Forte affluence aux Journées du courtage 2008

La septième édition des Journées du courtage, qui s'est tenue à Paris les 23 et 24 septembre, s'est déroulée dans un climat paradoxal, sur fond de crise financière.

Drôle d'ambiance, cette année, aux Journées du courtage, qui réunissaient, comme tous les ans, fournisseurs et distributeurs d'assurances. Une 7e édition qui se tenait dans un contexte très particulier, une semaine à peine après le sauvetage surréaliste du géant américain AIG et en plein marasme boursier, mais qui a battu une nouvelle fois des records d'affluence, avec 6 377 visiteurs (+ 4,14 % par rapport à 2007).

La crise marquera la fin du cycle

Pour la traditionnelle plénière des présidents des entreprises d'assurances, Jean Azéma (Groupama), Jean-Claude Seys (Covéa) et Patrick Werner (Banque postale) sont montés à la tribune. Au sujet de la crise justement, « il n'y a ici que des représentants de sociétés non cotées », ironisait Jean-Claude Seys, avant d'apporter une vision iconoclaste de la taxe sur les revenus du capital destinée à financer le RSA : « Toute la profession dénonce cette taxe de 1,1 % alors que l'épargne placée sur des unités de compte a enregistré une moins-value de 30 % sur les six derniers mois. » Pour sa part, le directeur général de Groupama a prévenu : « Si l'assurance résiste mieux que les banques à la crise actuelle, il faut regarder de près le régime prudentiel en préparation [Solvabilité 2]. Dans la banque, l'application concomitante des normes IFRS et de Bâle 2 n'a pas amélioré la situation. Les mêmes causes auront les mêmes effets. » Patrick Werner a dû argumenter face à des courtiers inquiets de voir son établissement investir l'assurance dommages. Le patron de la Banque postale annonce un accord de partenariat avant la mi-juin 2009 et souligne le principal handicap de son groupe en dommages : « Nous partons les derniers sur un marché mature », avant de mettre en avant son atout maître : « Nous partons les derniers, et notre modèle sera entièrement neuf. »

D'autres échanges ont eu lieu, notamment sur le contrôle des intermédiaires et les sanctions, ou l'évaluation des cabinets en vue de cession (lire ci-dessous). La conférence « Qui souscrit quoi ? » a permis de mesurer les effets de la crise sur les souscriptions. « Le premier semestre 2008 a été difficile, le second s'annonce pire », a prévenu Jacques de Peretti, d'Axa Entreprises. Selon lui, les assureurs n'ont d'autre choix en cette fin 2008 que d'imposer des hausses de tarifs à leurs clients. Si tous les assureurs présents ont abondé dans ce sens, ils ont tenté de rassurer sur l'ampleur des hausses, toujours difficiles à expliquer par le courtier au client, comme le soulignait Yves Renard, président de la Chambre syndicale des courtiers d'assurances (CSCA). Ainsi, Daniel Ellezam (Gan eurocourtage) a promis que les hausses ne seraient pas, comme ce que le marché avait appliqué post-2001, « presse-bouton ».

Faire front uni

À propos des nouveautés, Alain Ficheur (Generali) a annoncé la création, le 1er janvier, d'une direction courtage. Il a aussi réaffirmé ses fortes ambitions de développement en santé collectives et en RC. Bernard-André Durand, président du directoire de Covéa Risks, a pour sa part dévoilé que son groupe revient sur le marché des risques spéciaux, et prévoit une nouvelle offre en santé et automobile pour 2009. Quant à AGF, elle veut se développer sur les TPE, selon Louis de Montferrand, directeur général adjoint.

Cette conférence a permis à Yves Renard (CSCA) de tendre la main aux assureurs, pour défendre les intérêts de l'industrie, à Paris, mais aussi à Bruxelles. « Nous devons travailler ensemble de manière proactive. Plus personne n'a intérêt à faire cavalier seul, face au monde politico-administratif », a-t-il plaidé. Un appel entendu et soutenu par les assureurs présents. Gérard Lancner, président de l'Amrae, a uni à ce bel ensemble la voix des entreprises clientes. « Les entreprises françaises sont aussi confrontées à une baisse de leur marge, à la hausse du coût des matières premières, qu'elles vont répercuter sur le prix de leurs produits. Il y a là une réflexion à mener ensemble pour trouver des réponses à ce contexte. »

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurance dommages aux biens

Cachan Habitat OPH

16 septembre

94 - Cachan

Acquisition d'un véhicule neuf.

Comité Martiniquais du Tourisme

15 septembre

972 - FORT DE FRANCE

Lac de la Sorme - assistance à l'élaboration d'un programme de travaux d'ingénierie...

Communauté Urbaine Le Creusot-Montceau (CUCM)

15 septembre

71 - CU LE CREUSOT MONTCEAU

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Forte affluence aux Journées du courtage 2008

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié