Abcès de fixation

Abcès de fixation
©BERNARD MARTINEZ Anne Lavaud Rédactrice en chef, alavaud@argusdelassurance.com

Le principe de l'abcès de fixation est simple : en psychiatrie, il consiste à accentuer artificiellement l'intérêt d'un phénomène, histoire de fixer l'attention du patient et de lui en faire oublier d'autres. Chacun d'entre nous a su user, voire abuser, de ce subterfuge pour opérer des diversions et pousser ses avantages. C'est de bonne guerre. Mais l'exercice laisse toujours un petit goût amer, surtout en cas de défaut de décryptage ou, inversement, lorsque trop d'hypothèses se précipitent.

Inutilité ou commercialisation agressive, l'UFC-Que choisir n'y va pas par quatre chemins pour assassiner les assurances de moyens de paiement comme celles des fuites d'eau.

À ce titre, le cas des assurances affinitaires (un peu plus de 1% du marché total de l'as-surance) est intéressant. Quel message entendre derrière le bruit qu'elles provoquent ? Conscients de l'incroyable impopularité de leurs produits (70% des Français en ont une image négative, selon un sondage CSA-FG2A), les acteurs de ce segment de marché se sont regroupés l'été dernier dans une asso-ciation, la Fédération des garanties et assurances affinitaires (FG2A). Convaincus de devoir faire plus pour promouvoir leurs contrats, les membres de l'association se sont engagés à présenter un label de qualité pour chacune des grandes familles d'assurances affinitaires. Le premier d'entre eux, consacré aux produits high-tech, est attendu courant juin. D'autres suivront.

Pendant ce temps, la fanfare va bon train, surtout du côté de l'UFC-Que choisir, qui sort, ce 4 juin, une étude intitulée « Les grands défauts des petites assurances ». L'association n'y va pas par quatre chemins pour assassiner deux types de contrats, après avoir exécuté, en décembre dernier, les assurances de téléphone mobile. Six mois plus tard, c'est au tour des assurances des moyens de paiement et de celles des fuites d'eau. L'UFC-Que choisir dénonce l'inutilité de la première depuis la transposition en droit français d'une directive européenne obligeant les banques à mieux rembourser leurs clients en cas de fraude sur les moyens de paiement, même sans assurance. Tandis que du côté des fuites, non de capitaux mais d'eau, ce qui retient particulièrement l'attention de l'association tient dans leur commercialisation jugée agressive.

Ainsi, alors que le marché de l'assurance, courtiers en tête, voit dans l'assurance affinitaire un véritable levier de croissance, comment interpréter l'abcès de fixation qu'elle provoque ? S'agit-il de désigner l'assurance comme le bouc émissaire responsable de la baisse du pouvoir d'achat des Français ? Sont-ce les prolégomènes d'une plus grande défiance qui ne manquera pas d'exploser lorsque la résiliation à tout moment provoquera des hausses de tarifs ? Voilà clairement un abcès difficile à crever !

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 15 novembre 2019

ÉDITION DU 15 novembre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurances Risques dommages aux biens et Risques Annexes.

Ville d'Epinay sous Sénart

17 novembre

91 - EPINAY SOUS SENART

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Abcès de fixation

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié