Aon France repasse à l'offensive

Aon France repasse à l'offensive
Après une année noire, Aon Risk Solutions se dit à nouveau en ordre de marche et entend bien repartir en conquête.

Aon France menait la semaine dernière une vaste opération séduction auprès de ses principaux clients. L'équipe dirigeante, réunie au grand complet derrière le PDG, Robert Leblanc, présentait la nouvelle organisation d'Aon Risk Solutions (ARS), l'entité dédiée au courtage direct IARD.

Après une année 2009 pour le moins difficile, qui a conjugué de nombreux départs de collaborateurs avec des pertes de comptes en portefeuille et une baisse sensible du chiffre d'affaires, le message positif de la nouvelle direction est, semble-t-il, plutôt bien passé auprès des risk-managers présents dans la salle. Avant que Laurent Belhout, directeur général adjoint, ne décline la nouvelle organisation matricielle d'ARS, Robert Leblanc a tenu un discours résolument positif et a insisté sur le soutien dont il dispose de la part de l'équipe dirigeante de Chicago : « Pour le groupe Aon, leader mondial du courtage, il n'est pas pensable de ne pas être en France de manière pérenne et prioritaire. » Le PDG d'Aon France a ainsi affirmé que le groupe était tout prêt à injecter du capital dans sa filiale française, « pour des opérations de croissance externe comme en autorisant notre prochain déménagement de Colombes [Hauts-de-Seine] ».

Le directeur de clientèle, point d'entrée unique

Cependant, les clients étaient d'abord là pour s'imprégner de la nouvelle organisation d'ARS, qui délaisse les silos pour favoriser la transversalité des besoins d'assurance à travers une architecture matricielle autour de la direction commerciale dirigée par Agnès Vincent, la direction technique, codirigée par Ludovic Ferrand et André Lavalée, et AGRC, le département conseil, sous la responsabilité de Marc Azouz.

« Le directeur de clientèle, point d'entrée unique à l'offre de services d'Aon, est la clé de voûte de cette organisation », a, pour sa part, insisté Laurent Belhout, avant de préciser : « Il dispose du pouvoir et des responsabilités qui vont avec, tant à l'égard de son client que vis-à-vis de la direction générale. »

Seul petit bémol relevé par un risk-manager à l'issue de cette brillante présentation : « Cette nouvelle organisation matricielle et transverse est superbe, mais il lui manque la composante assurances de personnes. Pas un mot sur les collectives, une composante pourtant essentielle des risques d'entreprise. »

Pour le groupe Aon, leader mondial du courtage, il n'est pas pensable de ne pas être en France de manière pérenne et prioritaire

Robert Leblanc, PDG d’Aon France

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 21 février 2020

ÉDITION DU 21 février 2020 Je consulte

Emploi

SIACI SAINT HONORE

Chargé d'études Santé Prévoyance (contrats collectifs)

Postuler

SIACI SAINT HONORE

Consultant Santé Prévoyance (contrats collectifs)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Souscription d'une garantie assurances multirisques bureaux

Paris Habitat OPH Direction des achats

21 février

75 - PARIS HABITAT OPH

Assurance dommages aux biens et risques annexes Angers Loire Métropole-risques spéc...

Angers Loire Métropole Com. d'agglo. du Grand Angers

21 février

49 - ANGERS LOIRE METROPOLE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Aon France repasse à l'offensive

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié