ANI Hall

Pas une étude, un rapport ou un cabinet de conseils qui ne manquent de souligner avec insistance la forte intensité concurrentielle du marché français de l'assurance. Une aubaine pour le consommateur (théoriquement), mais une tuile pour le marché, qui s'avère ici moins rentable et profitable qu'ailleurs. La solution : la concentration. Un mouvement fortement engagé. Dans le monde mutualiste, tout d'abord, où le nombre de mutuelles a été divisé par trois depuis le début de ce siècle (630 en 2012) ; et dans le monde paritaire, puisqu'en 2012 les cinq premiers groupes de protection sociale raflaient 86 % de l'activité paritaire, contre 63 %, sept ans auparavant (1). « Et c'est pas fini !! »

Ce n'est pas fini, parce que l'année 2013 est passée par là, laissant derrière elle de nombreux textes chahutant le marché, dont la loi de sécurisation de l'emploi du 11 juin 2013, qui, conformément aux termes de l'ANI du 11 janvier 2013, généralise la couverture complémentaire santé à tous les salariés dès le 1er janvier 2016.

La Mutuelle générale et Malakoff Médéric s'apprêtent, ensemble, à bâtir un ANI Hall aux objectifs ambitieux.

Ce même mois de juin, Patrick Sagon déclarait vouloir « booster le développement » de la Mutuelle générale, dont il est le président. Un coup de fouet qui, selon lui, passerait inévitablement par le rapprochement avec un acteur de l'économie sociale, mutuelle ou institution de prévoyance. Un an plus tard, exit les mutuelles trop « club de boules » à son goût, place à une short list de deux noms : Humanis et Malakoff Médéric. Puis il aura fallu que l'été se passe pour que le choix se porte sur Malakoff Médéric, avec qui la troisième mutuelle santé française entend mener désormais des négociations exclusives pour aboutir sans doute à la création d'une Sgam (société de groupe d'assurances mutuelles) d'ici à la fin de l'année. Cette alliance inédite entre une « grosse » mutuelle (1 MdE de CA) et un groupe paritaire répond à la fois à la vision de Guillaume Sarkozy, délégué général de Malakoff Médéric, qui confiait récemment à l'Argus son projet de création de Sgam, soulignant que l'ANI impliquait de nouveaux partenariats, tandis que, dans le même temps, Patrick Sagon affirmait dans nos colonnes « rechercher un partenaire capable de fournir des flux qualifiés » évoquant la hausse des coûts d'acquisitions... toujours dans le contexte ANI.

Ils s'apprêtent donc, ensemble, à bâtir un ANI Hall (2) aux objectifs ambitieux, même si encore secrets, le tout avec la complicité commerciale de la Banque postale. Reste à savoir qui sera le chef... Les exemples récents démontrant que trop de chefs tue la Sgam !

(1) Source : étude Roland Berger, mars 2014
(2) Revoir l'excellent film de Woody Allen, avec Diane Keaton, sorti en 1977

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestations de services en assurances.

Ville de Caluire et Cuire

19 mai

69 - CALUIRE ET CUIRE

Prestations de service d'assurances diverses

Ville de St Gervais les Bains

19 mai

74 - ST GERVAIS LES BAINS

Prestations d'assurance.

Centre hospitalier Pierre Oudot

19 mai

38 - BOURGOIN JALLIEU

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

ANI Hall

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié