Un destin national

Les experts en automobile réunis au sein de l’Anea viennent d’adopter le 18 mars 2016 un code de déontologie.

Sa promotion sera assurée par CFEA qui regroupe toutes les composantes de la profession, les cabinets ou entreprises d’expertise qui devront rendre ce code accessible à leur client ainsi qu’aux professionnels auprès desquels ils exercent. Ce texte a vocation à devenir la figure de proue de la profession. Il servira de référence quotidienne à l’exercice des activités et, en cas de manquement à ses dispositions, il pourra être mis en œuvre dans un cadre disciplinaire.

Ce code est un texte exhaustif et mature qui pourrait bien être destiné à devenir un décret en Conseil d’État intégré au code de la route.

Alors quels sont les trésors que recèle ce code ? Du point de vue du vocabulaire, soulignons tout d’abord l’apparition du terme « client » pour désigner la personne pour ­laquelle l’expert en automobile exécute sa mission. Exit, les vocables de « donneur d’ordre » ou « mandant », parce qu’ils ruinent l’apparence de son indépendance : le premier renvoyant à une logique hiérarchique, et le second au sens juridique du terme mandat. Avec ce choix, l’expert en automobile s’inscrit résolument dans la lignée des professions de service, en mettant sa compétence au profit d’intérêts qui ne sont pas les siens.

Sur le fond, ce code n’est pas « en apesanteur juridique » (sic Joël Moret-Bailly), on y retrouve les normes issues du code pénal et/ou du code de la route qui s’appliquent aux experts en automobile. C’est le cas par exemple, des règles relatives au secret professionnel, à la transmission des rapports au propriétaire du véhicule, ou encore à l’information du ministère de l’Intérieur, en ce qui concerne la possibilité pour un véhicule de circuler dans des conditions normales de sécurité.

D’autre part, le code considère que l’impartialité des experts en automobile est la condition de la confiance que les expertises se doivent d’inspirer vis-à-vis de ceux à qui elles sont destinées. L’indépendance, les conflits d’intérêt, la compétence, l’objectivité et le contradictoire figurent en très bonne place dans le texte. Il est même prévu que les contrats professionnels passés entre les experts et leurs clients puissent, en cas de doute sur leur conformité au code, être contrôlés par l’autorité déontologique. Et dans une optique de rappel de l’importance sociale de la mission des experts en automobile, le code intitule l’un de ces articles « sécurité des personnes » pour mettre en exergue le rôle de ces derniers en termes de sécurité. Enfin, le texte détermine les règles particulières applicables aux différents types d’expertise (de l’évaluation et du conseil à l’expertise responsabilité civile des professionnels, en passant par l’expertise des fourrières) qu’elles soient exercées à titre libéral, salarié ou mixte. Ce code, qui renferme au total 64 articles, est au final un texte exhaustif et mature qui pourrait bien être destiné à devenir un décret en Conseil d’État intégré au code de la route.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestation de services d'assurances

Ville de Solliès Toucas

14 octobre

83 - Solliès-Toucas

Passation d'un marché d assurance protection sociale des sapeurs pompiers volontair...

SDIS de la Meurthe et Moselle Sce Départ. d'Incendie et de Secours

13 octobre

54 - ESSEY LES NANCY

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Un destin national

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié