Appétit assumé

Appétit assumé
Laetitia Duarte Géraldine VialRédactrice en chefgvial@argusdelassurance.com

Et vous, vous la définiriez comment, votre appétence au risque ? Plutôt pétanque ou plutôt saut à l’élastique ? Plutôt faux plat ou plutôt route de montagne ? Plutôt moineau ou plutôt ogre ? Trêve de plaisanterie, l’appétence au risque, traduction bien comme il faut du risk appetite anglo-saxon, est LA clé du pilotage des organismes d’assurance sous Solvabilité 2. Et pourtant… si l’on en croit une récente étude de l’Edhec (1), cette notion, qui devrait guider chacune de vos actions depuis le 1er janvier dernier, n’est pas toujours bien comprise.

Le problème, c’est qu’il n’existe pas vraiment de définition officielle de l’appétence au risque. Du coup, son expression est aujourd’hui pour le moins disparate… et pas toujours dans les clous. Intuitivement, on comprend bien que l’enjeu est de déterminer le niveau de risque qu’un organisme d’assurance juge acceptable pour poursuivre son activité et dérouler sa stratégie. Mais comme le rappelle l’Edhec, « le régulateur offre une grande flexibilité quant à la définition et la calibration de l’appétence au risque afin qu’elle puisse être totalement cohérente avec la culture de chaque entreprise et ses objectifs stratégiques ».

Bref, c’est à vous d’évaluer correctement votre appétit pour le risque, en fonction de votre constitution et de la silhouette dans laquelle vous pouvez raisonnablement vous projeter à moyen terme. On s’en doute, officialiser un sérieux coup de fourchette vous expose à des lendemains difficiles, et risque rapidement de vous coûter cher (en capital). Mais attention ! Opter pour un régime maillot de bain trop restrictif limitera vos capacités de développement. Il en va donc du pilotage économique sous Solvabilité 2 comme de l’art difficile de se nourrir correctement : l’équilibre est pour le moins subtil. Et comme chacun sait, c’est l’effet yoyo – la volatilité – qui est redoutable à long terme.

Définir son appétence au risque, c’est surtout l’occasion de se poser les questions qui fâchent : qui l’on est, ce que l’on veut, et à quel prix.

La mauvaise nouvelle, c’est qu’il ne suffit pas de s’être doté d’un ratio de solvabilité cible pour avoir réglé le problème. Pour filer la métaphore, cela reviendrait à décréter une bonne fois pour toutes que l’on ne pèsera jamais moins de 50 kg et jamais plus de 52. Évidemment, les choses sont toujours un peu plus compliquées. D’ailleurs, définir son appétence au risque n’est pas un objectif en soi. C’est surtout l’occasion de se poser les questions qui fâchent : qui l’on est, ce que l’on veut et à quel prix. « Définir son appétence au risque, c’est d’abord l’occasion de (re)définir sa stratégie et ses objectifs, de s’interroger sur son ADN », insiste Philippe Foulquier, directeur du centre de recherche Analy­se financière et Comptabilité à l’Edhec.

Car elle est engageante, cette notion. D’ailleurs, la direction générale et le conseil d’administration en sont formellement responsables. Il ne s’agit donc pas uniquement de la calibrer (ce qui n’est pas simple, on l’a vu), il faut surtout l’assumer. Cela signi­fie que toute décision stratégique, depuis le lancement d’un nouveau produit jusqu’au choix du renforcement sur une classe d’actifs, doit désormais être conforme à ce « budget de risque », sous peine de sanction. Un peu comme si désormais, le prix de vos repas à la cantine dépendait de votre capacité à apprécier le nombre de calories dont vous aviez besoin pour tout à la fois être au top (rentabilité), préserver durablement votre santé (solvabilité) et vous faire plaisir (croissance).

Lecteurs de Elle et de L’Argus, même combat ?

1. « Comment calibrer l’appétence, les tolérances et les limites de risque, et quels en sont les enjeux pour l’allocation du capital, l’ERM et la performance des entreprises », Edhec Business School.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 06 décembre 2019

ÉDITION DU 06 décembre 2019 Je consulte

Emploi

Mission Handicap Assurance

Mission Handicap Assurance

Postuler

Natixis Assurances

Cadre technique Indemnisation Auto H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Appétit assumé

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié