Coronavirus : un gain de près de 2 Md€ sur l’assurance auto et habitation

Coronavirus : un gain de près de 2 Md€ sur l’assurance auto et habitation
© Fotolia

Les actuaires d’Addactis ont évalué l’impact des deux mois de confinement sur la baisse de la sinistralité de l’assurance dommages aux particuliers. Elle est significative.

La crise du coronavirus a déclenché « une guerre économique » dont les répercussions pour les assureurs, en termes de baisse de chiffre d’affaires, de soutien aux clientèles de professionnels et de soignants, ainsi que de prise en charge des arrêts de travail, seront significatives. Mais les mesures de confinement décidées par l’Etat afin de faire face à cette pandémie ont, par ailleurs, un effet positif sur la sinistralité et les résultats techniques de l’assurance dommages aux particuliers, estiment les actuaires du cabinet Addactis.

Chute des fréquences automobiles

L’assurance automobile, en particulier, bénéficie de la chute des fréquences du fait de la réduction drastique des déplacements des Français. Le nombre de kilomètres parcourus par les Français devrait ainsi baisser de 75% pendant les deux mois de confinement, estime Addactis, ce qui devrait correspondre sur l’année entière à une baisse prévisionnelle de 12%. Cela a un impact positif direct sur la fréquence des accidents, bien que celle-ci soit compensée en partie par « le volume d’excès de vitesse » qui « ne semble pas baisser autant que le kilométrage parcouru », relèvent Victoria Delavaud, consultante, et Guillaume Rosolek, head of pricing & data P&C. L’impact du confinement est donc moins significatif sur le nombre de victimes de la route subissant des dommages corporels, dont la baisse est estimée à 40%.

Ces estimations sont corroborées par les premiers chiffres officiels de l’accidentalité routière. Selon le ministère de l’Intérieur, 54 personnes sont décédées sur les routes au mois de mars 2020, soit 101 personnes tuées de moins par rapport au mois de mars 2019 (- 39,6%). Le nombre d'accidents corporels s'établit à 2 443, soit 1 855 accidents corporels de moins (- 43,2%). 2 965 personnes ont été blessées, soit 2 361 personnes de moins (- 44,3%). L’Observatoire interministériel à la sécurité routière (ONISR) constate, néanmoins, « un nombre important de grands excès de vitesse » (plus de 50 km/h au-delà de la vitesse légale autorisée) : ces derniers ont connu une hausse de 12% du 30 mars au 5 avril, par rapport à la dernière semaine précédant le confinement.

Une économie de 1,5 Md€ sur l'assurance auto

Si le confinement a un impact positif sur le nombre d’accidents de la route, il produit également ses effets sur les vols et détériorations de véhicules (incendies). « Une voiture garée devant une propriété ou dans un garage semble complexifier la tâche du voleur, et on observe là une réduction de près de 35% des vols ou détériorations de véhicules », notent les actuaires d’Addactis. Au total, la baisse des fréquences observée sur toutes les garanties devrait entraîner une baisse de charge de près de 11% pour les assureurs automobiles, soit une économie totale de 1,5 Md€.

Néanmoins, les coûts des dommages – autre composante essentielle de la prime d’assurance automobile – pourraient, quant à eux, grimper du fait du confinement. « Les garages, ouverts pendant cette période de confinement, connaissent des difficultés pour trouver les pièces détachées dont ils ont besoin », notent Victoria Delavaud et Guillaume Rosolek. Des pièces détachées dont le prix a déjà flambé au cours des dernières années, pesant fortement sur les résultats techniques de la branche. L’incertitude persiste également sur le comportement des Français au volant lorsque le confinement sera levé : « vont-ils compenser et rattraper le temps perdu ? Ou au contraire s’astreindre à contingenter leurs déplacements afin de limiter les contacts ? », s’interrogent les actuaires. De ces comportements dépendra l’évolution de la sinistralité automobile au cours du reste de l’année.

Un gain de 350 M€ sur l'assurance habitation

Le confinement devrait également avoir un impact non négligeable sur l’assurance habitation des particuliers. Si les accidents domestiques augmentent du fait de la présence accrue des Français à domicile, le nombre de cambriolages est en chute libre : - 80% sur les premières semaines de confinement d’après l’Observatoire de la délinquance. Addactis estime que la charge de l’indemnisation des vols pour les assureurs devrait reculer de plus de 10%. L’impact est également significatif sur les dégâts des eaux, dont le nombre de sinistres habituellement constatés a baissé de « près de la moitié », en raison de la météo clémente et des travaux de rénovation effectués à leur domicile par les Français, ainsi que sur les incendies graves dont la baisse est « conséquente ». Les actuaires estiment donc que le gain pourrait se chiffrer à 4 à 5% sur l’assurance habitation, et donc à un impact positif de 350 M€ sur l’exercice 2020.

Prudence sur le reste de l'année

Les économies réalisées sur l’assurance dommages des particuliers ont relancé il y a deux semaines le débat sur la contribution des assureurs à la solidarité nationale, après que la Maif a décidé de reverser 100 M€ à ses assurés automobiles, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire enjoignant le reste des assureurs à faire de même. En réalité, l’équation est plus complexe : les baisses de charges estimées sur l’auto et l’habitation « sont à mettre au regard des lourdes pertes que peut connaître la profession dans d’autres branches d’activité telles que le marché professionnels et entreprises », relèvent Victoria Delavaud et Guillaume Rosolek. Les actuaires rappellent, par ailleurs, le principe fondamental de l’assurance, qui repose sur la mutualisation des risques, la sinistralité s’appréciant à l’échelle d’une année, et non de quelques mois. « Les gains estimés à ce stade serviront à compenser les pertes à venir : tempêtes, inondations massives… Par ailleurs, le business model des assureurs risque d’être durablement impacté du fait de la récession engendrée par le COVID-19, avec une baisse potentielle du volume de primes qui entraînerait une hausse des ratios combinés, de par le poids des frais fixes », expliquent-ils. De quoi faire preuve de prudence.

Le Magazine

ÉDITION DU 05 juin 2020

ÉDITION DU 05 juin 2020 Je consulte

Emploi

SAS COHEN CORPORATE ASSURANCES

Commerciaux Sédentaires H/F

Postuler

Marche de Bretagne

Mandataires Indépendants H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurances de Trinoval

TRINOVAL

06 juin

80 - Thieulloy-l'Abbaye

Prestations d'accompagnement à la sécurisation des données et conformité aux règles...

Conseil Régional des Pays de la Loire

06 juin

44 - REGION DES PAYS DE LA LOIRE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Coronavirus : un gain de près de 2 Md€ sur l’assurance auto et habitation

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié