Les actuaires et les consultants jouent des coudes

CONCURRENCE Les grands cabinets d'actuariat s'occupent de passifs sociaux et se glissent dans le conseil et l'ingénierie. Les courtiers demandent une clarification de leur position.

«Nous assistons à l'émergence d'une catégorie d'intervenants », remarque Philippe Maximin, directeur du département prévoyance et retraite de Gras Savoye. Il s'agit des consultants et des cabinets d'actuariat. Cette concurrence n'est pas nouvelle, mais elle est plus vive. Dans les « short lists », les courtiers se retrouvent souvent au coude à coude avec ces nouveaux acteurs. Comme eux, ils élaborent des appels d'offres, les dépouillent, émettent des recommandations sur les organismes assureurs, analysent la protection sociale complémentaire...

Mieux vaut les avoir chez soi que contre soi

« Ils s'attaquent à la rentabilité des acteurs », ajoute Philippe Maximin. « Ils vendent à peu près le même service que nous », reconnaît Didier Clareboudt, responsable retraite chez Verspieren, qui s'inquiète davantage de la concurrence potentielle des banquiers et prévient qu'il ne « rendra pas les armes ». Au contraire, Verspieren a inclus de nouveaux services. Il propose la veille juridique, fiscale et sociale avec un engagement de partenariat et d'accompagnement du contrat et des réunions d'information avec les clients chaque année. Mieux, « nous disposons en interne d'une expertise actuarielle avec trois actuaires », ajoute le responsable de la retraite.

Même analyse du côté d'ACSH, qui s'appuie sur une vingtaine d'actuaires « capables d'innovations techniques et en mesure de construire des outils pertinents », explique Thierry Vachier, qui apprécie cette saine émulation. « Ces cabinets font aussi appel à nous lors d'appels d'offres selon les thèmes (gestion santé, retraite, gestion internationale). »

De fait, cette concurrence est plus difficile à vivre pour les cabinets de courtage de taille moyenne, notamment sur la retraite où le calcul des passifs sociaux requiert des compétences actuarielles. C'est pourquoi certains courtiers cherchent au contraire à profiter de la compétence de ces consultants. Diot, par exemple, s'apprête à nouer un partenariat avec des cabinets d'actuariat pour apporter l'expertise nécessaire à ses clients, explique Claude Maquis. Reste à savoir si cette concurrence pèse sur les prix. Les acteurs sont peu prolixes sur la question. En tout cas, ils veilleront à ce que ces acteurs ne fassent pas du courtage sans le dire.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurance du personnel affilié à la CNRACL.

SICTOM de la Région Montluçonnaise

19 avril

03 - DOMERAT

Prestations d'assurance (DO et TRC) pour la construction d'un conservatoire de théâ...

Ville de Montigny le Bretonneux

19 avril

78 - Montigny-le-Bretonneux

Marché de service d'assurance risques statutaires.

Ville de Cogolin

19 avril

83 - COGOLIN

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Les actuaires et les consultants jouent des coudes

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié