Inondations dans l’Aude : Emmanuel Macron à la rencontre des sinistrés

Inondations dans l’Aude : Emmanuel Macron à la rencontre des sinistrés

La crue record dans l'Aude a causé au moins 200 M€ de dégâts, selon la Fédération Française de l'Assurance. Les sinistrés attendent des mesures fortes.

Une semaine après la crue record qui a fait 14 morts et plus de 70 blessés dans l’Aude, le président Emmanuel Macron se rend sur place ce lundi 22 octobre au matin à la rencontre des victimes. Il est accompagné de Bernard Spitz, le président de la Fédération française des assurances (FFA). « On sera là », a promis le chef de l'Etat aux familles qui ont parfois tout perdu. 126 communes ont déjà été déclarées en état de catastrophe naturelle, quelques jours à peine après l’événement, suivant une « procédure accélérée ». La liste devrait encore s'allonger. "L'état de catastrophe naturelle concerne 126 communes, cette liste n'est pas définitive. Les nouvelles demandes seront traitées dans le cadre de la procédure accélérée", a déclaré Emmanuel Macron.

200 M€ de dommages

Les assureurs ont déjà enregistré 16 000 déclarations de sinistres, a fait savoir la FFA. Ils s'attendent à plus de 30 000 sinistres pour un coût total de 200 M€ (dont 68% en assurance habitation, 18% en auto et 14% de dommages aux biens professionnels). Le département de l'Aude concentre 90% des dommages.

Les assureurs s’engagent à faire preuve de souplesse : le délai pour la déclaration de sinistre a été allongé à 30 jours, au lieu des 10 jours prévus par le régime légal. Compagnies et mutuelles d'assurance ont déployé sur le terrain des moyens exceptionnels : unités mobiles sur le terrain, lignes téléphoniques dédiées, acomptes versés aux sinistrés. Generali France prend même en charge l’enlèvement et le remorquage des véhicules. Près de 200 experts, en provenance de l'Aude et des départements limitrophes ont ainsi été mobilisés, selon la FFA.

Efforts insuffisants

Pourtant, pour les habitants et les maires des communes sinistrées, ces efforts ne sont pas suffisants. Le maire de la commune de Villegailhenc, où trois personnes ont perdu la vie, s’est ainsi plaint vendredi dernier, au micro de France Bleu Occitanie, de la lenteur du processus, les experts étant missionnés trop tardivement selon lui. « J'attends du Président et du gouvernem​ent qu'ils fassent pression sur les assureurs parce que ce n'est plus tolérable. On ne peut pas attendre 15 jours pour voir si la machine à laver a été inondée », avait-il réagi.

Le régime de catastrophes naturelles indemnise les dégâts commis par ces inondations au nom de la solidarité nationale. Toutefois, les communes sinistrées réclament une aide financière directe de l’Etat, la majorité des infrastructures publiques touchées par les intempéries étant des biens non assurables (voirie communale et départementale, ponts, digues, etc.). Ces dégâts relèvent de la procédure d’indemnisation des collectivités locales au titre de la dotation de solidarité pour événements climatiques et géologiques, dispositif doté, cette année, de 39 millions d'euros, contre 26 millions d'euros l'an dernier.

Aide financière de l'Etat

Le conseil départemental de l'Aude doit voter, ce lundi, 37 millions d'euros de crédits supplémentaires pour aider les sinistrés et engager les premiers travaux de rénovation, et la région Occitanie a annoncé un plan d'investissements de 25 millions d'euros, qui sera voté le 16 novembre prochain.

Emmanuel Macron a annoncé qu'un fonds d"au 80 M€ allait être "débloqué dans les prochains jours" afin d'aider à la reconstruction. "Nous allons déclenché les mécanismes pour aussi accompagner, les commerçants et les agriculteurs (...) Les dépenses d'hébergement et d'assistance engagées par les collectivités locales seront couvertes avec un taux de remboursement de 100%", a ajouté le président de la République.

Réforme du régime cat' nat'

Le chef de l'Etat a, par ailleurs, rappelé que c'est au préfet de gérer le dispositif de catastrophe naturelle. "Concernant le coefficient de vétusté, il appartiendra au préfet de ne pas l'appliquer", a-t-il déclaré. Lors des inondations majeures qui avaient touché l'Île de France en mai-juin 2016, faisant 1,2 Md€ de dégâts, des commerçants et artisans s'étaient plaint des franchises "punitives" qui leur étaient appliquées ainsi que des coefficients de vétusté jugés eux aussi pénalisants. Dans le cadre de la réforme du régime de catastrophes naturelles, promise "avant l'été 2019"', les assureurs proposent de plafonner ces franchises à 10.000€ pour les TPE.

Cette réforme vise surtout à développer une culture de la prévention. "Il faudra sans doute aussi tirer toutes les conséquences de ce qui s'est passé (...) Nous devons ensemble construire une véritable société de la vigilance et éduquer la population à ce type de risques", a réagi ce lundi à Trèbes le chef de l'Etat.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Acquisition d'un véhicule neuf.

Comité Martiniquais du Tourisme

15 septembre

972 - FORT DE FRANCE

Lac de la Sorme - assistance à l'élaboration d'un programme de travaux d'ingénierie...

Communauté Urbaine Le Creusot-Montceau (CUCM)

15 septembre

71 - CU LE CREUSOT MONTCEAU

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Inondations dans l’Aude : Emmanuel Macron à la rencontre des sinistrés

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié