Le Snagan pose ses conditions

Le syndicat des agents Gan assurances réclame plus de transparence et de concertation, à l'heure où la compagnie s'engage dans un plan de réorganisation et où Groupama, sa maison mère, tente de s'extirper de ses difficultés.

C'est à un véritable rappel des fondamentaux régissant les relations entre une compagnie et son réseau que s'est livrée Dominique Agnel Baralla, la présidente du Syndicat national des agents généraux du Gan (Snagan), lors de l'assemblée générale qui s'est tenue les 7 et 8 juin 2012 à Montpellier. « Ce qui a cristallisé les tensions ces derniers mois, c'est le manque de considération et de concertation envers le syndicat et les agents », a notamment indiqué Dominique Agnel Baralla en faisant référence au conflit qui a envenimé les rela-tions entre Gan assurances et son réseau au premier trimestre de cette année.

Des inquiétudes sur la réorganisation en cours

Cette « crise de confiance » faisait suite aux mesures prises par la compagnie d'assurances pour améliorer ses résultats techniques : des majorations tarifaires intervenant après la pre-mière vague de hausses au mois de janvier, un blocage de souscriptions, etc. Depuis, le dialogue a repris : à la fin du mois d'avril, la compagnie et le syndicat des agents généraux se sont ainsi réunis pour préciser le cadre de leurs échanges et les engagements de chacun.

Mais si Dominique Agnel Baralla a tant insisté sur le besoin de concertation, c'est aussi parce que les agents se posent des questions sur l'avenir de Groupama et de sa filiale. Certes, la vente de Gan assurances n'est pas à l'ordre du jour, mais la compagnie est engagée dans une réorganisation qui devrait avoir pour conséquences des fermetures de sites et des réductions d'effectifs au cours de l'année 2013, et qui conduira, à terme, à accorder plus d'autonomie aux agents. Mais en gagnant de l'indépendance en matière de gestion ou de souscription, ce qui constitue l'objectif du projet Entreprendre 2012, avec la montée en compétences du réseau sur le marché des professionnels et des entreprises, les agents seront également amenés à rendre des comptes. « L'autonomie sera assortie de contrôles, ils sont nécessaires, mais nous veillerons à ce qu'il y ait consultation pour la définition des règles », a souligné Dominique Agnel Baralla.

« Aider les agents à réaliser leurs développements »

D'ici à la prochaine assemblée générale, le syndicat aura fort à faire, d'autant que Gan assurances cherche toujours à redresser ses résultats techniques. L'objectif est d'atteindre un ratio combiné de 98% en 2013, contre 102% en 2011. Mais la compagnie d'assurances a également des « ambitions de développement » et « de gain de parts de marché », a indiqué Éric Gelpe, le directeur général de Gan assurances. Il a précise que « c'est le sens d'Entreprendre 2012 » ainsi que de deux autres projets qui visent à la fois à « accompagner les agences de manière plus différenciée » et à « aider les agents généraux à réaliser leurs projets de développement, en mobilisant un certain nombre de moyens, y compris bancaires. » Des initiatives a priori intéressantes, à condition que le réseau puisse avoir son mot à dire...

GAN NE PAIE PAS POUR GROUPAMA

  • Regrettant l'absence de représentants de Groupama, Dominique Agnel Baralla, présidente du Snagan, a demandé à rencontrer la direction du groupe pour avoir des précisions sur les aspects du plan de redressement qui pourraient avoir un impact sur les agents. - De son côté, Éric Gelpe, directeur général de Gan assurances, a tenu à rassurer le réseau. « La reconstitution des fonds propres du groupe se traite par des démarches qui portent sur les actifs », et se fera « indépendamment des résultats opérationnels et techniques demandés à ses différentes composantes ». En d'autres termes, « il n'est pas demandé à Gan assurances d'améliorer ses résultats pour rattraper la perte de 1,8 Md€ ».

UNE OVATION POUR PHILIPPE DE ROBERT

  • Avant de passer les rênes de la Fédération des syndicats d'agents généraux (Agea) le 13 juin, Philippe de Robert est intervenu devant les adhérents du Snagan, comme à chaque réunion de syndicat. Une intervention « à domicile » pour celui qui exerce sous l'enseigne Gan assurances à Montpellier. - Longuement applaudi, Philippe de Robert, après une adresse à sa compagnie faisant écho à celle de Dominique Baralla, a conclu son discours par un message aux assureurs : « Toutes les tentatives de créer des réseaux totalement captifs seront vouées à l'échec, car les agents généraux n'accepteront jamais d'exercer un métier qu'ils n'ont pas choisi. »

Emploi

SIACI

Gestionnaire Sinistres Construction H/F

Postuler

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Le Snagan pose ses conditions

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié