Generali déterre la hache de guerre sur les commissions

Possibilités de réductions tarifaires supplémentaires contre baisse de rémunération : la mesure prise par la compagnie d'assurances suscite la grogne de ses agents, mais également l'inquiétude de toute une profession, d'autres sociétés menant actuellement des rélfexion sur ce sujet.

« Une mesure inadmissible », « une incitation à l'affron-tement. » Les mots employés par le syndicat Triangl' pour évoquer la décision prise par Generali sont très durs. L'assureur a annoncé, via une circulaire envoyée à l'ensemble du réseau, de nouvelles modalités d'octroie de remises qui auront un impact sur leurs commissions.

Explications : par le passé, les agences de plein exercice disposaient de pouvoirs commerciaux illimités pour faire des réductions de tarifs afin de conserver des clients importants. Mais, lors de l'introduction de la nouvelle offre auto en 2011, les possibilités de remise ont été plafonnées à 20% par contrat, dans une limite de 10% en moyenne sur douze semaines.

Avec le nouveau système instauré par la compagnie d'assurances, l'agent qui fera une réduction de 25% verra sa commission passer de 16 à 8%, et celui qui appliquera un rabais de 35% devra faire une croix sur sa rémunération. Un système qui risque de mettre en péril des agences, selon Bernard Jeannot, le président de Triangl' : « Au fil du temps, cette mesure va être destructrice pour nos comptes d'exploitation, étant donné la politique forte et régulière de revalorisation tarifaire qui oblige à utiliser ce système pour sauver des clients. » Le syndicat est également choqué par la façon de procéder de Generali : « S'il y a négociation sur la rémunération, elle doit se faire en concertation entre les parties dans le respect des accords contractuels. »

Élargir le « débat sur le niveau de chargement »

Interrogé au début de ce mois par l'Argus de l'assurance, Michel Estimbre, directeur de la distribution de Generali France, ne cachait pas que l'évolution des conditions de rémunération des agents était à l'étude, mais que le sujet nécessitait des échanges avec le syndicat. À la colère s'ajoute donc la déception. D'autant que le syndicat était ouvert jusqu'à présent aux discussions sur la question de la rentabilité de certaines branches, « un débat qui doit porter sur le niveau de chargement global, et pas uniquement sur les commissions des agents », précise Bernard Jeannot.

Le syndicat Triangl' vient de demander à Generali de suspendre la mesure. D'ici là, le mot d'ordre au sein du réseau est de mettre un terme à toute relation avec les représentants de la compagnie. Sollicité par l'Argus de l'assurance, Generali n'a pas donné suite pour l'instant.

UN CAS PARTICULIER QUI SÈME LE TROUBLE
  •  Agea, par la voix de son président, Philippe de Robert, a exprimé sa solidarité avec le syndicat Triangl'. « Pour les compagnies, la commission est une charge basée sur la production, et non une variable adaptable pour la compétitivité tarifaire ou l'amélioration de la rentabilité, il en va autrement de l'intéressement », indique-t-il. L'issue du conflit qui oppose aujourd'hui Generali et son réseau sera suivie de près par toute la profession. Car d'autres compagnies mènent des réflexions sur ce sujet sensible.

 

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Désignation d'un délégué à la protection des données.

Communauté de communes de Castelrenaudais

23 mars

37 - CC DU CATELRENAUDAIS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Generali déterre la hache de guerre sur les commissions

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié