Interrogations persistantes pour 2010

Le courtage régional se refuse à se complaire des résultats globalement bons, voire excellents de l'exercice 2008, tant il craint de devoir découvrir la réalité de la crise l'an prochain.

Quel sera dans un an l'état du courtage régional, quand la Chambre syndicale des courtiers d'assurances tiendra son cinquième congrès national, à Lille ? À écouter les courtiers régionaux, 2009 s'annonce « difficile », et « 2010 le sera d'autant plus que nous subissons les contrecoups de la crise avec le traditionnel effet retard. »

François Leduc, DGA du groupe Verspieren, explique ainsi que « l'on entend davantage parler de la crise qu'on ne la voit dans nos métiers. C'est en 2010 que nous aurons la réalité de l'impact de la crise et des chiffres du chômage ». Chez le leader régional, les évolutions réglementaires en assurances de personnes ont donné du travail aux équipes et ont pu entraîner des remises en cause, mais en IARD, l'année « a été meilleure que prévu », à + 5 %. « Nous avons la chance d'avoir un large panel d'activités et de modes de distribution assez adaptables pour capter la croissance là où elle se présente. Le développement des synergies entre nos équipes, notamment entre Wasquehal et Saint-Denis, est très prometteur, assure François Leduc, sans s'engager sur un chiffre de progression pour 2009.

D'après Nicolas Hénard, son directeur régional, « l'année a été bonne pour Gras Savoye Nord, même s'il a souffert dans le transport public de marchandises, dans la sous-traitance, l'automobile et en assurance des particuliers ». Pour avoir adopté une logique commerciale de ciblage sectoriel, Nicolas Hénard se dit « très confiant dans sa capacité à surmonter les difficultés du tissu économique ».

Le salut par l'entreprise, la débandade aussi

Verlingue Nord a, pour sa part, définitivement tourné la page Dujardin et affiche une croissance de 9,97 %. Si le cabinet Albert Georges assurances affiche un quasi-doublement de son chiffre d'affaires l'an dernier, il le doit pour l'essentiel au rachat du portefeuille entreprises du cabinet roubaisien Montvoisin-Axa (ex-Masurel), ainsi qu'au développement organique (+ 20 % à périmètre égal) réalisé sur des niches et accéléré par son emménagement sur la Grand-Place de Lille.

Tout le monde n'est pas logé à la même enseigne. Ainsi, Bertrand Peucelle explique la baisse d'activité du cabinet ADH, outre les baisses tarifaires, par la faillite d'un gros client transporteur et la perte d'un autre pour 2 ME de primes. « Ce qui fait peur, ce sont les faillites et les baisses d'activité de 30 % ou 40 % », explique-t-il. Il en va de même chez Robert Blouin, qui enregistre quelques dépôts de bilan de belles PME avec le constat amer que, placée en redressement judiciaire, l'une d'elles s'est vue résilier d'office par sa compagnie, générant de facto son dépôt de bilan.

Des gestes commerciaux dans la tourmente

Luc Fay, de France Assur à Amiens, reconnaît que 2008 aura été plutôt compliquée en IARD, mais très bonne en vie et en santé : « Pour 2009, nous fondons nos espoirs sur le marché des entreprises, à ceci près que nous avançons beaucoup les primes de nos gros clients avec des chèques à encaissement différé, faisant par là même le travail que les banques ne veulent plus faire ».

D'autres acteurs, comme UCR sur le marché « mature » de la santé, travaillent la souplesse et la proximité pour fidéliser leur portefeuille et recueillir des recommandations. De son côté, Autofirst s'attache à consolider ses relations avec ses apporteurs et à fidéliser les clients finals : « Nous sommes toujours en construction », explique Jean-François Léger, son responsable marketing. « Mes clients sont aujourd'hui touchés par une baisse d'activité de l'ordre de 10 % à 30 %, ils cherchent à réduire leurs coûts, explique Philippe-Hervé Blouin de la Flandre assurances. Trois ont déposé leur bilan, d'autres utilisent le chômage partiel. Je crains septembre. »

Former les jeunes pousses prometteuses

Fervent défenseur de délégations régionales fortes, le Syndicat des courtiers d'assurances et de réassurances région Nord, par la voix de son président, Yves Coste, s'interroge sur les intentions de certains assureurs, qui ont tendance à rapatrier leur gestion sur Paris, et même de certains courtiers, qui centralisent l'activité des cabinets qu'ils ont pu racheter. Très sensibilisé au respect de l'intermédiation, le Scan, qui vient d'enregistrer l'adhésion de jeunes cabinets prometteurs comme Direxi, Inter Assurances, Clamart services ou encore LM Pro Santé, entend axer ses efforts sur la formation de ses adhérents.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Marché Assurance Complémentaire Santé.

MSA de Lorraine

22 mai

54 - VANDOEUVRE LES NANCY

Marché Assurances.

Métropole du Grand Nancy Direction des Finances

22 mai

54 - NANCY

Marché de domiciliation bancaire.

COURBEVOIE HABITAT

22 mai

92 - COURBEVOIE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Interrogations persistantes pour 2010

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié