Back stage !

« Nous voulons en finir avec les stages photocopies-café », lançait, depuis la tribune de l'Assemblée nationale, Geneviève Fioraso lors du vote de sa proposition de loi visant à encadrer les stages et réformer le statut des stagiaires (1). Ce qui était vrai le 24 février dernier pour la secrétaire d'État à l'Enseignement supérieur et à la Recherche doit l'être encore plus aujourd'hui sur les bancs de l'hémicycle, depuis que certains députés s'apprêtent à devenir stagiaires suite à l'initiative d'Entreprise et Progrès. Denis Terrien, président de cette association et également directeur général du groupe 3 Suisses International, a effectivement suggéré l'idée d'une immersion d'une semaine en entreprise pour nos parlementaires, histoire de leur montrer « back stage »(2) ce qu'ils observent sur une scène économique dont ils ne sont que très rarement acteurs. 90% d'entre eux n'ayant jamais fréquenté le secteur privé !

L'initiative n'a pas tardé à faire réagir. Sans surprise, de grands groupes français ont immédiatement annoncé vouloir ouvrir leurs portes à cette action de lobby d'un nouveau genre, loin des couloirs du palais Bourbon... et à la barbe de leurs habituels lobbyistes. Des acteurs économiques plus modestes, mais tout aussi dynamiques, ont écrit, twitté, annoncé par voie de presse leur volonté d'accueillir ces stagiaires VIP... Histoire de leur faire toucher du doigt le poids du quotidien.

De leurs côtés, certains députés sont d'ores et déjà volontaires pour ce « vit ma vie » un peu spécial dans les pas des chefs d'entreprise. À ceux-là, l'Argus offre le conseil suivant : faites un stage dans l'assurance. C'est en effet le plus sûr moyen d'être parmi les stagiaires les mieux traités (selon l'association en faveur des stagiaires Génération Précaire qui salue les bonnes pratiques du secteur), mais surtout l'occasion rêvée de comprendre, à travers la gestion des risques, les mille et une problématiques opérationnelles auxquelles les entreprises sont confrontées. Qu'ils tentent leur chance : Axa recrute quelque 500 stagiaires par an ; en ce début mai, le site de la FFSA recensait 334 stages, sans compter l'enthousiasme de courtiers, tel Verlingue... qui, en plein été, cumule l'avantage d'un stage et du soleil des côtes bretonnes. Le plus dur sera alors le come back vers l'Assemblée !

1. Actuellement débattue au Sénat

2. Les coulisses en français

À ces députés qui s'apprêtent à devenir stagiaires, l'Argus leur propose l'assurance, afin de comprendre les problématiques opérationnelles auxquelles les entreprises sont confrontées.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 23 avril 2021

ÉDITION DU 23 avril 2021 Je consulte

Emploi

Futur Associé H/F

Postuler

Cabinet DAUBRIAC ET LETRON

Gestionnaire Sinistres H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Back stage !

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié