Le réseau Generali affiche sa solidarité

Le réseau Generali affiche sa solidarité

Près de 600 agents ont manifesté devant le siège de Generali pour exprimer leur désaccord avec la stratégie de la compagnie. Generali se dit à l'écoute, mais reste décidée à faire évoluer son modèle sur les risques des particuliers.

«Agents généraux en colère » ; « absence de dialogue » ; « non-respect des textes régissant notre profession » ; « décisions unilatérales qui mettent en danger nos agences et les emplois de nos collaborateurs » ; « manque de reconnaissance du travail effectué sur le terrain »... Les 580 agents, et collaborateurs d'agence, soit plus de 700 personnes de toute la France, ont exprimé, mardi 26 juin, leur mécontentement devant le siège de Generali boulevard Haussmann, à Paris.

Ce rassemblement est une première dans l'histoire de Triangl', le syndicat des agents Generali créé en 1997. « En tant qu'indépendant, je ne m'imaginais pas manifester un jour », indique un agent nommé il y a moins de trois ans. Si le réseau en est arrivé là, c'est suite aux nombreuses mesures prises par la compagnie ces derniers mois : majorations successives de tarifs sur les risques des particuliers, résiliations sur certains secteurs d'activités, perte des habilitations prévues dans le cadre du statut d'agence de plein exercice, industrialisation des procédures... Autant de décisions qui, aux yeux du réseau, peuvent avoir des conséquences sur les agences. « De fortes majorations en automobile nous font perdre des clients que nous assurons aussi en risques d'entreprises et mettent à mal tout le travail de fidélisation auprès de plusieurs générations d'assurés », explique une agent.

Face à cette mobilisation, Claude Tendil, PDG de Generali France, et Michel Estimbre, directeur adjoint et directeur de la distribution, ont accepté de rencontrer une délégation d'agents. Une réunion qualifiée de « constructive » par Bernard Jeannot, président de Triangl', à la sortie de ces deux heures d'échanges : « Nous avons exposé les positions du réseau et allons organiser prochainement une réunion pour travailler sur les sujets de fond. »

Un peu plus de souplesse

Le dialogue est réamorcé après la rupture, en avril, des négociations portant sur la rémunération des agents. La compagnie se dit à l'écoute. Sur des sujets comme la généralisation du prélèvement automatique en MRH, les tarifs de l'assurance auto pour les professionnels ou les procédures de contrôle en cas d'indemnisation, Generali serait prête à instaurer un peu de souplesse. Mais elle reste ferme sur la nécessité de transformer le modèle de distribution en automobile et en MRH. Les questions de rémunération des agents et d'industrialisation des procédures restent d'actualité sur ces deux branches (60% de l'activité du réseau). Mais vu la mobilisation, l'évolution devrait pouvoir désormais se faire dans la concertation.

MICHEL ESTIMBRE, DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT ET DIRECTEUR DE LA DISTRIBUTION DE GENERALI FRANCE

« En risques de particuliers, il nous faut réduire nos frais de distribution et nos frais généraux »

  • Quelles réponses apporter aux agents ?

Il y a parfois un décalage entre les transformations que nous menons et les préoccupations quotidiennes des agents. Nous sommes convenus de nous retrouver rapidement pour traiter les questions de fond. Nous sommes prêts à trouver des solutions sur certains sujets qui posent problème, mais il est important que nous puissions poursuivre les discussions sur la rémunération engagées au printemps.

  • Pourquoi revoir la rémunération des agents ?

En automobile et en MRH, le marché est saturé, la concurrence s'est intensifiée, les coûts de chargement des compagnies sont 20 à 25% supérieurs à ceux des MSI et bancassureurs, et avec la crise les pertes techniques ne peuvent plus être compensées par les gains sur les produits financiers. Il faut revisiter le modèle : réduire nos frais de distribution, donc les commissions des agents, et nos frais généraux.

  • De telles mesures ne risquent-elles pas de mettre des agences en danger ?

Notre proposition ne concernait que l'automobile et la MRH et ne s'appliquait qu'aux affaires nouvelles, ce qui laissait quatre à six ans aux agents pour réorienter si besoin leur activité. Par ailleurs, nous proposions d'augmenter les commissions sur des marchés plus porteurs de rentabilité : assurance de personnes, risques des professionnels et des PME.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assistance juridique.

SEM SIPEnR

26 juin

75 - SEM SIPENR

Prestation de services d'assurances.

CHI Emile Durkheim

26 juin

88 - EPINAL

Souscription de différents contrats d'assurance.

La Roche sur Yon Agglomération

26 juin

85 - LA ROCHE SUR YON AGGLOMERATION

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Le réseau Generali affiche sa solidarité

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié