Bonne pelote !

Bonne pelote !
Anne Lavaud Rédactrice en chef, alavaud@argusdelassurance.com © ©BERNARD MARTINEZ

Les traditions ont la peau dure : une nouvelle année commence toujours avec son cortège de voeux et son lot de prévisions. Et si la bienséance impose la fin des premiers le 31 janvier, la prudence fait taire les suivantes à peine plus tard !

Tout d'abord - bonnes résolutions de début d'année obligent -, aucun oiseau de mauvais augure ne vient infliger une éventuelle récession au monde, à l'Europe ou à la France. Certes, les prévisions de croissance annoncées confirment que cet exercice périlleux ne relève en rien d'une science exacte. Ainsi, en France, par exemple, le gouvernement reste arc-bouté, pour 2013, sur une performance quatre fois supérieure à celle de 2012. De 0,2% (au mieux, selon l'Insee), la croissance atteindrait 0,8% (au pire, selon Pierre Moscovici). Est-ce un pur hasard ou un calcul simplissime qui conduisent le FMI comme la Commission européenne à situer la France à 0,4% ? Toujours est-il qu'il faudra sûrement faire avec une nouvelle quête de 4 Md€ (selon Bruxelles) pour parvenir à tenir l'engagement présidentiel de contenir le déficit budgétaire à 3% du PIB ! Les dernières niches fiscales ne pourront pas continuer à faire le dos rond, et les observateurs avisés tremblent déjà à l'idée du projet de loi de finances 2014 !

D'autres, d'ailleurs, suggèrent de passer directement à 2014. En jouant à saute-mouton (tondu ?), les prévisionnistes de tous poils retrouvent un peu de laine sur le dos de la croissance, l'ONU prévoyant, par exemple, une croissance mondiale à 3,2%, contre 2,4% cette année. Mario Draghi, gouverneur de la Banque centrale européenne, ne va pas si loin en sonnant, dès la fin 2013, le retour progressif de la reprise, « portée par la demande mondiale et notre politique monétaire commune, ainsi que par la confiance des marchés financiers qui se sera nettement améliorée et qui petit à petit produiront leurs effets sur l'économie ». Un calendrier approuvé par tous ceux qui pensent qu'en Europe l'année 2013 sera divisée en 2 : avant et après le 22 septembre, date des élections législatives allemandes !

Selon les rumeurs, les Français, las du livret A, reviendraient déjà à l'assurance vie pour remplir leur bas de laine.

Quant aux investisseurs, ils savent bien que la croissance ne se subit pas, mais qu'elle se construit. Et si tous soufflent enfin, rassu-rés sur l'avenir de l'unité de la zone euro, tous s'interrogent sur les taux d'intérêt souverains si bas qu'ils plombent les rendements, et tous regardent à nouveau les actions avec les yeux de Chimène. « Un comportement moutonnier », pensez-vous ? Pas plus que celui des Français qui, las du livret A, reviendraient déjà à l'assurance vie (selon les rumeurs) pour remplir leur bas de laine. Pas si simple de faire sa pelote !

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 03 avril 2020

ÉDITION DU 03 avril 2020 Je consulte

Emploi

INFOPRO DIGITAL

Commercial sédentaire en BtoB H/F

Postuler

Assurances Saint Germain

Rédacteur Production Sinistres H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Bonne pelote !

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié