Assurance de biens et de responsabilité : Bouleversements en perspective

Le Top 20 de l'assurance de biens et de responsabilité a vu son activité augmenter de 2 % en 2013. Le marché est à la veille de bouleversements dans sa structure concurrentielle, entre la sortie annoncée de Maif de Sferen, et l'entrée en vigueur de la résiliation à tout instant issue de la loi « Hamon ».

Avec un chiffre d'affaires de 55,8 milliards d'euros en 2013, les assurances de biens et de responsabilité représentent un peu plus de 25% de la collecte totale des groupes d'assurance en France. Ce marché, relativement atone en 2013 (+1,7% de croissance, après +3,1% en 2012) est à la veille de bouleversements dans sa structure concurrentielle, entre la sortie annoncée de Maif de Sferen, et l'entrée en vigueur de la résiliation à tout instant issue de la loi « Hamon ».

Le chiffre d'affaires de Maif représentait environ un tiers de celui du classement 2013 de Sferen. Sferen devrait ainsi se retrouver en 5e position en 2014 et Maif, 7e ou 8e.

Dans ce contexte, les acteurs du Top 20 se portent un peu mieux que les autres.

Le Top 20 de l'assurance de biens et de responsabilité a vu son activité augmenter de 2% en 2013, soit une évolution légèrement plus forte que le marché global, ce qui signifie que les acteurs principaux voient leur chiffre d'affaires progresser plus vite que ceux de taille plus modeste. Le poids plus important des vingt premiers groupes sur le marché qui passe de 84,6% à 84,8% entre 2012 et 2013 se fait ainsi légèrement au détriment des plus petits acteurs, qui connaissent une évolution « flat » de leur chiffre d'affaires.

Trio inchangé en 2013 en attendant 2014

Le groupe mutualiste d'assurances Covéa, qui réunit la GMF, la Maaf et MMA, reste le leader sans conteste du marché avec 8,3 milliards d'euros de chiffres d'affaires et quasiment 15% de part de marché, comme en 2012. Néanmoins, la croissance de son chiffre d'affaires pour +1,5% atteint à peine celle du marché au global (1,7%). Sur son coeur de métier, la garantie auto-moto, le groupe enregistre une légère progression de son chiffre d'affaires de 0,7% avec une hausse des contrats de l'ordre de 200 000. Axa, qui s'était emparé de la deuxième place en 2012, la conserve en 2013, avec une croissance de 3,2%, un peu supérieure à celle des acteurs du Top 20.

Sferen complète le podium. Le pôle fédérateur mutualiste réunissant la Macif, la Maif et la Matmut, créé fin 2009, voit son chiffre d'affaires progresser de 1,4% en 2013 avec des évolutions par branches relativement hétérogènes, l'auto voyant son chiffre d'affaires baisser de 0,2% alors que l'habitation enregistre une croissance de l'ordre de 6%. Avec une stratégie de retour à l'indépendance, la Maif va quitter le regroupement Sferen en 2014 ce qui redessinera quelque peu le Top 20 aux avant-postes. Cette opération permettra ainsi à Groupama et Allianz d'en découdre pour la 3e place du classement en 2014.

Un seul changement dans le Top 14

La barre des 5 milliards d'euros de chiffre d'affaires est dépassée par Groupama, qui affiche une croissance de 3,7 %, ce qui constitue la meilleure performance du Top 5. Allianz en fait les frais puisque le groupe reperd sa 4e place acquise en 2012 au détriment du groupe mutualiste. La filiale française de l'assureur allemand, après avoir connu un taux de croissance à deux chiffres en 2012, voit son chiffre d'affaires baisser de 2,8% en 2013. Les 5 premiers groupes représentent à eux seuls 60 % du marché de l'assurance de biens et de responsabilité en France.

Les assureurs mutualistes, qui comptent une hausse de 1,8% de leur chiffre d'affaires global, en ligne avec l'évolution du classement, représentent près d'un acteur sur deux du Top 20 avec 9 groupes représentés. Les locomotives que sont Covéa, Sferen et Groupama représentent à eux trois 37% du Top 20. Les assureurs mutualistes de taille plus modeste ferment la marche du classement en occupant les 3 dernières places, ce qui reste à nuancer, tant l'écart est restreint (91 M€) entre le 14e (MACSF) et le 20e (Mutuelle de Poitiers). Ce dernier enregistre une croissance de son chiffre d'affaires de 5%, qui s'explique essentiellement par la hausse du nombre de contrats en dommages aux biens (+2,1%) et en auto (+1,6%).

Le groupe mutualiste Covéa reste le leader incontesté du marché avec quasiment 15 % de part de marché, comme en 2012.

La MACSF enregistre une hausse de son chiffre d'affaires de +4% grâce à une croissance soutenue en dommages corporels (+7%), ce qui lui permet de se rapprocher d'un autre assureur mutualiste, Aéras. Ce dernier voit au contraire son chiffre d'affaires baisser de 4% en 2013, année marquée par une diminution prononcée du nombre de contrat automobile (-8,8%) et dommages aux biens et garages (-5,1%).

Les « tradi » tirent la langue

Les assureurs traditionnels, deuxièmes contributeurs du marché de l'assurance de biens et de responsabilité, représentent toujours 38% du marché global mais voient leur chiffre d'affaires augmenter seulement de 0,4%, bien en dessous du marché.

Cette évolution masque des disparités importantes, entre -5% pour Generali et +15% pour AIG France. L'assureur américain espère même réaliser 1 milliard d'euros de chiffre d'affaires à l'horizon 2018-2020 en France. Alors que son chiffre d'affaires est réalisé à 51% en risques d'entreprise et 49 % en risques du particulier, l'entité française entend tirer son épingle du jeu sur les deux tableaux.

Quant à Generali, malgré la baisse de son chiffre d'affaires de 5% en 2013, particulièrement marquée en automobile (-8,1%), la filiale française du groupe italien occupe toujours la 6e place avec une avance qui s'est réduite sur son poursuivant immédiat.

Les bancassureurs ont le vent en poupe

Les bancassureurs, qui représentent 12% du marché du Top 20 (contre 11% en 2012), consolident et développent même leurs positions. Grâce à la poursuite des efforts commerciaux, débutés maintenant il y a quelques années, ils enregistrent la meilleure performance du marché avec une croissance globale de leur chiffre d'affaires de 8,4 % et une hausse moyenne dépassant la barre symbolique des 10%.

Les bancassureurs représentent 12% du Top 20 et enregistrent la meilleure performance du marché avec une croissance globale de leur chiffre d'affaires de 8,4%.

Leur évolution est d'ailleurs relativement homogène (6% à 10%), hormis Natixis, qui, via sa filiale Compagnie européenne de garanties et cautions (CEGC) fait un retour dans le Top 20, directement en 17e position, avec une croissance de 41%, ce qui représente la meilleure performance des acteurs du Top 20. Cette « surperformance » de CEGC se justifie notamment par le développement du marché des particuliers.

Un « copier-coller » des performances 2013 en 2014 ?

Les perspectives de croissance du chiffre d'affaires de l'assurance de biens et de responsabilité pour l'année 2013 semblent rassurantes. Même si la croissance de la masse assurable sera limitée, les revalorisations tarifaires devraient permettre à ce marché déjà mature de poursuivre sa croissance.

Enfin, les acteurs du marché devraient continuer leurs stratégies de diversification, à la recherche de nouveaux leviers de croissance. Les performances d'activités moins contributrices telles que la protection juridique (+5,5 % en 2012) ou l'assistance (+10 % sur un an) en témoignent.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

LE TOP 20 ASSURANCE DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ EN 10 CHIFFRES

  • 2 Un classement coupé en 2 avec des acteurs dont le chiffre d'affaires dépasse allégrement le milliard d'euros (les 10 premiers acteurs) et des acteurs dont le chiffre d'affaires se trouve entre 258 M€ et 700 M€ (les 10 derniers).
  • 3 Le nombre d'acteurs dont la croissance du chiffre d'affaires est à 2 chiffres. Il s'agit de : AIG France, BPCE Assurances et Natixis.
  • 6 Les 6 meilleures performances du classement sont réalisées par les 5 bancassureurs du classement.
  • 7 La plus forte progression, en pourcentage, des acteurs du Top 10, le groupe Crédit Mutuel en est l'auteur.
  • 9-6-5 9 groupes à gouvernance mutualiste (50 % du total Top 20 en 2013), 6 traditionnels (38 % du total Top 20 en 2013) et 5 bancassureurs (12 % du total Top 20 en 2013), figurent dans le Top 20 de 2013.
  • 32 Le ratio de chiffre d'affaires entre le 1er et le 20e du classement.
  • 41 L'écart, en millions d'euros, entre le 4e et le 5e. La bataille fait rage entre Groupama et Allianz. En 2013, l'avantage tourne en faveur de Groupama, alors qu'Allianz avait « chipé » cette 4e place à Groupama en 2012.
  • 41 La plus forte progression, en pourcentage, des acteurs classés entre la 10e et la 20e place, à mettre à l'actif de Natixis avec sa filiale CEGC, dont l'activité est la caution et les garanties financières.
  • 60 Le poids, en pourcentage, des 5 premiers groupes dans le chiffre d'affaires global de l'assurance de biens et de responsabilité en France en 2013.
  • 258 Le ticket d'entrée en millions d'euros pour figurer dans le classement en 2013. En 2012, un chiffre d'affaires de 235 M€ suffisait.

UN MARCHÉ TRÈS CONCURRENTIEL

Avec un chiffre d'affaires de 55,8 milliards d'euros en 2013, les assurances de biens et de responsabilité représentent un peu plus de 25 % de la collecte totale des groupes d'assurance en France. Les assurances auto, multirisque habitation, biens professionnels et responsabilité civile générale ont représenté 77 % des cotisations totales en 2013, comme en 2012. La branche auto, pourtant soumise à une forte pression concurrentielle, reste le contributeur majoritaire, avec près de 40 % des primes en 2013, mais voit son chiffre d'affaires augmenter uniquement de +1,1 %, en dessous de la moyenne du marché de l'assurance de biens et de responsabilité (+1,7 %). Au contraire, l'assurance multirisque habitation progresse de 3,9 %, branche qui enregistre la plus importante croissance ce qui lui permet de conforter son statut de deuxième contributeur avec un poids de 18 % des primes. La hausse du chiffre d'affaires global du secteur en 2013, certes dans des proportions limitées (+1,7 % après +3,1 % en 2012), concerne l'ensemble des segments du marché à l'exception de l'assurance construction, seule activité à enregistrer une évolution négative de ses primes sur l'année 2013 (-2,5 % en comparaison avec 2012).

QUELQUES PERSPECTIVES POUR 2014

  • SFEREN : Le retrait de la Maif de la société de groupe d'assurance mutuelle (Sgam) Sferen, commune à la Macif et la Matmut est pratiquement acquis, l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) ayant donné son accord à une sortie de la Maif de la Sgam après l'été 2014. Il reste à obtenir l'approbation de l'assemblée générale de Sferen d'ici fin 2014. Le chiffre d'affaires de Maif représentait environ 1/3 du chiffre d'affaires du classement 2013 de Sferen. Sferen devrait ainsi se retrouver 5e en 2014 et Maif, 7e ou 8e.
  • NATIXIS : Le projet stratégique du groupe BPCE, annoncé au mois de novembre 2013, de loger l'assurance dans une plate-forme unique chez Natixis s'est concrétisé notamment par le rachat par Natixis Assurances des 60 % que détenait le groupe BPCE dans BPCE Assurances pour un montant de l'ordre de 300 M€. Cette évolution devrait permettre au groupe Natixis de figurer quasiment dans le Top 10 en assurance de biens et de responsabilité, en 2014.
  • SMACL : Ancrée historiquement dans l'assurance dommages des collectivités, la SMACL n'exclut pas de nouer des partenariats futurs avec « des opérateurs financiers de la banque qui souhaitent construire avec nous », a prévenu son président. L'objectif est de conserver le leadership sur le marché de l'assurance des risques territoriaux.
  • MUTUELLE DE POITIERS : La Mutuelle de Poitiers s'apprête à faire son entrée sur le marché de l'assurance collective des petites entreprises, en partenariat avec AG2R La Mondiale, groupe de protection sociale avec lequel elle travaille déjà en assurance vie.

Emploi

PARANGON INVESTISSEMENT

Conseiller Commercial H/F

Postuler

KAPIA RGI

ANALYSTES FONCTIONNELS en Assurance Vie et /ou IARD

Postuler

KAPIA RGI

CHEFS DE PROJETS Vie et/ou IARD H/F

Postuler
Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurance statutaire des agents communaux

Ville de St-Laurent de la Salanque

16 novembre

66 - St Laurent de la Salanque

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Assurance de biens et de responsabilité : Bouleversements en perspective

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié