TARIFS 2003 + 4 % en moyenne L'envolée des coûts de réparation et de réassurance et la baisse des marchés financiers ont encouragé les assureurs à poursuivre le redressement de leurs tarifs automobile. Les compagnies traditionnelles ont eu la main plus lourde que les mutuelles.LA RÉPARATION AUTOM...

TARIFS 2003 + 4 % en moyenne L'envolée des coûts de réparation et de réassurance et la baisse des marchés financiers ont encouragé les assureurs à poursuivre le redressement de leurs tarifs automobile. Les compagnies traditionnelles ont eu la main plus lourde que les mutuelles.

LA RÉPARATION AUTOMOBILE APPUIE SUR L'ACCÉLÉRATEUR



C'est certain : le statu quo est bel et bien révolu. Si les tarifs automobile semblaient figés entre 1995 et 2000, la plupart des assurés subissent depuis trois ans une progression régulière de leurs primes. La hausse est supérieure à celle de 2002, mais elle reste mesurée, avec une moyenne de près de 4 %. Ce mouvement soutient depuis 2001 la croissance de la branche automobile. Selon les estimations de la FFSA, les encaissements ont fait en 2002 un bond de 5,5 % à 16 Md€ contre 4 % en 2001, dans un contexte de progression du parc automobile de 2,2 %.

Pour pallier l'envolée des coûts de réparation, la chute de la Bourse et l'inflation des primes de réassurance, la majorité des assureurs automobiles a décidé d'augmenter ses tarifs en 2003, à deux exceptions près : Maaf assurances et MMA. Dès novembre, Jean-Claude Seys, président de MMA, avait annoncé (dans " L'Argus " du 15 novembre, p. 30) " que ses tarifs allaient surprendre le marché ". Finalement, les deux mutuelles ont opté pour la stabilité, confirmant les décisions de 2002 : la stabilité pour Maaf et une hausse modeste de 1 % pour MMA. Une position que Jean-Claude Seys justifie " par la faible exposition de ces sociétés sur le marché action, la mutualisation des coûts de réassurance et la maîtrise des coûts de réparation, grâce au centre Cesvi ". Cette politique de modération semble avoir porté ses fruits : selon les premières tendances, l'encaissement en auto pour MMA est en progression de 7 % en 2002.

Le leader profite de la baisse des sinistres

Pour tous les autres assureurs, les hausses de tarifs sont au rendez-vous. Mais une réelle dichotomie apparaît entre les sociétés à réseau traditionnel et les mutuelles. Ces dernières se sont montrées moins gourmandes, renforçant ainsi leur compétitivité. Avec une augmentation moyenne de 2 %, la Macif présente une évolution proche de l'inflation. " Notre politique financière très peu orientée vers le marché actions et la bonne maîtrise de nos frais généraux et de nos résultats techniques nous permettent de proposer une hausse raisonnable de nos tarifs ", souligne Jean-Jacques Roy, directeur adjoint marchés et produits. En 2002, côté sinistralité, la fréquence est en baisse de 2,8 %, tandis que les coûts moyens sont en légère progression de 1,74 %, sous l'effet notamment de la hausse des coûts de main-d'oeuvre. Reste qu'en 2003, la Macif entend bien asseoir sa compétitivité et ses capacités d'innovation. " Plusieurs projets devraient être finalisés au second semestre pour une commercialisation dès 2003 ", souligne Jean-Jacques Roy. À noter qu'en 2002, le premier assureur auto a assis sa position de leader en engrangeant 70 000 nouveaux contrats véhicule, nets des résiliations.

De nouveaux services pour compenser

La Maif reste également raisonnable. " La hausse du coût moyen des sinistres (+ 5,9 %), due à l'augmentation des coûts de réparation des préjudices matériels et corporels ainsi qu'à la chute des produits de placements, ne nous permet pas de compter sur des plus-values financières et rend les augmentations de tarifs inévitables ", explique Dominique Thiry, directeur de la mutuelle. Celle-ci a ainsi prévu une augmentation moyenne de son contrat Vam de 1,60 %, avec un maximum de 4 % pour la formule Initiale, déficitaire. La Matmut, qui comptait l'an passé parmi les plus fortes hausses de tarifs, se contente de 3 %. " Nous avons vécu une année plutôt bonne sur le plan technique, avec une baisse de nos sinistres de 1,1 % ", fait remarquer François Le Neveu, directeur adjoint assurances. Une politique qui devrait permettre à la mutuelle de poursuivre son développement (35 000 nouveaux contrats en 2002), d'autant qu'elle a prévu la sortie, courant avril, d'un pack regroupant l'assistance 0 km, un véhicule de remplacement en cas de panne et une indemnisation en valeur à neuf sur douze mois.

L'innovation sera également présente en 2003 pour Groupama, puisque la mutuelle devrait étendre vers mars-avril son service Auto Presto aux pannes, vols et épaves et lancer une option panne mécanique. Ces nouveaux services devraient soutenir comme en 2002 (plus 50 000 contrats nets) le développement commercial du groupe, d'autant que les hausses de tarifs 2003 restent modérées, entre 3 % et 5 % selon les régions. " Notre S/P est en amélioration de 1 ou 2 points, malgré une augmentation de la charge des sinistres de 2 points ", explique Frédérique Maisonneuve, responsable du marché des particuliers Groupama. Quant à la Mutuelle de Poitiers, elle se situe dans la moyenne de ses consoeurs avec une majoration de 2 % à 5 % selon les catégories.

Globalement, pour les assurés des sociétés traditionnelles, les augmentations tarifaires sont de l'ordre de 6,5 % en moyenne. Une pilule difficile à faire avaler aux clients ainsi qu'aux réseaux. C'est le cas d'AGF assurances (lire " L'Argus " du 3 janvier, p. 15) qui, visiblement, n'avait pas d'autre issue (voir encadré). Pour compenser ces majorations, la société a prévu d'inclure dans tous ses contrats une protection juridique. Côté courtage, les majorations oscillent pour AGF entre 3 % et 13 % pour les affaires en portefeuille et entre 4 % et 5 % pour les nouveaux contrats. " Le surcoût de la réassurance, l'augmentation du coût de la main-d'oeuvre et le désamiantage des véhicules ont influé à hauteur de 3,5 % à 4 % sur notre politique tarifaire ", explique Philippe-Alain Duflot, directeur du marché des particuliers d'AGF courtage. Pour les mêmes raisons que l'ensemble du marché, Zurich fait progresser ses tarifs auto de 5 %. L'an passé, Patrick Thourot avait pris le parti de ne pas les augmenter, afin de donner à son réseau les moyens de recouvrer une certaine agressivité commerciale. Une politique a priori gagnante, puisque le CA auto a progressé de 5 % en 2002. Pour Aréas-CMA, la moyenne des augmentations de primes s'établit autour de 7,5 % selon l'ancienneté du contrat, le bonus-malus et la catégorie du véhicule. Pour compenser cette hausse, l'assureur proposera vers avril 2003 une assistance sans franchise kilométrique avec véhicule de remplacement.

Enfin, une poignée d'assureurs comme Axa, Continent, Azur-GMF, Société suisse ou Continent, dont l'échéance est au 1er avril, entretiennent le suspens. Aucun franc-tireur ne devrait pointer à l'horizon... Sauf si un acteur se décidait vraiment à surprendre le marché.



TÉMOIGNAGE

, directeur technique d'AGF assurances

" DES AUGMENTATIONS NÉCESSAIRES POUR RECOUVRER LA RENTABILITÉ "

" Les augmentations tarifaires sont incontournables pour le retour à la rentabilité. La hausse des coûts moyens, les évolutions jurisprudentielles très défavorables notamment en RC, le durcissement des conditions de réassurance et la multiplication des cat'nat' pèsent sur nos résultats techniques. La conjugaison de ces éléments, ajoutés au marasme boursier, nous a conduit à anticiper les augmentations tarifaires à l'automne 2002. Mais ces mesures se sont révélées insuffisantes, d'autant que nous avons eu de mauvaises surprises sur les résultats antérieurs. Aussi, nous avons décidé de procéder à une nouvelle augmentation de 4,5 % à 10 % (une faible minorité de multisinistrés ira jusqu'à 20 %) selon l'ancienneté du contrat, le bonus-malus et la nature des sinistres sur les trois dernières années. Au final, par rapport à l'automne, l'augmentation complémentaire aura été de 2 %. "

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Relevé des compteurs d'eau du SIEGVO

SIEGVO

22 août

57 - SIEGVO

Services d'assurances pour la commune de migne-auxances..

Ville de Migne Auxances

22 août

86 - MIGNE AUXANCES

Mission de certification des comptes des exercices 2020 à 2025 de la Caisse nationa...

Caisse Nationale Militaire de Sécurité Sociale de Toulon

22 août

83 - TOULON

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

TARIFS 2003 + 4 % en moyenne L'envolée des coûts de réparation et de réassurance et la baisse des marchés financiers ont encouragé les assureurs à poursuivre le redressement de leurs tarifs automobile. Les compagnies traditionnelles ont eu la main plus lourde que les mutuelles.LA RÉPARATION AUTOM...

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié