mais ce n’est pas la seule option à l’étude. « Un plan de continuation de l’activité par Bolero Participations SA pourra également être étudié. Mais pour cela, Bolero Participations SA devra avoir versé 5 M€ à Alliage Assurances d’ici septembre, comme s’y est engagé Albert Jamo, qui est aussi administrateur de Bole­ro », rapporte Thomas Hollan­de, avocat des délégués du personnel d’Alliage Assurances, laquelle emploie actuellement 171 salariés. Et d’ajouter : « Albert Jamo a précisé que ces fonds seront apportés par un investisseur membre de la famille royale saoudienne… »

Toutefois, selon nos informations, la somme en question n’a toujours pas été versée à l’heure où nous bouclions cet arti­cle. Or, si cet engagement n’est pas tenu d’ici à la troisième semaine de septembre, la procédure de redres­sement judiciaire basculera automatiquement en liquidation judiciaire. En attendant, le régime de garantie des salaires (AGS) a été enclenché assurant ainsi la prise en charge des salai­res pour la période du 1er juillet au 23 août.

Les craintes des salariés

Au-delà de la procédure, les espoirs de reprise de l’activité semblent minces. « Les juges ont exprimé leur gêne sur le fait que Bolero Participations SA dispose d’une simple lettre d’intention et pas d’un engagement de cet investisseur. De même, ils ont regretté que les comptes consolidés ne leur aient pas été présentés », illustre l’avocat des délégués du personnel. Mais au regard du nombre d’emplois concernés, Alliage Assurance étant l’une des filiales de SFS Holdings SA qui emploie le plus de salariés, les juges n’ont pas voulu placer la société en liqui­dation judiciaire dès cette audience. Ces derniers souhaitent lui accorder une ultime chance compte tenu de la spécialisation de son réseau commercial en assurance construction.

À ce stade, les délégués du personnel ne se font toutefois guère d’illusions. Leur avocat a fait part, lors de l’audience, de leur « triple défiance » : à l’égard, d’abord, des dirigeants historiques de la socié­té ; ensuite, vis-à-vis du plan de continuation de l’activité présenté par Bolero Participations SA, en raison de doutes concernant ses finances et en raison de son absen­ce d’expérience dans le secteur de l’assurance ; à l’égard, enfin, de l’administrateur judiciaire. Ce dernier s’est concentré, selon eux, sur un plan de continuation de l’activité par Bolero Participations SA plutôt que sur la recherche d’un repreneur extérieur. « Sur ce troisième point, les juges ont recherché un compromis : ils ont désigné Jonathan El Baze, associé du précédent administrateur judiciaire. Cette décision a été motivée par le fait que celui-ci est spécialisé dans le secteur banque-assurance et que, si besoin, il pourra s’appuyer sur son associé pour s’approprier le dossier, alors qu’il reste peu de temps pour le faire », explique Thomas Hollande.

Nouveau changement d’organigramme

De son côté, l’avocat représentant la direction du groupe SFS n’a pas souhaité réagir. Aucun commentaire non plus de la part d’Antoi­ne Guiguet et de Gérard Marichy, les dirigeants historiques du groupe SFS. Et pour cause, selon nos infor­mations, ils ont démission­né de leurs fonctions de gérant et d’administrateur de SFS Holdings SA et d’Alliage Management, le 31 août 2018 pour le premier et le 4 septembre 2018 pour le second. Un changement de plus dans une galaxie SFS déjà secouée. L’information n’a d’ailleurs pas été transmise aux salariés. Elle ne devrait pas rassurer non plus ses clients en quête de réponses au regard de ses difficultés et de celles de ses assureurs partenaires, dont CBL.

Une activité au point mort

Alors que SFS enregistrait plus de 65 M€ de CA en 2016 et employait 400 salariés fin 2017, son activité de courtier et de mandataire spécialisé en assurance construction est au point mort. Cette chute s’explique notamment parce que son actionnaire majoritaire et principal porteur de risques, la compagnie d’assurance néo-zélandaise CBL, a été placée en liquidation temporaire par l’autorité de régulation du pays le 23 février 2018. L’issue de cette procédure est attendue mi-novembre. Cette chute s’explique aussi par les sanctions prises à son encontre par plusieurs autorités de contrôle. Au Luxembourg, le Commissariat aux assurances avait sanctionné son exercice illégal d’une activité de mandataire le 22 décembre 2017. Suite à plusieurs décisions de l’Orias en France, SFS ne dispose plus officiellement d’aucun agrément de mandataire depuis le 19 février 2018.

 

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 18 octobre 2019

ÉDITION DU 18 octobre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurances construction - assurances dommages ouvrages.

Gironde Habitat

22 octobre

33 - BORDEAUX

Prestations de services d'assurances.

OPCO Mobilités

22 octobre

92 - MEUDON

Marché d'assurance construction

Mancelle d'Habitation

22 octobre

72 - MANCELLE HABITATION

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Construction : le groupe SFS se disloque

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié